Témoignage : une assistante maternelle sommée de rembourser 4000 euros à Pôle Emploi

Assistante maternelle dans le Nord-Pas-de-Calais (62), Marie-Christine se bat depuis 6 mois contre Pôle Emploi qui lui réclame un trop perçu de 4000 euros, suite à une erreur de ses services. Un problème récurrent qui révèle les difficultés que rencontrent les assistantes maternelles au quotidien, avec Pôle Emploi et Pajemploi. Son témoignage.
Il y a deux ans, Gabriel l’un des enfants que je gardais est parti pour l’école. Lorsque sa maman me déclarait chaque mois, elle était identifiée sous son nom de jeune fille. Mais sur l’attestation employeur qu’elle m’a remis à la fin de notre contrat, c’est son nom marital qu’elle a inscrit. 

Coup de fil de Pôle Emploi : « vous avez un trop perçu de 4000 euros » 
En septembre 2021, je reçois un appel de ma conseillère : « il y a un souci sur votre dossier, il y a un trop perçu de 4000 €. On est en train de faire des recherches. » Puis un peu plus tard, elle m’a dit qu’elle pensait qu’il y avait deux enfants. Pourtant, tous les mois j’envoie mes fiches de salaires, mais jamais il n’y a eu deux bulletins de salaire avec deux noms différents. Pôle emploi m’a donc versé pendant un an une indemnisation pour deux enfants, qui étaient en réalité un seul et même enfant. Mais lorsqu’on touche des prestations de Pôle emploi, on n’a pas le détail de ce que l’on nous verse. C’est la troisième fois que j’ai un problème de trop-perçu et je ne suis pas la seule.

Une dette abaissée à 2000 euros
La conseillère a reconnu son erreur et mon dossier est passé en commission paritaire une première fois. Pour l’administration, on m’a donné 4000€ que je n’avais pas à avoir, leur but est d’en récupérer un peu, mais moi je ne suis pas d’accord. La dette a été baissée à 2000 €. J’ai donc fait appel de cette décision mais il a été décidé de maintenir la dette à 2000€. Je suis allée dans des points d’accès aux droits, j’ai rencontré des avocats qui m’ont confirmé que j’avais bien fait les choses en temps et en heure : je suis très procédurière et stricte dans mes relations avec Pôle emploi. Je voulais être reçue par le directeur de l’agence d’Arras qui n’a jamais accédé à ma demande, mais il y a quinze jours, ils ont tout de même décidé de me recevoir avec ma conseillère. Elle reconnaît parfaitement son erreur, elle ne vit plus et moi non plus d’ailleurs ! Pôle Emploi m’a proposé de repasser mon dossier en commission paritaire le 22 mars prochain. J’aurai alors un dossier un peu plus solide, il y a eu la parution d’un article conséquent dans la presse locale, et j’ai la possibilité d’aller au tribunal administratif si ça ne bouge pas.

Beaucoup de stress et de colère
Cette affaire me stresse énormément et cela se répercute sur mon sommeil et mon quotidien. Je suis tout le temps inquiète de savoir si mon actualisation a bien été faite… J’ai surtout dit à Pôle emploi qu’il fallait qu’ils revoient leur système d’indemnisation vis à vis des RPE. Il faut que ça bouge, je ne suis pas la seule à avoir des problèmes de trop perçus !  Je suis même prête à travailler avec Pôle emploi pour les aider à voir ce qu’il faudrait mettre en place. Pajemploi n’arrive pas à prendre en compte les fratries, l’organisme ne fait pas deux fiches de paie pour deux enfants donc si les assistantes maternelles ne précisent pas sur leur fiche de salaire « enfant 1, tant d’heures », « enfant 2, tant d’heures » ça crée des trop perçus. Et si on n’est pas comptable on n’y comprend rien ! Il n’y a pas du tout de relation entre Pôle emploi et les Relais Petite Enfance. Cela dit, Pôle emploi reconnaît qu’il y a un gros dysfonctionnement avec les assistantes maternelles… Et depuis janvier, chaque assistante maternelle indemnisée a deux conseillers : un conseiller indemnisation et un conseiller emploi. 
Publié le 10 mars 2022
Mis à jour le 11 mars 2022