Organisation

Faire manger les enfants dans de bonnes conditions à la crèche

Déjeuner et goûter rythment les journées des bébés et des enfants. Quel que soit le mode d’accueil. Ce sont des temps d’échanges, de découvertes, d’apprentissage de la patience et de l’immobilité. L’ambiance, le décor, et le contenu de l’assiette bien sûr, tout cela participe du plaisir des repas. Voici des pistes pour que tous ces paramètres soient réunis lors des repas pris en collectivité.
faire-manger-enfant-crèche
Une assiette parfaitement équilibrée, colorée, chatoyante et odorante semblera insipide si l’environnement du repas est détestable. Il faut prendre le temps d’observer l’équipe et les enfants durant un service afin de déceler les difficultés de chacun et d’y remédier dans le temps en équipe.

Des solutions pour atténuer les nuisances sonores
Le premier point à améliorer est souvent le bruit. Et l’effet cocktail s’y applique ! Le volume sonore de la pièce s’accroît progressivement nourri par les conversations des enfants et des adultes, puis alimenté par toutes sortes de bruits parasites qui se superposent : mouvement des chaises sur le sol, choc des couverts dans les assiettes ou de la vaisselle sur la table. Une mesure sonore acoustique de bruit permet de connaître les pics qui peuvent monter à 92dB (A) dans une section de grands sachant qu’il y a risque pour l’audition à partir d’un seul d’exposition de 80dB (A) pendant 8 heures.
En rechercher la cause est indispensable. Bien sûr, un acousticien peut vous aider, mais voici déjà quelques pistes avec les mesures à prendre pour y remédier.
  • Si la hauteur sous plafond est trop importante,  la pose de plaques anti-bruit « baffles » suspendues apporte un réel confort
  • Les murs lisses en plâtre, réverbèrent les sons. Pour y remédier le cadre mural « attrape-sons » est une solution. C’est un décor à lui tout seul et peut être personnalisé. Il est aussi envisageable de recouvrir les murs de lames de bois ajourées, posées sur de la laine de roche, le vide crée entre les surfaces absorbe les sons.
  • Les tables classiques sont souvent bruyantes. Désormais les fournisseurs proposent des tables insonorisées, recouvertes d’un revêtement absorbant le bruit des couverts, c’est une révolution dans les établissements qui en ont fait l’acquisition. Sachez aussi que la simple pose  de caoutchouc sur les pieds des tables et des chaises est magique et complémentaire.
  • La forme et la disposition des tables peut aussi avoir un impact sur la niveau sonore. Les tables rondes favorisent la sociabilité et évitent de s’interpeller d’un bout à l’autre de la table. Si le nombre de tables est important, les séparer par des cloisonnettes renfermant des matériaux absorbants peut être utile.
  • Si le déjeuner réunit tous les enfants, les bébés affamés donnent de la voix et augmentent fortement la nuisance sonore, la salle est trop petite pour tout ce monde…Mieux vaut donc séparer les grands des plus jeunes (qui peuvent rester dans leur section) et faire plusieurs services afin de diminuer cette pression sonore qui impacte sur le comportement des enfants et la santé des adultes.

Une équipe bien organisée, ça crée une meilleure ambiance
L’équipe via son organisation, son comportement, son vécu, peut, contribuer à une atmosphère sereine et détendue ou, au  contraire créer des difficultés auprès des petits. Voici quelques comportements ou situations, assez courantes mais qu’il est préférable d’éviter.
  • Le personnel est en sous-nombre à l’heure du repas. En général l’équipe est au complet, la transmission se faisant vers midi, mais certains établissements travaillent malheureusement à flux tendu et ne peuvent pas se le permettre. Dans ce cas, les adultes sont en difficulté pour répondre aux attentes des enfants, qui en profitent, bien entendu.
  • Les adultes occupés à prendre les plats sur le chariot. Une règle de vase pour le déjeuner, un adulte par table et pas plus de six enfants à accompagner…celui-ci reste à table pour servir, canaliser les énergies et favoriser les échanges verbaux. L’agent en charge des repas distribue les plats, ainsi, seules deux jambes dansent autour des enfants assis, les perturbant au minimum.
  • Les adultes se racontent leur week-end. Le temps de repas est consacré aux enfants. Les discussions entre copines attendront la pause, d’autant plus qu’il y a de petites oreilles qui entendent des conversations qui pourraient être déplacées pour leur âge. Quelques équipes ont eu droit à des remarques de parents ou grands-parents parfois choqués…
  • Les horaires d’accueil doivent empêcher les arrivées d’enfants au moment du repas. Un copain qui arrive entre l’entrée et le plat c’est perturbant pour le groupe qui ne sera plus concentré sur le contenu des assiettes, mais aussi pour l’équipe de cuisine qui ne l’avait pas comptabilisé dans ses effectifs.
Des enfants bien installés, c’est primordial
A partir de la diversification alimentaire, les bébés sont installés dans des transats mais certains professionnels préfèrent les prendre dans leur bras, ici l’organisation est primordiale, tout doit être disponible à porté de mains. L'adulte sera toujours installé à la hauteur de l'enfant assis et non sur une chaise d'adulte : l'enfant n'aurait vue que sur les genoux de l'adulte, ceci limite les échanges privilégiés de ce moment de face à face, étant bien entendu que l’adulte ne s’occupe que d’un bébé à la fois !
Dès lors que l’enfant se tient bien, le repas peut être pris à table mais attention au matériel qui doit être adapté à la taille des enfants sous peine de les voir tomber ou se dandiner constamment du fait de leur mauvaise position.



Une fois bien installé, le repas peut commencer, dans l’ordre : entrée, plat, produit laitier et dessert ou dans le désordre si le système self ou le plateau repas est instauré.
L’équipe ne doit pas se formaliser si les enfants mangent avec les doigts, c’est une façon de manger bien plus pratique que la petite cuillère qui informe en plus sur la température, la texture des aliments, c’est en fait un passage obligatoire dans l’apprentissage de l’alimentation…avec le temps ils utiliseront les couverts en société, il ne faut pas s’inquiéter.
Article rédigé par : Sylvie Guillou, docteur en chimie, www.secali.com
Modifié le 27 juillet 2017