Message d'erreur

Nelly Cabel : Stagiaire à 50 ans !

Comptable, commerciale ou encore formatrice. Nelly Cabel a vécu plusieurs vies avant de se lancer dans sa formation d'Éducatrice de Jeunes Enfants (EJE). Pas toujours facile de redevenir étudiante et stagiaire après avoir exercé des responsabilités. 
Six vies en une
« J’ai toujours voulu travailler avec les enfants » raconte Nelly Cabel. Un rêve qui ne deviendra réalité qu’à 50 ans. Adolescente, des raisons personnelles l'ont contrainte à s’orienter vers une formation de comptabilité informatique. Ce changement ne lui fait pas oublier son idée de départ : « En parallèle je passe mon BAFA et mon BAFD afin de rester connectée au monde de l’enfance ». Mais Nelly Cabel se rend rapidement compte que ça ne lui correspond pas, et décide de devenir assistante commerciale puis commerciale sédentaire pour une société pétrolière.
 
Quelques années après, Nelly Cabel devient formatrice, puis responsable de projet et de formation. Il y a trois ans elle décide de quitter son poste et de passer son CAP petite enfance, et l’obtient, ce qui la conforte dans son idée de se tourner vers ce secteur. Pour approfondir son projet, elle se lance dans une formation d’EJE. Aujourd’hui Nelly Cabel rentre en troisième année à l’IRTS Parmentier avec trois stages à son actif et un nouveau à venir au mois d’octobre.
 
Communication et observation : les éléments-clés pour un stagiaire
Avec ce nouveau départ Nelly Cabel a dû ré adopter une posture de stagiaire sans pour autant perdre ses qualités professionnelles. Un défi qui peut paraître compliqué mais pas pour la cinquantenaire : « Je n’ai jamais eu de souci car je m’adapte facilement » explique-t-elle. Son secret ? La communication ! « Lorsque l’on n’est pas d’accord il faut en discuter et ne pas se borner ». Pour Nelly Cabel, c’est l’élément essentiel pour s’intégrer. Elle n’a pas hésité à partager ses idées d’ateliers ou son ressenti par rapport à sa place dans l’équipe. C’est bien pour ça qu’elle n’a jamais été cantonnée à une seule activité.

L’observation est aussi un élément clé de l’apprentissage. « Ça permet d’analyser les actions des professionnels, pour se remettre en question ou obtenir des explications sur certaines pratiques ». Elle précise aussi qu’il est important d’observer tout le monde au sein de la structure, de l’agent technique aux EJE en passant par les auxiliaires de puériculture. « Peu importe sa position dans la crèche, chacun a son domaine d’expertise ». Par exemple, Nelly Cabel s'intéresse aussi bien au travail de l'agent technique qui s’occupe des repas et de l'entretien des locaux pour connaître plus en détails les aspects sécurité et hygiène, qu'à celui de l'EJE qui accompagne les enfants et leurs familles, pour répondre aux besoins de socialisation et d'autonomie. 

Le lien avec l’école : complexe mais essentiel
Pour Nelly Cabel, l’idée c'est de trouver un équilibre entre la formation et le stage, car ça peut être compliqué pour les stagiaires d’alterner et de rester informer sur ce qui se passe des deux côtés. « Ce n’est pas si difficile si on s’organise bien » assure-t-elle. Nelly Cabel n’hésite donc jamais à poser des questions aux professionnels de la structure, regarder l’agenda et les transmissions pour s'informer sur ce qui s'est passée durant la semaine à l’école.
Par ailleurs, c’est aussi au stagiaire de convenir avec la crèche - pendant l’entretien d’intégration - quelques heures de libres pour avancer dans ses travaux scolaires.
Article rédigé par : Julia Dumoulin
Publié le 04 septembre 2018
Mis à jour le 10 septembre 2018