Publication du rapport 2021 de l’Observatoire national de la petite Enfance

Le rapport 2021de l’observatoire de la petite enfance vient d’être publié. Il dresse un bilan de l’accueil des tout-petits en France, de l'impact de la crise sanitaire sur les familles  et sur les modes d’accueil. Ces derniers  ont été lourdement impactés : baisse des heures réalisées dans les crèches et chute historique de l’activité des assistantes maternelles et des gardes d'enfants à domicile. Revue de détails.

En 2019, taux de couverture des modes d’accueil de 59,8%
L’accueil des enfants de moins de trois ans s’est réparti de la façon suivante :
- 33% des places ont été proposées par les assistantes maternelles qui reste le premier mode de garde formel  mais qui accuse une légère baisse par rapport à 2018 :  en baisse 0,2 point
- 20,9 % par les crèches en légère hausse de 0,8 point par rapport à 2018.
- 3,7% ont fréquenté l’école maternelle (soit un enfant de moins de 3 ans sur 25).
- 2,1% par des gardes d’enfants à domicile

Crise sanitaire  : ses conséquences sur le recours aux modes d’accueil
En 2020 avec 736 000 naissances, la France reste le pays le plus fécond  d’Europe. Néanmoins, le nombre de naissances a chuté de 17 000. Une chute liée au confinement et à l’incertitude de la situation sanitaire et économique.
Par ailleurs la crise sanitaire a eu des répercussions sur l’utilisation des modes d’accueil par les  familles.
Ainsi, le premier confinement de 2020 s’est traduit par une chute du nombre de foyers allocataires bénéficiaires du Cmg. Une baisse particulièrement marquée en avril 2020 : cmg assistantes maternelles ( -21,8%), Cmg gardes d’enfants à domicile ( -49,7%), Cmg structures (- 81,1%).
A partir de juin 2020, le nombre de foyers allocataires bénéficiant du Cmg retrouve un niveau proche de 2019 sans jamais l’atteindre.

Les modes d’accueil très impactés par la pandémie
Les assistantes maternelles et les gardes d’enfants à domiciles sont celles qui ont le plus souffert en 2020. Leur baisse d’activité a été exacerbée par la pandémie. Pour les assistantes maternelles, en 2020, le nombre d’heures d’accueil a chuté de 8,4%. Trois régions expliquent à elles seules 40% du volume horaire entre 2019 et 2020 : l’Ile de France, la région Rhône Alpes et les Pays de la Loire.
La baisse d’activité est encore plus marquée pour les gardes d’enfants à domicile : -16,5% d’heures déclarées par rapport en 2019.

En mars 2020, la baisse d’activité des EAJE a été supérieure à 50% en heures réalisées par rapport mars 2020.  Et en avril, sauf ceux accueillant les personnels prioritaires  la plupart des EAJE étaient fermés. A partir de mai, leur réouverture a été progressive mais avec une activité très inférieure à celle de l’année précédente. A la rentrée 2020, 73% des EAJE ont enregistré une baisse de fréquentation avec 6,9% d’heures réalisées en moins.

 Entre 2019 et 2020, les dépenses dédiées à l’accueil des enfants de moins de 6 ans ont diminué de 2,4% (32,2 milliards d’euros). Mais cette chute des dépenses a été atténuée pour les structures d’accueil par la mise en place d’aides forfaitaires exceptionnelles votées par la Branche Famille. Les assistantes maternelles, elles, ont pu bénéficier des dispositifs d’activité partielle.


Voir l’intégralité du rapport 
 
Article rédigé par : C.L
Publié le 29 décembre 2021
Mis à jour le 07 mai 2022