Ericka Cruz, EJE et ancienne directrice de crèche : un parcours atypique et flamboyant !

Elle a la petite enfance chevillée au corps … et au cœur mais s’est découvert, un peu par hasard et grâce à de jolies rencontres professionnelles, une passion pour le management. Le parcours d’Ericka Cruz, 30 ans, EJE, ancienne directrice du Ballon Rouge, une crèche de 64 berceaux, est atypique et exemplaire. Itinéraire d’une jeune femme qui a tout fait très vite. Et bien.
Elle est pétillante, gaie et chaleureuse. Son enthousiasme est communicatif. Mais elle est aussi calme, posée et réfléchie. On sent derrière son apparence juvénile une détermination sans faille. On imagine facilement qu’elle s’est toujours donnée les moyens de ses ambitions. Ou plutôt de ses envies. Car pas un brin de vanité chez cette jeune femme, mais plutôt une immense curiosité et un vrai désir d’apprendre.

Une formation d’auxiliaire en alternance
On soupçonne que la vie n’a pas toujours été facile pour elle, mais sa pudeur l’empêche d’en dire beaucoup plus. On apprend juste, qu’elle a eu son bac STT à 16 ans et que « pour des raisons personnelles et financières », elle devait impérativement se tourner vers une formation en alternance. « Je voulais travailler dans la petite enfance, explique-t-elle. J’ai pensé à auxiliaire de puériculture, car puéricultrice ne me tentait pas… Il fallait faire des études d’infirmière et le côté médical des études me faisait un peu peur. Educateur de jeune enfant ? Je n’en n’avais jamais entendu parlé ».
16 ans ? Trop jeune pour passer les concours d’auxiliaire. Elle se résout à faire une année de BTS assistante de direction. Pour passer le temps et garder un statut d’étudiant. Ericka a de la suite dans les idées. A 17 ans, elle se présente au concours d’auxiliaire à l’Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) de la Fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon qui vient d’ouvrir un cursus en apprentissage. Mais entre temps, Ericka a découvert le métier et la formation d’éducateur de jeune enfant (EJE). Elle passe aussi le concours. A tout juste 17 ans elle se retrouve admise aux deux formations et décide de commencer par celle d’auxiliaire de puériculture qui débute en janvier, alors que celle d’EJE ne commence qu’en septembre. Faire une deuxième année de BTS, très peu pour elle. Son truc, elle en est sûre, c’est la petite enfance.

La Fée Tiphaine lui porte chance
Tout roule durant cette formation au cours de laquelle elle fait ses stages à la Fée Tiphaine, un multi-accueil du 15ème arrondissement… C’est là qu’elle rencontre sa première « bonne fée ». « Je ne pouvais pas finir ma formation d’auxiliaire car celle d’EJE allait commencer et j’avais décidé de la rejoindre car c’est une formation plus longue avec un diplôme de niveau 2. Or pour suivre cette formation, il fallait quitter la Fée Tiphaine et le réseau Croix Saint-Simon, car la Fondation ne proposait pas de formation d’EJE en alternance », se souvient Ericka. La directrice du multi-accueil (première bonne fée donc) se bat pour la garder. Et la direction de la Fondation lui donne gain de cause. A-t-elle repéré qu’Ericka Cruz, dans son genre, était une petite pépite ? Toujours est-il que la Fondation a accepté de garder la jeune femme en alternance et donc d’une certaine façon « de payer ma formation » s’émerveille encore Ericka !
Son diplôme d’EJE en poche, Ericka, enceinte, signe son premier CDI avec la Fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon et après un bref passage au jardin du Luxembourg, elle intègre la crèche du Père Lachaise, qu’elle retrouve en juillet 2012 après la fin de son congé de maternité.

Directrice par intérim, sa spécialité  …
Premier concours de circonstances et deuxième bonne fée. « Pendant un an j’ai été pratiquement la seule EJE en poste » se souvient la jeune femme. La directrice l’apprécie, lui apprend beaucoup de choses. La confiance s’installe et elle délègue à la jeune éducatrice l’animation des réunions d’équipe, la responsabilité de faire vivre le projet d’établissement. « J’ai de la chance,  elle m’a vraiment laissée accompagner les équipes et cet aspect du travail m’a tout de suite plu ».
Ericka a 22 ans, un an d’expérience professionnelle et sa directrice quand elle est en congé lui confie la direction de la crèche par intérim. Et à partir de là tout s’enchaîne : elle sera directrice par intérim pratiquement jusqu’à sa nomination au Ballon Rouge en janvier 2016. En effet, les EJE ne peuvent prétendre à des postes de direction qu’après trois ans d’ancienneté … sauf, et à titre dérogatoire, quand il s’agit d’effectuer un intérim. Elle enchaînera donc les intérims et se pique au jeu du management. « A chaque fois, je découvrais un autre aspect de la fonction » résume-t-elle.

