Crèche Chambovet à Lyon : réquisitionnée mais sereine

La crèche Chambovet à Lyon fait partie des crèches qui accueillent les enfants de personnels soignants ou investis dans la gestion de la crise sanitaire. Comment vit-elle à l’heure du coronavirus ? Le plus sereinement possible répond sa directrice. Les enfants vont bien merci. Et les pros font face courageusement et avec professionnalisme.
La crèche Chambovet à Lyon (groupe LPCR) est une grande crèche de 120 berceaux avec une large amplitude horaire : 6h-22h. Actuellement, covid-19 oblige, elle n’en accueille que 60, 10 par sections. Pas un de plus.   Et il y a six sections réparties sur deux étages avec -heureusement en ces temps de confinement- un vaste jardin et une terrasse que se partagent le plus équitablement possible les groupes d’enfants.

Des « petits nouveaux » accueillis tout en douceur
Réquisitionnée parce qu’accueillant à 80% déjà des familles travaillant dans les deux hôpitaux proches ou à la Préfecture. « Et finalement explique sa directrice Lise Bracoud, puéricultrice, nous n’avons que 10 nouveaux enfants pour qui ça se passe très bien » se réjouit-elle. « Nous avons en amont échangé par mail avec les parents pour faire connaissance, expliquer la crèche et recueillir des infos sur l’enfant. Les parents ont su verbaliser la situation et on prend du temps le matin pour discuter. Du coup l’arrivée et l’intégration des petits nouveaux se sont fait en douceur ».

19 professionnels volontaires et investis
La crèche fonctionne donc à mi- régime mais avec son personnel habituel. « En fait explique Lise, la moitié du personnel s’est porté volontaire et l’autre moitié a préféré s’arrêter. Mais si un professionnel tombait malade, d’autres professionnels exerçant dans des crèches fermées du réseau se sont déjà manifestés pour travailler avec nous ». Pour faciliter la mobilisation du personnel, la crèche a décidé d’accueillir les enfants des professionnelles y exerçant.

Le soutien d’une psychologue
Au départ le personnel était un peu angoissé. La psychologue de la crèche a pris le temps de discuter en tête à tête avec chaque pro. Elle est venue deux fois la première semaine, le lundi et le vendredi. Désormais elle vient une fois par semaine pour discuter avec l’ensemble des professionnels. « C’est utile et efficace » note Lise Bracoud.
Les parents aussi bénéficient du soutien de la cellule psychologique de leur hôpital. Les inquiétudes peuvent donc être exprimées de part et d’autre. Ce qui permet ensuite des relations plus sereines, dégagées des angoisses de chacun. Et c’est sans doute pour cela que les enfants vont si bien.

En vitesse de croisière
Le stress du départ semble loin désormais, la crèche a vraiment trouvé sa vitesse de croisière. « On travaille dans la bonne humeur, on essaie de faire des activités en lien avec les parents. Les enfants font des dessins pour eux, pour les encourager. On met en place des activités très ludiques comme de la peinture en couches … ». L’idée : alléger l’atmosphère qui, en ces temps d’épidémie, pourrait être lourde et pesante.
« Nous bénificions du soutien de notre direction générale qui passe à la crèche une fois par semaine. Elle sait avoir des attentions pour l’équipe. Les remercier, les encourager … Nous allons même recevoir des chocolats ! ».
Une deuxième crèche du groupe, proche de l’hôpital Nord est ouverte. Coordinatrice de cette crèche Caluire, Lise Bracoud explique : « On se soutient moralement, on fait des visio-conférences régulièrement et on partage même des cafés -vidéos. »

Hygiène et ménage renforcés
Les précautions d’hygiène sont évidemment importantes et respectées. La crèche met à disposition du personnel des masques, du gel hydro alcoolique et des gants. « Les masques sont facultatifs pour les professionnels mais elles se lavent en moyenne les mains toutes les heures. » précise Lise.
Pour le ménage, la crèche s’est adjoint les services d’une société spécialisée extérieure qui vient matin et soir nettoyer les poignées de porte, les sanitaires le interrupteurs et toutes les surfaces.
Les parents doivent porter un masque dès l’entrée de la crèche et pour venir chercher leur enfant dans sa section, c’est un seul parent à la fois.
 
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 27 mars 2020
Mis à jour le 22 avril 2020