Biblio Pro

Refonder l’accueil des jeunes enfants

Sylviane Giampino
Livre : Refonder l
C’est le rapport Giampino, mais en mieux ! Enfin en plus accessible car débarrassé des scories du langage qu’exige un rapport commandé par un Ministre et supervisé par une administration qui a ses codes et ses usages. La psychologue-psychanalyste a donc décidé de reprendre la plume avec un peu plus de liberté. « J’ai rendu plus lisible et accessible les éléments du rapport, reconnait-elle. J’ai enlevé les passages technocratiques pour que ressortent mieux les enjeux et direction ». L’écriture est plus fluide et porte la pâte « Sylviane Giampino » : une façon de relier les choses, un style plus humain moins désincarné. Quand on la lit, on pourrait presque l’entendre… Mais le fond reste le même et tout ce que vous avez aimé dans le rapport préparé par la mission qu’elle dirigeait et intitulé « Développement du jeune enfant, modes d’accueil et formation des professionnels » est là. Explicité, argumenté et replacé dans son contexte avec des renvois aux différentes propositions qui sont par ailleurs reprises en annexe, tout comme le Texte-cadre national pour l’accueil du jeune enfant, la Charte nationale du jeune enfant, le Protocole d’accord sur l’éveil artistique et culturel du jeune enfant et le Plan d’action pour la petite enfance de novembre 2016.  
C’est un travail plus personnel aussi parce que son auteur s'est nourrie de son engagement et cheminement de 30 ans autour des enjeux de la petite enfance. Un engagement qui lui a permis de mener à bien sa mission. Avec le succès que l’on sait.

Car ce rapport Giampino est de venu un « must » chez les professionnels de la petite enfance de l’accueil collectif comme de l’accueil individuel. D’abord parce qu’il fait parfaitement écho à leurs convictions et espérances. Ensuite parce qu’il s’est concrétisé par des actions comme la Journée Nationale des Professionnels de la petite enfance du 31 janvier 2016 et le Texte-cadre pour l’accueil du jeune enfant, pour ne citer qu’eux. Les professionnels s’en sont emparés. Et avec ce livre, l’essaimage devrait se poursuivre puisqu’effectivement la lecture en est plus aisée et son petit format permet de le manipuler facilement et de de s’y référer aussi souvent que souhaité. Ce « Refonder l’accueil des jeunes enfants » devrait être au programme de tous les instituts de formation, dans les bibliothèques de tous les lieux d’accueil (crèches , haltes-garderies ou RAM) tant il explique et précise les principes fondamentaux du développement global du jeune enfant. Ceux-là même qui doivent guider les professionnels dans leur pratique .
Le rapport Giampino était déjà une référence, cet ouvrage-là devrait le détrôner !

Mais chroniquer ce livre sans en évoquer l’introduction et la conclusion en ferait un compte-rendu incomplet. Car l’une comme l’autre sont très personnelles et donnent clairement le point de vue de l’auteur. Sans s’engager dans des polémiques, sans jamais citer clairement ce et ceux à qui elle fait référence, Sylviane Giampino assène ses vérités.
La qualité des modes d’accueil à refonder du point de vue des enfants et le regret d'un vocabulaire loin de cette préoccupation. Elle écrit par exemple : « (…) Le nombre de « berceaux » ou de places pour les enfants, a fait place au nombre de « solutions d’accueil ». Transformant un berceau et l’enfant qu’il porte en problème à solutionner. Quelle tristesse ». Et poursuit : « il n’y a pas de séparation possible entre le qualitatif et le quantitatif dans la valeur d’un mode d’accueil. Car sur l’enfant tout agit, les normes d’agrément comme les locaux, le bien-être du personnel, les finances de ses parents et les heures d’ouverture… ». Autre conviction : la prime éducation est la clef d’un développement harmonieux du jeune enfant. Et elle appelle à ne pas se précipiter sur telle ou telle nouvelle méthode au nom de la scientificité. « L’argument de scientificité ne suffit pas ; il doit être associé à la conscience que les savoirs nouveaux absorbent des savoirs anciens et qu’il y a plusieurs formes de savoirs. Etre, de plus, bien conscient que l’agrippement aux modèles traditionnels, aux dogmes caducs si décriés, est aussi délétère que la fascination sans critique pour des modèles présentés comme nouveaux, qui peuvent à terme s’avérer aussi dogmatiques et caducs que leurs ancêtres. »
Enfin à l’heure où l’investissement social est sur toutes les bouches, Sylviane Giampino donne clairement son sentiment. « Qu’une génération assume un projet de prime éducation, d’égalité, d’avenir pour la génération suivante, peut s’argumenter sans être obligé de démontrer que bien s’occuper des enfants aujourd’hui fera économiser de l’argent plus tard ».
Voilà tout est dit.
15
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Modifié le 06 octobre 2017