Ecolo Crèche

Le choix des bons produits pour un change plus écolo

Dans la série sur les pratiques écoresponsables que nous vous proposons en partenariat avec Ecolo Crèche et EcoAccueil Petite Enfance, voici des conseils pour un change plus écolo !

bébé l

Faites le tour des produits que vous utilisez
Avant toute chose, il est bon de rappeler que la peau des bébés est plus fine et donc plus perméable aux produits que celle des adultes. La peau d’un nouveau-né absorbera trois fois plus de substances chimiques que celle d’un adulte. En tant que professionnel de la petite enfance, vous allez mettre des produits en contact avec la peau des enfants à un moment ou à un autre de la journée.

Pour initier votre réflexion sur le change écoresponsable, posez-vous désormais les questions suivantes avant d’utiliser ces produits :
• Quels sont les ingrédients qui les composent ?
• Quelles sont les précautions particulières d’emploi signalées ?
• Quelle est leur durée de vie ?
• Détiennent-ils un label de qualité ou bio ?

A noter : la mention « hypoallergénique » signifie que le produit est formulé pour minimiser le risque allergique lié à son utilisation. Cette mention n’est donc pas une garantie pour éviter totalement d’éventuelles réactions allergiques suite à son utilisation. Un produit bio peut également être à l’origine d’effets indésirables même s’il est composé d’éléments naturels.
Une règle à retenir qui se révèle souvent vraie : moins il y a d’ingrédients, mieux c’est !

Faites un choix écoresponsable
Votre objectif quotidien est de respecter une hygiène maximale tout en réduisant les risques liés aux produits utilisés (diverses sensibilités, protection de l’environnement, etc.). C’est possible ! Voici les options qui s’offrent à vous :

• Réduire votre consommation de produit. L’eau est tout à fait efficace pour enlever les résidus d’urine et les selles. Un peu de savon permet ensuite de nettoyer la peau.
• Utiliser des produits écologiques. Il existe plusieurs labels : Ecocert, Deméter, Ecolabel Européen. Les labels ne garantissent pas un produit complètement inoffensif pour l’homme et l’environnement, mais ils constituent un vrai progrès. Renseignez- vous sur leur cahier des charges, ils ne sont pas tous identiques.
• Fabriquer vos produits à partir de produits simples et naturels choisis parmi les moins nocifs et les plus respectueux de l’environnement est aussi un moyen de maitriser la composition des formulations que l’on met sur la peau des enfants. Il existe de nombreuses recettes. Renseignez-vous auprès des professionnels qui utilisent ces recettes, auprès des médecins, formez-vous.

Fabriquez votre liniment
En cas de selles difficiles à nettoyer, le liniment peut être un bon produit. Il n’a pas besoin d’être rincé après application, contrairement au lait de toilette et, au moins, vous êtes assurés de connaitre tous les ingrédients qui, entre autres, ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens.
Voici notre recette pour le fabriquer en moins de 5 minutes :

  1. Mettre 200ml d’huile d’olive bio dans un flacon.
  2. Ajouter 200ml d’eau de chaux (on la trouve en pharmacie)
  3. Secouer jusqu’à obtenir un mélange homogène, un peu épais de couleur crème.

Selon les professionnels qui le fabriquent régulièrement, vous pouvez le garder 2 semaines. Entre chaque fabrication, nettoyez bien le contenant à l’eau chaude, au savon de Marseille et à l’écouvillon.
NB : pour éviter le gaspillage, ajustez les quantités fabriquées à vos besoins, tout en respectant la proportion 50/50 des 2 composants.

Réfléchissez à l’usage des lingettes et des cotons
Avec quoi nettoyez-vous les enfants que vous accueillez ? Lingettes jetables, lingettes lavables, cotons, gant ? A votre avis, quel est le moins polluant ? Le plus polluant ? Adopter des pratiques écoresponsables, c’est faire attention au siège de nos bébés, mais aussi réduire notre impact sur l’environnement en réduisant nos déchets.

Nous vous proposons donc quelques pistes de réflexion :
• La lingette jetable peut contenir des ingrédients dangereux comme le phénoxyéthanol, les parabènes… et elle génère de nombreux déchets. Pourquoi ne pas limiter son utilisation uniquement aux sorties ? Essayez alors de vous assurer de leur composition en privilégiant des labels écoresponsables (tout en restant toujours critique !).
• Le coton jetable génère beaucoup de déchets et sa fabrication a un très fort impact sur l’environnement (le coton est très grand consommateur d’eau et de pesticides).
• La lingette en coton bio lavable est une alternative écologique et durable. Elle peut même être fabriquée à partir de tissus de récupération.
• Le gant est une solution très simple, écologique et économique. Vous pouvez affecter un gant à chaque enfant accueilli et le mettre au panier de linge sale une fois souillé.

Choisissez bien vos couches
Amusez-vous à compter le nombre de couches que vous utilisez par jour, par semaine, par mois, par an ! Vertigineux, non ? Un enfant va utiliser dans sa petite enfance environ 5 0000 couches qui coûteront 2 500 euros, généreront 1 tonne de déchets et consommeront 118 m3 d'eau pour leur production. En outre, ses élastiques et autres matières absorbantes sont issus de matières premières épuisables comme le pétrole, dont la transformation est très polluante. Enfin, une couche peut cacher des allergènes, des perturbateurs endocriniens et plus généralement des CMR potentiels (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques).

Comme pour les produits cités plus haut, une piste de réflexion peut consister à réfléchir à la façon d’utiliser moins de couches chaque jour en évitant par exemple les changes systématiques, les changes « comme ça c’est fait » en partant de la maison ou avant l’arrivée des parents à la crèche ou chez l’assistant(e) maternel(le), en laissant quand c’est possible les enfants sans couche, etc.

Et pour celles qu’on utilise quand même, comment être plus écoresponsable ? Il n’existe malheureusement pas (encore !) de couche 100% biodégradable. La couche qui a l’impact environnemental le plus réduit est la couche lavable : certaines crèches s’y mettent, parfois en mixte avec des couches jetables selon le nombre d’enfants accueillis ou dans des cas ponctuels précis (sorties, maladies, etc.). Tout est question d’organisation et parfois aussi d’accompagnement : n’hésitez donc pas à demander l’aide d’associations qui mettent à disposition des échantillons pour les tester ou qui proposent des ateliers pour apprendre à utiliser les couches lavables, voire qui en assurent le retrait et le nettoyage !

Si le lavable n’est pas pour tout de suite chez vous, essayez d’être vigilant quant à la composition des couches que vous achetez. Les couches écoresponsables sont entre autres celles qui ont le moins de polyacrylate de sodium (SAP) qui est un gel absorbant, potentiellement irritant et allergène, et qui sont blanchies à l’oxygène et non au chlore. Enfin, il existe des marques françaises alors traquez les petits drapeaux bleu-blanc-rouge !

Dans tous les cas, quelle que soit la solution que vous choisissez, allez-y progressivement, à votre rythme, selon votre réalité quotidienne, et à petits pas sans forcément systématiser.

Publié le 15 mai 2018
Mis à jour le 08 juillet 2018