Plagiocéphalie : les dernières recommandations de la Haute Autorité de Santé

La plagiocéphalie (du grec plagios, oblique et kephale, tête)  ou « tête plate » concernerait un enfant sur cinq à l’âge de 4 mois selon les données d’une étude canadienne. Elle diminue ensuite de 6,8 % à 12 mois et de 3,3 % à 24 mois. Ces déformations crâniennes, comme l’explique la Haute Autorité de Santé (HAS), proviennent le plus souvent de l’action de forces externes in utero ou après la naissance, sur la structure osseuse crânienne encore malléable à cet âge.  

Le syndrome de la tête plate a augmenté depuis que l’on conseille de coucher les bébés sur le dos pour prévenir l’incidence de mort inattendue du nourrisson. Ces recommandations doivent bien évidemment être poursuivies mais la HAS souligne dans un nouveau document (« Prévenir la tête plate : conseils aux parents »), paru le 13 janvier 2021, qu’il faut laisser le bébé libre de bouger la tête et le corps, de jour comme de nuit. Elle précise que le syndrome de la tête plate peut être évité et corrigé. Pour cela elle donne quelques conseils que les professionnels de la petite enfance peuvent appliquer et relayer auprès des parents.

Quand le bébé dort, un matelas ferme
La HAS recommande de coucher le bébé sur un matelas ferme dans une turbulette. A cause d’un risque d’étouffement, de ne mettre ni doudous ni  jouets dans le lit et de n’utiliser ni réducteurs de lits, cale-têtes et cale-bébés pour que l’enfant bouge sa tête. Enfin, de ne pas placer de tour de lit afin que le bébé puisse regarder dans toutes les directions. 

Quand le bébé est éveillé, l’inciter à bouger sa tête
Toujours pour permettre au bébé de regarder tout autour de lui, la HAS conseille de varier ses positions lors des activités de jeu au sol. Pour renforcer sa musculature cervicale et dorsale, de le mettre sur le ventre lors des changes. Elle recommande aussi de le prendre souvent dans les bras. Et lors des biberons ou tétés d’alterner les bras pour l’aider à capter le regard de l’adulte. Enfin, de limiter « au maximum le temps passé dans du matériel de puériculture (transat, baby-relax, cosy...) et réserver les sièges-coques aux transports en voiture. »

Pour rappel, selon l’étude citée plus haut certains facteurs favoriseraient la tête plate et notamment : 
  • le sexe masculin, 
  • la place d’aîné dans la famille, 
  • un torticolis congénital, 
  • le fait de dormir sur le dos
  • l’alimentation exclusive au biberon, 
  • des périodes d’éveil sur le ventre moins de trois fois par jour,
  • un taux d’activités limité associé à un développement plus lent de la motricité
  • le fait de dormir la tête du même côté et une préférence positionnelle pendant le sommeil s’associent également à l’apparition de la plagiocéphalie. 
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 14 janvier 2021
Mis à jour le 14 janvier 2021