La plate-forme « Assurer l’avenir de la PMI » lance une pétition nationale

« Prendre les mesures efficaces pour sauver la PMI », c’est le nom de la pétition que la plate-forme « Assurer l’avenir de la PMI » a lancé le 16 septembre.

La plate-forme « Assurer l’avenir de la PMI » a été créée en 2011, à l’initiative de 14 organisations professionnelles, citoyennes, associatives et syndicales. Jeudi dernier, elle a mis en ligne une pétition, qui recueille déjà plus de 600 signataires. Elle note en effet que le projet de loi sur la protection des enfants examiné au Parlement prévoit plusieurs mesures concernant la PMI. Or, il apparaît selon elle que « certaines mesures essentielles pour la pérennité de la PMI ne sont toujours pas assurées, voire que le projet de loi comporte des reculs susceptibles d'affaiblir encore le dispositif de PMI ». Et s'inquiète notamment du « risque (...) de voir les départements imposer une logique de rendement pour remplir les objectifs nationaux de santé publique sans moyens minimum clairement exigés, au détriment de la qualité des interventions de la PMI auprès des enfants, des adolescents, des femmes et des familles. »
Aussi, la plate-forme réclame « instamment aux pouvoirs publics une réponse à la hauteur de l'alerte lancée par Madame Peyron, députée, dans son rapport sur la PMI : "Sans un réinvestissement fort par les pouvoirs publics, la PMI sera en voie d’extinction dans la moitié des départements d’ici 10 ans" ».

Les signataires de la pétition exigent :
- Que le texte du projet de loi de protection des enfants soit complété de façon à assurer une combinaison entre objectifs socle de santé publique en termes de couverture populationnelle minimale et normes de personnel suffisant pour remplir lesdits objectifs.
- Que les actes des puéricultrices soient remboursés par l'assurance-maladie, de même que ceux des psychologues.
- Que les professionnel.les de PMI bénéficient a minima des mesures du Ségur de la santé pour les professions analogues.
- Que le statut des médecins territoriaux soit aligné sur celui des praticiens hospitaliers.
- Que les sages-femmes territoriales soient, ainsi que leurs collègues hospitalières, pleinement reconnues et rétribuées comme profession médicale.
- Que soit élaboré un véritable statut pour les conseillères conjugales et familiales.
- Que l'ensemble des professionnel.les de PMI bénéficient des moyens matériels et humains suffisants pour répondre aux besoins de santé et de prévention de leur population.
- Que l'État affecte à la PMI 200 millions d'euros en budget annuel, c'est-à-dire 0,1% de la dépense annuelle de santé, et soit garant de l'équité territoriale

Le lien vers la pétition « Prendre les mesures efficaces pour sauver la PMI »
Publié le 20 septembre 2021
Mis à jour le 20 septembre 2021