Ecolo Crèche

QUIZ : Quelles pratiques autour de l'alimentation ?

Dans la série sur les pratiques écoresponsables que nous vous proposons en partenariat avec Ecolo Crèche et EcoAccueil Petite Enfance (le label Développement durable destiné aux assistants maternels), les experts de l'association vous proposent aujourd’hui un quiz autour de l’alimentation.
L’objectif de ce quiz est de lancer une réflexion sur de nombreux sujets liés à l’alimentation et d’ouvrir la discussion. En effet, l’alimentation va bien au-delà de ce qui se trouve dans l’assiette et l’association Label Vie cherche justement à sensibiliser les professionnels de la petite enfance sur tous ces aspects.
Vous trouverez à la fin de ce quiz les réponses aux questions, ainsi que des éléments d’approfondissement.
1.    Manger des fraises en hiver…
       a) Oui, car il est important de manger varié toute l’année
       b) Non, car c’est meilleur pour l’environnement de manger des fruits et légumes de saison
       c) Bah … si elles viennent d’un pays lointain dans lequel c’est la saison des fraises…

2.    Passer à une alimentation biologique permet…
       a) De manger uniquement local
       b) De ne manger que des graines
       c) De réduire les impacts négatifs sur la santé

3.    Un aliment ultra-transformé…
       a) Est une formulation industrielle contenant de nombreux ingrédients
       b) Contient peu d’ingrédients
       c) Est synonyme d’un aliment hyper sain

4.    Manger des protéines animales est :
       a) La seule solution car on ne trouve pas de protéines ailleurs
       b) Une pratique alimentaire qui a un fort impact sur l’environnement
       c) Sans impact sur l’environnement !

5.    Réfléchir aux modes de cuisson…
       a) Indispensable pour maintenir la qualité des aliments !
       b) Pourquoi ? Cela n’affecte en rien la qualité des produits.
       c) De toute façon, on n’a pas le choix, tout passe au micro-ondes…

6.    Le gaspillage alimentaire…
       a) Peu importe la quantité de déchets car de toute façon on trie et on a des poules…
       b) Un vrai travail d’anticipation sur les commandes et les achats !
       c) Un gaspillage inévitable quand on doit gérer de nombreux enfants…

7.    L’utilisation de contenants en plastique…
       a) A petites doses… si c’est pour stocker OK, mais pas pour réchauffer…
       b) Surtout pas ! Ce matériau a des effets négatifs sur l’environnement et sur la santé !
       c) C’est pratique, sain et irremplaçable !

8.    Il peut être intéressant de penser aux aliments comme…
       a) Un moyen de reconnecter les enfants à la nature
       b) Uniquement un moyen de se nourrir
       c) …c’est-à-dire ???

9.    Le temps du repas peut être pensé comme un moment…
       a) D’éveil et de partage entre les enfants, mais aussi entre les enfants et les professionnels…
       b) De totale autonomie pour l’enfant
       c) De repas et rien d’autre, il est important que les enfants se concentrent sur ce qu’ils mangent

10.  Les recommandations du GEM-RCN posent des bases pour constituer votre projet alimentaire… Qu’en pensez-vous ?
       a) C’est prioritaire pour moi de suivre ces recommandations pour rassurer les familles
       b) Je respecte ces recommandations mais elles nous enferment, j’ai le sentiment de ne pas pouvoir innover
      c) Je les accommode à ma sauce, je veux surtout monter un projet alimentaire durable et je viens de noter plein de nouvelles pistes avec les 9 précédentes questions :)



Réponses et éléments de réflexion
1. Réponse b : certes les fraises poussent en hiver dans certains pays, mais le coût environnemental du transport pour les acheminer jusqu’à nous est à prendre en compte. D’autres fraises vont être cultivées plus proches de nous, mais sous serre chauffée. Pas idéal non plus pour notre planète ! En conclusion, le respect des saisons est généralement la meilleure façon de s’assurer d’un moindre impact environnemental.

