La Fabrique du Crétin Digital

Les dangers des écrans pour nos enfants

Michel Desmurget
Docteur en neurosciences et directeur de recherche à l’Inserm, Michel Desmurget publie un livre coup de poing sur les dangers liés à l’exposition aux écrans des plus jeunes.

Combien de fois vous est-il arrivé de voir des parents mettre un téléphone ou une tablette dans les mains de leurs enfants afin de les canaliser ou de les empêcher de pleurer ?
Ce qui semble anodin et sans danger ne l’est pourtant absolument pas, et va avoir des répercussions particulièrement néfastes sur le développement et la santé des enfants.
L’être humain est « programmé » dès sa naissance pour interagir avec son entourage. Bien plus qu’une simple interaction sociale, cette fonction de mimétisme est vitale à son développement car c’est en observant ses pairs que l’enfant développe ses fonctions cognitives. En observant un « véritable » humain agir devant lui, le jeune enfant va non seulement apprendre extrêmement rapidement en l’imitant mais surtout chercher à comprendre le raisonnement derrière l’action, stimulant sa curiosité ainsi que sa logique, alors encore en construction, ce qu’un écran ne peut pas faire. L’écran agit comme une sorte de brouilleur sur le cerveau de l’enfant : il va être capable de recopier une action à un moment donné mais ne comprendra pas la logique derrière et n’apprendra pas.
La Suède en est un exemple concret. En ayant fait le pari d’arrêter l’enseignement de l’écriture manuscrite et de mettre les enfants sur ordinateur dès le plus jeune âge, le pays pensait donner naissance à une génération de surdoués, mais c’est l’inverse qui s’est produit. S’ils sont en effet très à l’aise avec les ordinateurs, les enfants souffrent de problèmes de concentration et d’apprentissage en général, entrainant une inéluctable chute du pays au classement PISA(Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves).

Les écrans ont un impact terriblement négatif  sur sommeil qui est est vital à la bonne santé de tout individu et particulièrement des jeunes enfants encore en plein développement.  En bon vulgarisateur,  Michel Desmurget compare le cerveau humain et les neurones à un supermarché. Les employés (les neurones) étant activement sollicités en journée, ils ne peuvent pas effectuer toutes les tâches nécessaires au bon fonctionnement du magasin et sont obligés d’attendre l’heure de fermeture (qui correspond à l’heure du coucher) afin de tranquillement tout réapprovisionner et organiser la journée du lendemain.C’est exactement la même chose concernant le cerveau de l’humain, et l’activité est aussi importante de jour que de nuit.

Exposer un jeune enfant à des écrans entraine une baisse du sommeil altérant le cycle jour/nuit de ses neurones et favorisant l’apparition de troubles physiques et problèmes de santé.

Enfin, l'auteur insiste: c'est durant l’enfance qu’un individu va développer des habitudes  d'hygiène de vie qui vont avoir des répercussions tout au long de sa vie tant en termes d’attention que d’activité ou d’interactions avec autrui. Un enfant n’ayant pas pris l’habitude de faire du sport, par exemple, sera bien moins à même d’en faire à l’âge adulte qu’un enfant en ayant pratiqué. Ceci est de même vrai concernant les enfants étant exposés tôt aux écrans et qui auront globalement plus tendance à être sédentaires.
 
S’il y a déjà eu bon nombre de livres sur le sujet, La Fabrique Du Crétin Digital est inédit dans son approche. A l’ère du tout numérique et alors que les écrans sont à la portée de tous, il est nécessaire d’avoir quelqu’un qui, comme Michel Desmurget, tire la sonnette d’alarme. Si l’on peut lui reprocher un positionnement un peu trop extrême concernant certains médias tels que les jeux vidéo par exemple, le livre permet de démystifier cette nouvelle génération dite des « milléniaux », enfants nés dans l’ère du numérique et supposés être des génies de par leurs compétences multiples et champs d’actions élargis. Si cette théorie est avancée par de nombreux journalistes et « spécialistes », les nombreux schémas et graphiques qui illustrent le livre prouvent l’inverse et Michel Desmurget n’hésite d’ailleurs pas à dénoncer les lobbys qui privilégient l’argent au détriment de la santé.
Alors que bon nombre « d’experts » mettent en avant le fait que les écrans sont dangereux avant les 3 ans, Michel Desmurget insiste sur le fait qu’ils le sont jusqu’à 6 et plus, dénonçant une pratique commerciale visant à dédiaboliser les écrans afin de vendre plus.
20
Article rédigé par : Raphaël Brami
Publié le 04 décembre 2019
Mis à jour le 05 décembre 2019