Lettre à un jeune parent

Ce que mon métier de pédiatre et les neurosciences affectives m'ont appris

Docteur Catherine Gueguen
Lettre à un jeune parent de Catherine Gueguen
C’est toujours un plaisir de lire Catherine Gueguen. Bienveillante, elle met également à la portée de tous les neurosciences affectives et sociales qui permettent de mieux comprendre les jeunes enfants. Si ce nouvel ouvrage s’adresse en premier lieu aux parents, il offre des clés intéressantes pour tous les professionnels de la petite enfance. Car n’oublions pas, parmi toutes les missions des pros, il y a celle d’accompagner les parents. Un livre à mettre entre toutes les mains…

L’arrivée d’un enfant est un grand bouleversement où se succèdent des grands moments de joie et des moments plus compliqués. Dès la grossesse d’ailleurs, la future maman, mais aussi le papa, peuvent se trouver en proie à des émotions contradictoires, entre le bonheur d’accueillir un enfant et 
Dans son nouvel ouvrage, avec sa bienveillance qu’on lui connaît si bien, Catherine Gueguen déculpabilise les jeunes parents. Car comme elle l’écrit si bien, « Tous les parents font des erreurs ». Elle donne également des pistes qui peuvent les aider de la grossesse à après la naissance, avec toujours dans l’idée de ne pas rester seuls.

Grâce à l’apport des neurosciences affectives (découvertes sur le fonctionnement du cerveau) qu’elle vulgarise à merveille, Catherine Guguen invite à « changer de regard sur l’enfant ». Parmi tous les enseignements des neurosciences, celui de l’immaturité du cerveau du jeune enfant est capital. On comprend mieux pourquoi « il lui est impossible de faire face à ses émotions, à ses impulsions (jusqu’à 5-6 voire 7 ans). Ce n’est pas qu’il ne sait pas ou ne veut pas, c’est qu’il ne peut pas y parvenir. » Et par voie de conséquence, on comprend mieux l’impact des relations avec l’enfant sur le développement de son cerveau. 

Selon Catherine Gueguen, l’empathie (dont nous sommes tous dotés à la naissance), accompagnée de confiance et de patience, est la clé pour « faire maturer le cerveau des enfants ». Elle explique aussi « comment devenir un parent empathique », en apprenant « à reconnaître et à accepter ses propres émotions sans se sentir coupable de les éprouver » et en cherchant « à comprendre pourquoi, face à tel ou tel comportement de l’enfant » on ressent ces émotions. 

Elle évoque ensuite « les tempêtes émotionnelles » de l’enfant ou l’insécurité perpétuelle dans laquelle se trouve le tout-petit dans ses premiers mois de vie. C’est en l’entourant, en le rassurant qu’il pourra s’apaiser et que son cerveau pourra se développer de façon optimale. Un message adressé aux parents mais aussi à toute personne s’occupant d’un tout-petit. Tout naturellement, se pose la fameuse question des pleurs des enfants. Sa réponse est claire : « Il faut toujours répondre aux pleurs de votre enfant. Votre enfant ne vous manipule pas, il ne pleure pas volontairement. » Si elle s’attarde longuement sur les pleurs, elle donne aussi des conseils quant aux enfants qui mordent ou tapent (Pourquoi ? Comment réagir ?). Des situations compliquées à gérer qui peuvent être déroutantes pour les parents mais aussi pour les pros de la petite enfance.

De l’empathie bien sûr mais de la bienveillance aussi. Catherine Gueguen tord le cou à l’idée reçue qu’élever un enfant dans la bienveillance ne lui permettrait pas, en grandissant, de savoir comment se défendre. Au contraire, elle explique que c’est le rendre plus fort. Et de préciser que bienveillance ne signifie pas laxisme. L’adulte est avant tout un modèle pour l’enfant. Par son comportement, il guide l’enfant, partage avec lui ses valeurs. L’idée non plus n’est pas de dire « oui » à tout, mais de lui faire confiance, sans lui faire « de reproches qui mettraient en cause ce qu’il est en tant qu’être humain : « Tu n’es pas gentil », « Tu ne comprends rien »… »

Et d’enchaîner sur la violence éducative ordinaire (VEO) dont elle a fait son combat. Toujours avec bienveillance et sans volonté de faire culpabiliser, elle explique ce qu’est la VEO, comment elle s’exprime et les dégâts qu’elle provoque chez les enfants. Edifiant…

Sommeil, disputes entre enfants, repas… à la fin de son ouvrage Catherine Gueguen propose des conseils quant à des situations très concrètes auxquelles doivent faire face les parents au quotidien (mais aussi les pros de la petite enfance !)

« Je rêve que les professionnels de l’enfance reçoivent une formation pour développer leurs propres compétences émotionnelles et sociales, afin d’être en mesure d’accompagner au mieux les parents et les enfants », confie-t-elle à la fin de son ouvrage. Nous aussi !
14,90
Article rédigé par : Caroline Feufeu
Publié le 05 octobre 2020
Mis à jour le 15 octobre 2020