La baisse du nombre de particuliers employeurs intensifiée par la crise sanitaire

Selon les dernières données de l’Urssaf, la baisse du nombre de particuliers employeurs, constatée depuis 2013, s’est poursuivie en 2020 et a été accentuée par la crise sanitaire. Elle impacte particulièrement les gardes d’enfants à domicile et les assistantes maternelles.

La diminution du nombre de particuliers employeurs accentuée par la crise
« En 2020, le recul du nombre de particuliers employeurs (à domicile ou d’assistante maternelle) observé depuis 2013 s’accentue nettement, en lien avec la crise sanitaire et économique démarrée en mars 2020 », peut-on lire dans « Stat’ur – bilan janvier 2022 », une publication de l’Urssaf. La garde d’enfants est spécifiquement touchée. Concernant, les assistantes maternelles, sur l’année 2020, le nombre de particuliers employeurs a baissé de 3,7%. Aussi, fin 2020, ils étaient 720 000 contre 751 000 en 2019. Pour les gardes d’enfants à domicile, il a chuté de 4%. Fin 2020, ils étaient 88 000 contre 93 000 en 2019. 

Les heures déclarées et la masse salariale en recul
Les confinements de 2020 ont eu des conséquences sur l’activité des employés à domicile et des assistantes maternelles, relève l’Urssaf. Ainsi, en 2020, concernant la garde d’enfants à domicile, on constate un recul important du nombre d’heures déclarées (-16,4%) et celui-ci impacte de fait la masse salariale nette (- 15,1 %). Les assistantes maternelles sont également concernées : le volume horaire déclaré baisse de 8,4% « en lien avec la contraction plus importante du nombre d’employeurs sur un an et une première baisse marquée du nombre d’heures moyen par employeur (- 4,9 %) ». La masse salariale quant à elle diminue de 7,4 %. « Le secteur de la garde d’enfant (à ou hors domicile) est particulièrement impacté par les effets de la crise sanitaire. La masse salariale versée par ces particuliers employeurs représente près de 4,1 milliards d’euros en 2020, un montant en baisse de 8,4 % tandis que le nombre d’heures est en repli de 8,8 % », peut-on lire dans « Stat’ur ». Il est toutefois noté que cette « baisse historique » de la masse salariale est « en grande partie compensée par le dispositif d’activité partielle ». De façon plus précise : « L’évolution de la masse salariale ne reflète toutefois pas celle de la rémunération des salariés des particuliers employeurs. En effet, ces salariés ont pu bénéficier du dispositif d’activité partielle (chômage partiel) pour les heures non effectuées. »

Le nombre d’assistantes maternelles poursuit sa baisse
En 2012, il y avait 318 000 assistantes maternelles déclarées à la Paje. Depuis 2013, ce nombre est en constante diminution. En 2020, elles sont 241 000, contre 256 000 en 2019. On apprend aussi que les assistantes maternelles déclarées à la paje ont en moyenne 3,1 employeurs et « effectuent un nombre moyen d’heures rémunérées nettement plus élevé que les gardes d’enfants à domicile ou les salariés du cesu en raison de la garde simultanée de plusieurs enfants (…) Ainsi, leur rémunération horaire nette moyenne n’est que de 3,62 euros mais leur salaire mensuel est plus élevé que celui des salariés à domicile (1 238 euros en moyenne fin 2020 soit + 4,2% sur un an). »

NB : seul l’emploi direct à domicile est ici concerné. Le secteur des prestataires pour sa part est plutôt dynamique.

Télécharger ci-dessous « Stat’ur – bilan janvier 2022 »
 
Publié le 25 janvier 2022
Mis à jour le 07 mai 2022