Parcours professionnels

Amandine et Eric : ce couple d'assistants maternels se lance dans la création d'une MAM

Amandine est assistante maternelle. A 40 ans,  elle va bientôt se lancer dans une nouvelle expérience qui peut en effrayer plus d’un ! Elle  va dans quelques mois ouvrir une Maison d’Assistants maternels (MAM) avec son conjoint, où ils accueilleront huit enfants. Une reconversion pour lui. Un nouveau tournant dans sa vie professionnelle, pour elle. Et un super challenge pour tous les deux. 
MAM Pirouette des bambins
MAM Pirouette des bambins
Avant de devenir assistante maternelle, Amandine a eu un parcours tortueux. Son bac ES en poche, elle a souhaité commencer des études pour devenir assistante sociale, mais a dû renoncer pour travailler dans un collège. Puis devenue maman, elle reprend une activité auprès des tout-petits, dans une école maternelle.

Travailler en couple : pari réussi
Aujourd’hui, Amandine est assistante maternelle, et s’apprête à concrétiser un projet à deux, avec son nouveau compagnon Eric, ancien électromécanicien : « Il était intérimaire donc souvent à la maison. Les enfants que je gardais allaient vers lui automatiquement. Mais en réalité, il n’avait pas le droit de s’en occuper. » Et souvent, les mamans s’étonnaient de ne pas voir Eric se lancer officiellement dans le monde de la petite enfance. Alors un jour, ça a fait tilt. C’est ainsi que le projet a démarré. Il  est désormais lui aussi assistant maternel, agréé depuis le mois de janvier 2016.  Et ils accueillent à leur domicile six enfants à eux deux. Travailler en couple ? Cela a pu effrayer Amandine, mais seulement un temps : « Dès qu’Eric a eu l’agrément, ça a été comme une évidence. On a chacun trouvé notre place. Il a pu s’impliquer, alors qu’avant, il était frustré. On se complète très bien, parce que mon expérience lui apporte une base concrète, et lui a un regard extérieur. Je suis plus scolaire, psychologique, alors que lui a un côté davantage ‘au feeling’ ». 

Oui, les hommes peuvent s’occuper des enfants 
Que les enfants soient gardés par un couple, les parents considèrent cela comme une chance. Un homme assistant maternel, c’est rare et ça interpelle, mais toujours positivement : « On a des mamans dont le mari est assez absent, et Eric compense un peu ce manque vis à vis de leurs enfants. Et puis les mamans sont souvent attendries par l’image d’un homme avec un bébé ! » Eric est aujourd’hui bien plus épanoui : « Depuis sa reconversion, il se sent beaucoup plus libre, il a une reconnaissance qu’il n’a jamais connue auparavant. Et comme il n’a pas d’enfant et que nous n’en aurons pas ensemble, cette MAM représente notre projet en commun. » L’objectif d’Amandine et d’Eric est le même, réussir à donner confiance aux enfants en collectivité, pour les préparer à l’école. Pour veiller à leur épanouissement, le couple prend en considération la personnalité de chaque enfant, et préserve sa spontanéité. Les grandes théories pédagogiques, ils s’en inspirent mais ne les suivent pas à la lettre. Ils se soucient avant tout du bien-être des petits, tout en respectant les règles de respect et de sécurité.

Leur MAM, un nouveau départ 
Amandine et Eric auraient pu continuer à exercer en tant qu’assistants maternels à leur domicile. Mais le couple voit grand. Aujourd’hui, ils ne peuvent accueillir plus de six enfants à cause d’une surface insuffisante, alors qu’ils ont l’agrément pour huit enfants. A la recherche d’un local adapté, ils ont finalement trouvé une commune, celle de Diebling en Moselle, qui les a suivis dans leur projet. La rénovation est lancée pour l’automne 2016, pour une ouverture en septembre 2017. Cet ancien local de poste va être remis aux normes par cette commune et agrandi, pour répondre aux exigences de la PMI et obtenir l’agrément. Mais même si la structure deviendra importante, Amandine souhaite préserver une certaine intimité : « On voulait rester à deux. Quand on est 4, on garde 16 enfants simultanément. Et déjà, je trouve que l’on devient une collectivité. Et je voulais garder un accueil individuel, bien que l’espace soit plus grand. » Déjà, l’étude de besoin montre un intérêt et un réel besoin de la part de nouveaux parents, mais aussi d’anciens qui les suivrons malgré un détour de plusieurs kilomètres. L’excitation est donc au rendez-vous pour Amandine et Eric, qui disposent d’une année pour fignoler leur projet, qu’ils considèrent comme leur bébé. Un beau succès en prévision !
Article rédigé par : Marie Pays
Modifié le 28 janvier 2017
Bonjour, Nous avons ouvert une mam également avec mon mari et une collègue (Mam Les Petites Pommes à Saint Paul sur Save). Ouverture en juin dernier et Fabrice nous a rejoint en septembre après sa formation et les congés d'août. C'est top! Bon courage :-)