Les assistantes maternelles et les pros de crèches font partie des publics prioritaires

On nous avait promis la liste aujourd’hui. Si la liste est peut-être encore incomplète, la Ville de Paris la diffuse néanmoins sur son site internet. Bonne nouvelle, les professionnels de l’accueil collectif et de l’accueil individuel sont reconnus comme publics prioritaires et pourront de ce fait si nécessaire faire garder leurs enfants.
La liste des « publics prioritaires » vient de tomber. La Ville de Paris la dévoile en effet sur son site


Contrairement au 1er confinement, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles et les professionnels de la garde à domicile ont été inclus dans cette liste. En pratique cela va permettre à tous ces professionnels de pouvoir, si besoin est, faire garder leurs enfants pendant le confinement.

La liste des publics prioritaires diffusée par la Ville de Paris
  • Tous les personnels des établissements de santé ;
  • Les biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes ;
  • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers), ainsi que les préparateurs en pharmacie et les ambulanciers ;
  • Les agents des services de l’Etat chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
  • Tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants : EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées ; services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ; Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
  • Tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
  • Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil.
  • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, surveillant de la pénitentiaire).

La question des assistantes maternelles en suspens ?
Hier soir, l’information tombée comme quoi les assistantes maternelles ne pourraient plus accueillir d’enfants pendant le confinement. C’est ce qu’avait annoncé le Premier ministre Jean Castex. Quelques heures plus tard, rétropédalage. En effet, un démenti sortait dans la presse précisant que rien n’est encore acté pour les assistantes maternelles. A priori, le gouvernement ne devrait pas revenir dessus mais devrait apporter quelques précisions. En tout cas, il y a urgence car le 6 avril c’est demain… Si ces décisions sont justes, ces bugs d’annonces et de communication sont pour le moins perturbants. A suivre…
Article rédigé par : C.F.
Publié le 02 avril 2021
Mis à jour le 02 avril 2021