« Home-staging » en structure d'accueil : comment optimiser l'espace

Le home-staging, dans l’immobilier, signifie « mettre en scène » par la mise en valeur des espaces. Un des objectifs de cette pratique d’aménagement est de faire en sorte que chacun puisse se sentir bien en créant des conditions de vie optimales. Si l’on y étend l’idée d’améliorer l’ambiance générale des espaces, à moindre frais, ce terme peut prendre tout son sens dans les structures d'accueil du jeune enfant.
Quand les budgets sont serrés et qu’il faut toutefois penser ou repenser les espaces pour offrir une qualité d’accueil optimale aux enfants, donner du sens à leurs espaces de jeu, il faut bien trouver des solutions. Faire le plus avec le moins peut alors devenir la formule gagnante !
L’objectif du home-staging en crèche, en MAM, en RAM... est de donner une valeur ajoutée à l’espace pour qu’il réponde parfaitement aux besoins des enfants, des familles et du personnel. En créant une véritable invitation non seulement à entrer, mais aussi à jouer et s’y sentir bien.

Il ne s’agit pas d’entamer de gros travaux, comme abattre une cloison, ou de tout éliminer et tout racheter. L’idée est de modifier l’esprit d’une pièce pour lui redonner du sens, en faisant preuve de créativité. Concrètement c’est valoriser les volumes, faire des ajustements entre les fonctions des pièces, les besoins des usagers enfants, professionnels et parents, et prendre en considération les conditions de densité. Autrement dit, l’aménagement s’opère sur des critères liés aux caractéristiques fonctionnelles et au choix d'agrément du cadre physique.
Cela peut se traduire par une nouvelle fonction donnée à un espace, le nouvel agencement d’un bureau, la répartition stratégique des aires de jeu, ou encore éliminer tout ce qui peut entraver visuellement, repenser la luminosité, l’ambiance et la circulation dans l'espace, désencombrer une pièce, harmoniser les couleurs, trier et classer jouets et matériel éducatif.

Alors, on commence par quoi ?

Déterminer les priorités
Puisque l’on dispose d’un petit budget, on prend le temps de se poser ensemble quelques questions d’ordres matériel et physique. Est-ce que l’on se sent étouffé par un trop-plein de mobilier et de jouets dans une pièce ou dans une autre ? Dans quel espace avons-nous du mal à nous sentir bien ?
Partir de son ressenti en tant qu’adulte permet de nous guider pour améliorer les conditions de vie des enfants, qui passent autant voire plus de temps dans les pièces désignées. Les espaces qui posent le plus question sont ceux qui méritent d’être repensés en priorité.

Voir les espaces autrement
Un espace de rangement pourrait-il jouer un autre rôle ? Peut-on intervertir une aire de jeu par une autre ou bien le bureau de la directrice par le bureau de l’éducatrice ? Pourrait-on y gagner en luminosité, en ergonomie, en confort ? Si la réponse est oui, alors on fonce.
Imprégnés par l’ambiance existante, absorbés par le travail et le quotidien de la crèche, il est parfois bien difficile de porter un regard nouveau, en tant que professionnels, sur l’environnement dans lequel chacun vit. S’interroger sur nos déplacements, sur la circulation des enfants dans les aires de jeux, l’intérêt qu’ils portent aux coins de jeu, sur la ressource jeux, jouets et supports de jeu et sur la prise en compte de l’individualité - le solo - offerte ou non à l’enfant, sur l’ambiance générale qui existe au sein des différents pièces, permet de voir les espaces autrement. « Je suis heureuse de pouvoir utiliser le potentiel des pièces d'une autre manière ainsi que les jeux. J'ai aussi vu notre travail sous un autre angle » témoigne Christel, animatrice en crèche à Marseille.

Désencombrer
Pour redécouvrir le potentiel d’une pièce, on commence par dégager de l’espace ! Nous avons souvent tendance, comme à la maison, à accumuler et à garder. On fait donc le tri : jouets obsolètes, jeux aux pièces manquantes, jouets et livres cassés, animaux ou petites voitures qui ne rentrent pas dans la ferme ou le garage parce que leur gabarit ne correspondent pas… On range, on classe, on sélectionne par catégorie.
Tout ce qui obstrue visuellement l’espace est à déplacer ou à mettre de côté. Avant de jeter, on fait le tour des meubles qui prennent trop de place ou que l’on avait mis de côté parce qu’inutiles. Ils sont bien souvent vus sous un autre angle une fois détachés du fond existant. Faire le tri permet de redécouvrir des trésors cachés que l’on avait oubliés !
« La crèche est plus aérée et tellement plus adaptée », raconte Adeline, professionnelle de crèche à Meyrargues.

Oser réinventer les espaces
Oser réinventer les espaces en faisant preuve de créativité, en offrant une diversité de matière, ou en enrichissant simplement le coin dînette, par exemple. Ce jeu symbolique qui représente la cuisine, « le comme à maison » avec ses ustensiles et ses petits accessoires, éponges, torchons, casseroles en inox et tout ce qui fait sens. S’autoriser à créer des espaces adaptés, ludiques et chaleureux, synonymes de confort pour les enfants comme pour soi.
Les espaces de repos du personnel devraient eux aussi recevoir une attention particulière, pour les rendre adaptés et confortables. Réaménager les espaces en équipe, en partant de ce que possède la crèche, c’est donner un nouveau souffle au travail d’équipe. Marine, auxiliaire de puériculture en crèche d'hôpital à Saint Etienne, confie: « Je me sens bien ! Avec encore plus de motivation à m'investir sur mon lieu de travail ».
Article rédigé par : Marina Lemarié, EJE, formatrice et consultante en aménagement des espaces petite enfance
Publié le 22 août 2018
Mis à jour le 14 septembre 2018