La créativité, un jeu d’enfants

Vers une relation éducative créative, consciente et respectueuse

Pascale Blanc
Livre La créativité, un jeu d’enfants
Educatrice de jeunes enfants, formatrice et praticienne d’éducation créative, Pascale Blanc invite les professionnels de la petite enfance à plonger dans le grand bain de la créativité. Et comme elle l’écrit si bien : « Créativité et petite enfance sont étroitement liées car la création est l’activité principale du jeune enfant : création de lui, du monde qui l’entoure et de ses représentations, de sa relation aux autres… » Et le professionnel dans tout ça ? Il va accompagner l’enfant sur le chemin de la liberté d’expression créative. Mais pour ce faire, Pascale Blanc le convie à partir lui-même à la rencontre de sa partie créative ou simplement à renouer avec elle, puis d’aller vers celle de ses collègues, des jeunes enfants accueillis et de leurs parents. Au final, la créativité n’est pas considérée comme auto centrée, elle est un formidable moyen d’épanouissement, vecteur de communication et de rencontres. Sans oublier, Pascale Blanc le rappelle tout au long de son ouvrage, l’importance de la trace, qui apparaît tôt dans l’enfance.

L’ouvrage de Pascale Blanc se compose de dix chapitres. Dans le premier, elle interroge sur la notion de créativité. Elle distingue notamment les loisirs créatifs, l’activité artistique et les activités créatives ludiques, dont l’accompagnement est différent. Et pointe du doigt les « productions » des jeunes enfants, ou leur attente par certains parents, qui sont souvent synonymes d’activités dirigées, de modèles à suivre... et n’ont finalement que peu de sens pour eux. Et pourtant l’idée est bien de remettre du sens dans la création. Elle insiste aussi sur le fait que « la créativité est un besoin fondamental visant la réalisation de soi ». Et comment lui donner toute sa place en EAJE ? Par le biais de questions, Pascale Blanc propose aux professionnels d’évaluer la place de la créativité dans leur quotidien.

Dans le deuxième chapitre, Pascale Blanc entraîne le lecteur à la découverte de l’« Education créatrice© » et du « Jeu de peindre© » d’Arno Stern. Elle raconte son expérience puisqu’elle a elle-même participé pendant 3 ans à ce « Jeu de peindre© », avant de mettre en place une pratique proche de celle-ci. Dans la suite de cette partie, elle prend appui sur des éléments du « Jeu de peindre© » pour amener les professionnels à « réfléchir à la place de la créativité dans leur relation éducative et l’ajuster dans un contexte d’accueil collectif ». Le tout étayé d’observations pratiques de jeunes enfants.

Les chapitres 3, 4 et 5 font la part belle à la peinture. Comme le souligne Pascale Blanc, « peinture et créativité sont fréquemment associées, l’un servant de média à l’expression de l’autre. » Surcharge de travail, manque de temps et de place… elle énonce les freins qu’elle a pu relever lors de séances de formation avec des professionnels de la petite enfance, intéressants à connaître pour ceux qui souhaitent se lancer dans la peinture avec les enfants. Via ses propres expériences et observations, Pascale Blanc explique que « Proposer la peinture aux enfants conduit ainsi successivement à s’intéresser à leur âge, aux éléments matériels, au stockage, à la mise en espace des propositions pédagogiques qui suivront et sont fondées sur ces variables d’ajustement. » Dans cette partie, elle revient sur la trace et sa gestion. « Les éducateurs sont garants de la liberté d’expression de la créativité des jeunes enfants qui avec la peinture s’expriment en portant leur trace sur une feuille », écrit-elle. Un point qui mérite réflexion de la part des professionnels et qui pose également la question des transmissions aux parents.

Dans le chapitre 6 « Cadre réglementaire et éducation créative », Pascale Blanc rappelle « l’importance de la sécurité en matière de créativité et de collectif de jeunes enfants ». Elle invite ainsi les professionnels à communiquer avec les PMI, à leur faire parvenir leurs projets d’équipe, « écrits et documentés » dans la mesure du possible afin de créer du lien et permettre aux « EAJE de toujours maintenir l’enfant créateur au centre des préoccupations. » Puis, elle reprend et illustre les articles de la Charte nationale d’accueil du jeune enfant en collectivité « (…) qui ont trait aux questions les plus proches des dynamiques des projets artistiques et culturelles, parfois d’expériences vécues partagées avec des équipes sur le terrain. »

Quant au chapitre 7, il traite de l’importance de mener des projets créatifs en équipe. « Une dynamique de projet d’établissement, de projet pédagogique, de projet éducatif, intégrant la créativité de chacun dans le respect de sa singularité et visant à donner un sens commun au collectif, représente un puissant levier à des rencontres authentiques », affirme Pascale Blanc. De quoi motiver, encourager les professionnels à expérimenter, se rencontrer et communiquer.

Enfin, les chapitres 8, 9 et 10 abordent respectivement « L’éveil artistique et culturel des jeunes enfants » avec les différents protocoles d’accord (Culture Enfance…) préconisant l’éveil artistique et culturel des jeunes enfants, la « Dimension partenariale des projets créatifs » ou la rencontre entre le monde de la petite enfance et celui de l’art et de la culture avec pour exemple le partenariat qu’elle a pu monter entre le jardin d’éveil où elle est responsable pédagogique et la société des Beaux-Arts locale et « La formation initiale des éducateurs de jeunes enfants » avec un rappel des textes de référence et la façon de familiariser les étudiants aux pratiques vivantes.

Riche en théorie mais aussi en pratique avec ses nombreuses observations, retours d’expérience, exemples, propositions, cet ouvrage de Pascale Blanc redonne ses lettres de noblesse aux activités créatives considérées bien souvent à tort comme seulement divertissantes.
 
19,90
Article rédigé par : Caroline Feufeu
Publié le 06 novembre 2020
Mis à jour le 06 novembre 2020