Organisation

Crèches : comment organiser la biberonnerie

Voici un point sur les recommandations d’hygiène pour la préparation et la conservation des biberons éditées par l’AFSSA en juillet 2005. Ce document est « la référence » pour les services de PMI et connaître les grandes lignes est important pour ne pas faire d’erreur.
biberonnerie
Le groupe de travail de la Société Française d’Hygiène Hospitalière (SFHH)  considère le biberon en structure d’accueil de la petite enfance comme un dispositif hôtelier au même titre que les assiettes, les verres, les couverts. En effet les enfants accueillis sont en bonne santé. Le traitement requis est la désinfection de bas niveau. Il n’y a donc pas lieu dans ces structures de stériliser les biberons. Ceci un grand changement dans vos pratiques qui amènera une modification importante des protocoles de préparation des biberons.

Désinfection : 65° minimumL’étape de nettoyage du biberon et des accessoires est absolument indispensable, elle est suivie ou non d’une étape de désinfection.
Les procédés de désinfection thermique utilisables en crèche pour répondre aux niveaux d’exigence face aux risques infectieux liés aux biberons et tétines sont les suivants :
  • La machine à laver semi professionnelle 85 à 86 °C maximum
  • La machine à laver familiale : température minimum 65°C, absence de tartre. Il est recommander de ne pas mélanger les biberons et le petit matériel annexe de préparation avec tout autre matériel. Il faut alors utiliser le cycle complet (haute température au moins égale à 65°C et séchage impératif)
Les appareils utilisant la vapeur d’eau (dispositif à four micro ondes et stérilisateurs du commerce) commercialisés pour stériliser les biberons ne permettent pas de maîtriser et contrôler les paramètres de la désinfection (maintient de la température, production de la vapeur), en l’absence de données concernant la reproductibilité des procédés usuels, ces appareils ne peuvent pas être recommandée en crèche de ville.
Le procédé chimique n’est pas non plus conseillé car il présente des contraintes de temps et d’organisation et utilisent un produit désinfectant instable.

La biberonnerie : des règles très précisesElle est obligatoire et s’adapte à la structure mais doit répondre au règlement 852/2004/CE, relatif à l’hygiène des denrées alimentaires (ventilation, surfaces bien entretenues, installation sanitaires, marche en avant, obligation de définir par écrit le plan de nettoyage et de désinfection.). Les enceintes réfrigérées doivent assurer le maintient de la chaîne du froid et la température doit être inférieure ou égale à 4°C avec obligation d’enregistrer et contrôler tous les jours.
Les biberons propres seront stockés dans le réfrigérateur pour limiter la prolifération microbienne ou dans un placard à l’abri des poussières.
Pour le bon fonctionnement de la biberonnerie, le personnel doit être qualifié (diététicienne, puéricultrice, éducatrice de jeunes enfants, auxiliaire de puériculture, agent de service intérieur) et former à l’hygiène alimentaire.
La tenue vestimentaire est importante, le port de vêtement de travail adéquat est obligatoire, il doit être changé tous les jours. Les règles d’hygiène de base étant les suivantes : Tenue à manches courtes, cheveux propres, courts ou attachés, absence de montre et de bijoux (mains et poignets), ongles courts, propres et dépourvus de vernis

Pour en savoir plus

  • Pour lire le texte en entier connectez-vous sur le site de l’anses. Vous pourrez télécharger le document pour le diffuser dans votre structure, des tableaux récapitulatifs résument parfaitement le discours et peuvent même être affichés dans la biberonnerie.
  • Une plaquette « Comment bien recueillir, conserver et transporter le lait maternel en toute sécurité » est aussi disponible sur le site de l’anses. Pour les parents, un document est aussi édité : www.anses.fr

Article rédigé par : Sylvie Guillou, docteur en chimie, www.secali.com
Modifié le 13 mars 2016