2. Réponse c : il ne faut pas confondre bio et local. Le bio garantit un aliment de qualité cultivé sans pesticides et avec une charte de qualité stricte. Le local garantit un aliment avec une faible émission carbone lié à son transport mais il n’est pas forcément bio et peut donc avoir un impact sur la santé. L’idéal reste donc le bio local !

3. Réponse a: un aliment ultra-transformé peut cacher des ingrédients ayant un fort impact sur la santé comme les additifs. Notre préconisation est donc d’aller toujours vers des ingrédients bruts, simples, transformés par soi-même ou, à défaut, d’aller vers des produits avec une liste d’ingrédients la plus courte possible.

4. Réponse b : savez-vous qu’il faut 16000L d’eau pour obtenir 1kg de viande de bœuf ? L’impact de la consommation de viande est considérable sur l’environnement mais aussi sur la santé si les quantités données à un jeune enfant sont trop élevées. Il est donc conseillé de réduire sa consommation de viande à 1 ou 2 fois par semaine. L’apport de protéines dans les autres repas se fait via le poisson, les œufs, et les protéines végétales.

5. Réponse a : on parle souvent de la qualité des aliments (bio…) mais on parle moins de leur mode de cuisson ou de réchauffage. Il est important de réfléchir au meilleur mode de cuisson pour préserver les nutriments. A noter que le micro-ondes modifie la composition des aliments ce qui n’est pas sans risque sur la santé.

6. Réponse b : le meilleur déchet est celui qui n’existe pas. Même si une poule mange un reste de repas, ce repas a été produit et cela génère un gaspillage. La clé est donc d’anticiper sur les commandes, les achats, l’organisation, afin de produire au plus juste et d’éviter que les assiettes partent à la poubelle (même si c’est la bonne poubelle).

7. Réponse b : le plastique est pratique mais vraiment peu sain. Des particules peuvent migrer dans les aliments qu’il contient. Au minimum, il faut éviter de réchauffer quoi que ce soit dans du plastique. Et au mieux, il faut passer au verre ou à l’inox.

8. Réponse a: les aliments servent à se nourrir certes, mais comprendre d’où ils viennent, comment ils poussent ou sont cultivés et comment ils arrivent dans notre assiette est un tout qui permet à l’enfant de saisir le sens de la nature.

9. Réponse a : Repenser le temps du repas comme un moment de partage et d’éveil est clé pour accompagner l’enfant dans sa découverte des aliments et l’acquisition du plaisir de manger. Réfléchir aux projections que peut faire l’adulte sur l’enfant, aux injonctions qu’il peut formuler, permet de saisir qu’il y a des enjeux au-delà du contenu de l’assiette et que l’adulte a un rôle à jouer dans la transmission du « bien manger ».

10. Réponse c : le GEM-RCN donne des recommandations à suivre sur 4 semaines. Cette base est un terreau que chaque structure peut accommoder comme elle l’entend et selon son propre projet alimentaire. Par exemple, ces recommandations n’empêchent pas l’introduction et la découverte de plats à base de protéines végétales. A vous d’expérimenter, d’oser, pour que nos enfants mangent bien, mangent mieux, et soient prêts pour les enjeux environnementaux de demain !


Visionnez le live de la conférence Label Vie sur l’alimentation durable des jeunes enfants.

Pour aller plus loin

Vous souhaitez approfondir ce vaste thème de l’alimentation ? Visionnez le live de notre conférence sur l’alimentation durable des jeunes enfants.
Cette table-ronde a réuni le 14 mars 2019 au Ministère de la santé et des solidarités trois experts passionnants qui ont apporté un éclairage inédit sur ce thème :
-    Sandrine Monnery-Patris : chargée de recherche à l’INRA et au Centre des sciences du goût et de l’alimentation
-    Philippe Pointereau : agronome chez SOLAGRO, rédacteur du scénario Afterres 2050
-    Laurence Traversier : psycho-nutritionniste, formatrice chez Un plus bio, réseau national accompagnant les cantines bio

Publié le 18 mars 2019
Mis à jour le 09 décembre 2019