Une mesure qui pourrait relancer l’accueil individuel

La nouvelle mesure d’aide aux gardes d’enfants pour les familles modestes est une bonne nouvelle pour les assistantes maternelles. En effet elle ne concerne que l’accueil individuel (assistantes maternelles et gardes d’enfants à domicile) a bien précisé le Ministère des Solidarités et de la Santé après l’annonce, il y a deux jours, d’Agnès Buzyn sur l’antenne de RTL.
De quoi s’agit-il exactement ? L'idée est d'aider les femmes à retrouver rapidement un emploi en mettant en place un système de tiers payant qui leur éviterait d’avoir à faire l’avance des frais de garde avant même d’avoir touché leur premier salaire.

Agnès Buzyn a ainsi expliqué : « Les femmes seules nous disent : « Mais moi, je voudrais travailler, simplement il faut que je débourse 600 € pour une assistante maternelle le premier mois. Même si je gagne le Smic, je n’ai pas 600 € à mettre sur la table pendant un mois ou deux » ». D’où cette mesure. Les familles n’auront plus d’argent à avancer, les frais seront pris en charge dès le début du mois par la Caf.
Et le Ministère a depuis précisé la pensée de la Ministre. Cette mesure sera accessible aux familles sur la base du volontariat : il n’y aura pas de critères de revenus mais elle sera accordée à ceux qui en ont le plus besoin. Ce pourra être pour une famille défavorisée ou une famille aisée qui connaît un coup dur.
Néanmoins cette  aide s’inscrit en principe dans le Plan de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes que le Président de la République doit annoncer début juillet.

Rappelons que près de 755 000 familles sont concernées par le CMG (complément mode de garde) et que l’accueil individuel est le premier mode d'accueil en France. Considéré comme plus couteux notamment pour les familles modestes que les crèches, c’est une des revendications des assistantes maternelles que le reste à charge pour les familles soit harmonisé avec celui qui leur incombe quand elles bénéficient d’un mode d’accueil collectif.
L’application de cette mesure sera facilitée par la mise en place du tiers payant, qui d’une certaine façon, s’il est organisé dans de bonnes conditions, protégera les assistantes maternelles des parents mauvais payeurs.

L’Ufnafaam se réjouit, sous réserve qu’elle soit confirmée, de cette mesure « qui va dans le bon sens. » Et qui permet de lever un des freins au  recours à une assistante maternelle.
Affaire à suivre donc. Quant à l’ANAMAAF  si elle se dit « favorable à l’avance des frais de garde en direction des parents », elle est, en revanche,  «  absolument contre le tiers payant ». Et de préciser  que  « si les deux mesures sont conditionnées l’une à l’autre », elle « n’encouragera pas ces pratiques ». Position partagée par le SUPNAAFAM UNSA.

 
Article rédigé par : C.L.
Publié le 08 juin 2018
Mis à jour le 08 juin 2018