Organisation

Crèches : comment bien gérer le temps en cuisine

En crèche, 2 heures sont souvent prévues pour préparer les repas avec une prise de poste à 9h00 pour un début de service vers 11h00. Ce temps est trop juste pour réaliser toutes les taches qui incombent en cuisine. De l’organisation, du bon sens et une bonne gestion des priorités, voici comment y remédier. 
horloge murale
Pourquoi est-ce particulièrement important d’apprendre à gérer son temps en cuisine ? Tout d’abord parce que cela permet de mieux contrôler les événements au cours de la journée. Mais aussi d’atteindre ses objectifs en appliquant des techniques de travail  qui organise les activités et du coup optimisent le temps qui leur sont consacrées. Enfin il s’agit d’apporter des améliorations qui favorisent une plus grande satisfaction en fin de journée avec moins de stress, de fatigue et plus de dynamisme.

8 minutes de planification, c’est 1 heure de gagner
Pour bien planifier, on commence par lister toutes les taches à réaliser en cuisine, voici une liste incomplète :
  • Passer les commandes
  • Recevoir les fournisseurs
  • Réceptionner les marchandises
  • Gérer le stock alimentaire, de produits d’entretien
  • Préparer les menus
  • Faire les fiches techniques des recettes
  • Vérifier la température des chambres froides, les noter
  • Cuisiner 
  • Préparer les chariots
  • Découper la viande des grands
  • Vérifier la température des aliments au service
  • Préparer un biberon
  • Remplacer 2 minutes une collègue auprès des enfants
  • Répondre au téléphone
  • Préparer le café
  • Faire la vaisselle des collègues
Le tout est résumé dans un tableau comme celui-ci par exemple 



Il faut comptabiliser le temps sur un mois et représenter le résultat sous la forme d’un graphique. Celui-ci  montrera objectivement toutes les taches accomplies et le temps nécessaire.  Et il  mettra en évidence si des  moyens humains ou matériels font défaut.

Un plan pour chaque journée 
Une fois la liste faite et les fréquences déterminées (mensuel, hebdomadaire etc.), le plan de journée peut être écrit là encore sous forme de tableau (voir ci-dessous). Tous les soirs, une simple fiche bristol peut servir de check liste, pour ne rien oublier, la préparer prend 5 minutes et libère l’esprit des difficultés du lendemain, un bon point pour la gestion du stress. Le travail qui plait le moins doit toujours être fait en premier, ensuite tout est plaisir… à condition de pouvoir se concentrer et pour cela bloquez des plages administratives par exemple, sans téléphone !



Votre temps et celui des autres 
Dans la liste, des taches parasites peuvent aussi apparaître car la cuisine est au cœur des établissements. Travailler  en équipe, c’est profiter de la stimulation du groupe, c’est aussi  bénéficier des compétences individuelles pour plus d’efficacité et de créativité collective. Mais les bénéfices du travail en commun sont liés à la qualité de la relation avec les autres. Des relations difficiles ou des demandes incessantes génèrent des pertes de temps, de l’insatisfaction, la sensation de gaspiller beaucoup d’énergie. La gestion du temps avec les autres  est un axe important. Pour maintenir des relations de travail favorables, il faut savoir gérer les interruptions, être attentif au mode de communication et vivre des réunions utiles. Il faut aussi savoir dire non, en mettant en œuvre des capacités d’affirmation de soi tout en gardant avec les autres des relations positives. C’est loin d’être facile, par peur de ne pas être aimé, on peut accepter des taches supplémentaires qui augmentent la charge de travail jusqu’à en devenir stressant. Montrez que vous avez compris la demande en la reformulant mais dites non en donnant les raisons du refus et non une justification. Dites non à la demande, mais oui à la personne en proposant une solution.  Par exemple : non vous ne pouvez pas laver la vaisselle de vos collègues car votre temps de travail est terminé mais elles  peuvent utiliser le lave-vaisselle de la cuisine. 

Deux règles d’or : classer et ranger
Souvent on ne sait pas où passe le temps, mais sachez qu’il existe des voleurs de temps qui peuvent être d’origine extérieur, comme les visites des commerciaux, les interruptions par les collègues qui demandent une assiette ou un verre d’eau, le manque d’information (nombre d’enfants présents à midi non connu à 10h00).
Les voleurs de temps sont aussi internes comme le manque d’ordre et de classement, il n’y a rien de mieux qu'un bureau désordonné pour vous donner l'impression d'être débordé. Le mot d'ordre : rangez ! Classez vos dossiers dans vos casiers de rangement, libérez votre espace de travail. Commencez par faire disparaître tout ce qui ne vous sert pas quotidiennement. Et optez pour un principe de classement simple : les dossiers que vous êtes amené à consulter souvent doivent être proches de vous. À l'inverse, éloignez ceux que vous n'ouvrez qu'une fois tous les deux mois. Remettez chaque chose à sa place après l'avoir utilisée. Enfin, gardez en tête que vos collègues doivent pouvoir s'y retrouver eux aussi. 
La difficulté à dire non, à prendre une décision, la fatigue, le stress, le manque de planification de la journée sont autant de freins. Apprenez petit à petit à chasser ces voleurs, vous travaillerez ainsi de manière plus sereine et efficace. Se réorganiser, hiérarchiser, classer, s’astreindre à en faire un peu tous les jours  peut aider à se sentir moins débordé, et du coup à mieux atteindre les objectifs fixés. 

Quelques astuces d’organisation

  • Ne cédez pas à la tyrannie de l’instant (mail, portable) la continuité de la tache est perdue, un effort de concentration sera nécessaire pour reprendre l’activité en cours.
  • Sachez distinguer ce qui est urgent et ce qui est important (l’urgence est immédiate, sans délais, c’est un imprévu devant être traité), l’important peut être planifié.
  • Traitez d’abord les petites choses qui ne demandent pas beaucoup de temps, vous en tirer satisfaction et serez d’autant plus motivé et efficace pour les autres taches.
  • Préparez le plan de travail du lendemain, éditez la fiche de sortie des ingrédients, les fiches techniques des recettes, lavez les légumes…
  • Bannissez  le perfectionnisme inutile, c’est un facteur de stress important sans aucune valeur ajoutée… le mieux est l’ennemi du bien !
  • Apprenez à travailler plus vite, par des formations dédiées au poste en cuisine selon le parcours professionnel, par l’investissement en matériel (un robot coupe est bien plus rapide que la râpe manuelle)
  •  Ne traitez qu’une tâche à la fois, évitez de vous disperser.

Article rédigé par : Sylvie Guillou, docteur en chimie, www.secali.com
Modifié le 13 mars 2016