Obligation vaccinale : le ministère multiplie les moyens de communication

La loi sur l’extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins est entrée en vigueur. La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a tenu une nouvelle conférence de presse sur le sujet ce vendredi 5 janvier afin de rappeler les enjeux de cette réforme et sa mise en œuvre. A ses côtés, le Dr Daniel Levy Bruhl, épidémiologiste et responsable infections respiratoires et vaccination à Santé Publique France. L’occasion également pour le ministère de préciser qu'il tient à accompagner ces nouvelles mesures par une information la plus transparente possible. Deux objectifs clairement définis : d’une part transmettre toutes les informations en rappelant les risques entraînés par chaque maladie, les bénéfices des vaccins tout en rassurant sur leurs éventuels effets indésirables. D’autre part, lutter contre la désinformation.

Plusieurs sources d’information pour le grand public
Le Ministère a donc multiplié les formats et les supports pour proposer différents outils de communication destinés à toucher le plus large public. Les médias classiques sont utilisés - journeaux, radio, télévision - mais également les réseaux sociaux. Le Ministère s’est d’ailleurs associé à deux YouTubeurs, Julien Menielle et Benamran, pour réaliser des vidéos qui replacent les faits scientifiques au cœur du débat. Il a également mis en en ligne sur son site internet et ses réseaux sociaux 5 infographies et 4 vidéos d’experts afin d’expliquer le concept de la vaccination, ses bénéfices, le nouveau parcours vaccinal ainsi que le processus d’élaboration des vaccins. Le site internet dédié à la vaccination http://vaccination-info-service.fr répond aux questions du public sur le sujet. Une déclinaison du site pour les professionnels verra d’ailleurs le jour au printemps 2018.
Par ailleurs, la Semaine européenne de la vaccination qui aura lieu fin avril aura pour thème la vaccination du nourrisson et à cette occasion, une exposition pédagogique sur la vaccination sera organisée dans 17 régions.

Les professionnels également ciblés
Le rôle des professionnels de santé (médecins généralistes, médecins de PMI, pédiatres, sages-femmes, infirmiers) a de nouveau été souligné, parce qu’ils sont les référents de confiance aux familles. Pour apporter réponses et conseils, Santé Publique France met à leur des outils de documentation : « Comprendre la Vaccination », brochure pédagogique, et deux dépliants en version électroniques sur les 5 bonnes raisons de se faire vacciner contre les infections à pneumocoque pour les nourrissons et contre l’Hépatite B. Le calendrier vaccinal 2018 leur sera prochainement envoyé, ainsi que des messages sur les logiciels professionnels des vaccinateurs pour leur rappeler les nouvelles obligations vaccinales, en juin et septembre 2018.
Les professionnels de la petite enfance sont aussi pris en compte, une partie d’entre eux étant en charge de vérifier si l’obligation vaccinale est remplie. Un document d’aide au contrôle sera édité par le ministère ainsi que des documents d’information à destination des personnels des mairies procédant aux inscriptions des enfants. Les professionnels de la petite enfance recevront également des documents pédagogiques pour pouvoir répondre aux questions des parents.

Les assistantes maternelles sur le même plan que les crèches
Interrogée après la conférence de presse sur le flou qui semblait entourer l’accueil individuel concernant l’obligation vaccinale, Agnès Buzyn a affirmé que les assistantes maternelles rentraient dans le même cadre que les établissements d’accueil du jeune enfant, et étaient ainsi soumises aux mêmes règles. Elles pouvaient donc et peuvent toujours refuser d’accueillir un enfant non vacciné (dans le cadre des vaccins obligatoires, selon son âge et hors des contre-indications médicales).
Article rédigé par : A.B.B.