Tests salivaires et Covid-19 : bientôt pour les enfants ?

Suite à l’annonce de la Haute Autorité de Santé concernant la mise à disposition prochaine de tests salivaires pour le dépistage de la Covid-19, l’Association Sparadrap et le groupe Pediadol demandent à ce que « les enfants puissent en bénéficier largement. »

Des tests salivaires pour les personnes présentant des symptômes
Vendredi 18 septembre, la Haute Autorité de Santé a donné son feu vert pour le dépistage de la Covid-19 via des tests salivaires. Elle a toutefois encadré leur utilisation puisque seules les personnes présentant des symptômes pourront en bénéficier. Une bonne nouvelle pour l’Association Sparadrap et le groupe Pediadol qui espèrent que les enfants pourront eux aussi avoir droit à ce test salivaire.

Le test PCR par écouvillonnage, un test invasif
On le sait le test PCR par écouvillonnage est très désagréable. Et d’autant plus pour les enfants. Dans leur communiqué, l’Association Sparadrap et le groupe Pediadol soulignent que les tests PCR par écouvillonnage « sont invasifs et très souvent générateurs de détresse et de douleur, les conséquences physiques et psychiques peuvent être notables. »

Test PCR par écouvillonnage : les bonnes pratiques
En attendant que les tests salivaires soient disponibles et parce que, a priori, « les enfants sans symptômes ne pourront pas en bénéficier », l’Association Sparadrap et le groupe Pediadol rappellent les bonnes pratiques à adopter avec les enfants et notamment : 
-Informer les familles et les enfants sur la façon dont va se dérouler le test, en expliquant que c’est désagréable mais rapide.
-Avoir une technique de prélèvement adaptée à l’enfant : celui-ci est assis sur les genoux d’un des parents qui lui tient doucement les mains, sa tête doit être face à la personne qui fait le prélèvement, « la tête est légèrement inclinée en arrière par le préleveur qui pose délicatement une main sur le front, l’autre main tient le coton tige pour le prélèvement ». Et, bien entendu, l’utilisation d’écouvillons fins est recommandée.
-Distraire les enfants est également essentiel pour les détendre et « éviter le recours à la contention, insatisfaisante pour tous les protagonistes du soin ».

Enfin, « pour respecter ces bonnes pratiques, il est fondamental que les prélèvements soient assurés par des professionnels avertis, formés et sensibilisés aux spécificités pédiatriques. Les pratiques bien-traitantes des soins pédiatriques restent des avancées fragiles. Nous devons restons vigilants pour que l’urgence sanitaire ne balaye pas ces acquis », signalent l’Association Sparadrap et le groupe Pediadol.

Voir le communiqué de presse de l'Association Sparadrap et du groupe Pediadol
Article rédigé par : Caroline Feufeu
Publié le 22 septembre 2020
Mis à jour le 22 septembre 2020