La crèche Sainte Amélie, une expérience fondatrice
Elle a tout juste 24 ans quand on lui propose de prendre la direction adjointe de la crèche Sainte Amélie, la plus ancienne crèche de la Fondation. « J’ai beaucoup hésité, j’avais peu d’expérience et Sainte Amélie, c’est un des fleurons de la Fondation. J’appréhendais, pour moi c’était une crèche modèle, j’avais peur de ne pas être à la hauteur » explique Ericka. On lui fait confiance et finalement elle se fait confiance. Et se retrouve n°2 d’une crèche qui comporte 37 professionnels puisque l’établissement est constitué d’une crèche collective et d’une crèche familiale.
Mais, en ce mois de septembre, quand elle prend son poste, ce qu’elle ne sait pas, c’est que la directrice, sa troisiéme fée, est enceinte et qu'elle devra prendre le relais ! C’est une grosse crèche qui, selon la loi, doit être dirigée par une infirmière-puéricultrice. Mais la quatrième bonne fée rentre en jeu… La directrice de la Fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon confie le poste à Ericka et lui nomme une adjointe infirmière-puéricultrice. « Là j’ai vraiment appris à travailler autour de la cohésion entre deux équipes, celle de la crèche familiale et celle de la crèche collective. C’était passionnant ».
Elle apprend aussi une autre dimension du métier, plus organisationnelle. La crèche va fermer quelques mois pour des travaux de rénovation. « J’ai fait la fermeture de la crèche, organisé le déménagement des enfants et installé un nouveau local pour la crèche familiale ». Un sacré travail, une grande responsabilité, mais qui la conforte dans son idée que la direction d’établissement, le management et l’organisation, elle aime. A condition de pas être trop loin des bébés car elle n’oublie pas sa passion première : la petite enfance.
Après cette merveilleuse expérience, l'EJE enchaîne deux autres intérims : Tambours et trompettes où elle découvre les conflits d’équipe puis une grosse crèche familiale dans le 15ème arrondissement.

Le Ballon Rouge, c’est SA crèche !
Ericka s’offre une nouvelle pause bébé, mais avant de partir en congé maternité, elle postule à la direction d’une nouvelle crèche en construction «  Le ballon rouge ». Ouverture prévue janvier 2016, cela tombe bien dans son timing …elle sera de retour. Ce qui la tente ? Un déménagement elle connaît, une fermeture aussi, mais une ouverture où elle puisse être associée du début à la fin, ça, pour elle, ce serait le top du top !
Elle a enfin ses années d’expérience pour pouvoir prétendre à un vrai poste de direction mais… Le ballon Rouge sera une crèche de 64 berceaux et les EJE ne peuvent diriger des établissements de plus de 40 places. Qu’à cela ne tienne, elle s’attelle au CAFERIUS (le certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale) qu’elle obtient haut la main ! Elle est enfin directrice de plein droit !
Ericka a aujourd'hui vraiment l’impression de diriger sa crèche : elle a participé à l’écriture du projet pédagogique, au recrutement de sa « dream team », au choix du mobilier et des agencements de l’espace. Elle préside à l’accueil des nouveaux parents. « Dans mon travail, dit-elle, je fais attention aux équipes, j’ai un classeur d’accueil pour chaque nouvel arrivant, la matériel est ergonomique, l’équipe eut s’exprimer … En fait, pour moi diriger c’est aussi s’adapter aux personnes ».


Des envies, des projets pleins la tête
Aujourd’hui, Éricka Cruz n’est plus directrice de la crèche « Le Ballon Rouge ». C’est une jeune femme qui va vite. À seulement 30 ans, elle a le sentiment d’avoir déjà, via ses multiples intérims, vécu plusieurs vies professionnelles. Que faire de mieux, qu’élargir ses compétences pour aller encore plus loin ?
En février 2017, Éricka reprend ses études pour faire un master de management, tout en continuant de travailler en parallèle  : « J’étais toujours en emploi. Je mettais un maximum de mes congés de côté pour ensuite pouvoir les poser et partir en formation ». En effet, sa formation ne lui occupe que quelques jours par mois. En septembre prochain, la jeune femme retournera une nouvelle fois sur les bancs de l’école pour un master II de formation et d’analyse pratique, pour être dans la formation. « J’ai pu faire des formations, on m’a demandé de faire des interventions dans des établissements mais je n’avais pas de bagage. Cependant, en tant que responsable, la formation fait parti du quotidien, on créé des minis formations qu’on intègre aux réunions. »

Comme si tout cela ne suffisait pas, Éricka Cruz est actuellement en train de finaliser l’écriture de son tout premier livre sur le management bien-traitant : « Je parle de choses que j’ai pu intégrer dans les structures. J’ai pu voir que les outils pour la mise en place du management bien-traitant manquaient un peu ». Et pour cet ouvrage, elle a voulu toucher le plus de monde possible : « Au début, je voulais le fermer aux crèches avant de me rendre compte que cela concernait toutes les structures médico-sociales. »
Soyez patient, le livre d’Éricka Cruz sortira courant du mois de septembre en ligne avant de, peut-être, se concrétiser en version papier. 
Alors après, que fera t’elle ? Créer son propre établissement ? Ericka ne l’exclut pas. En tout cas une chose est sûre : elle a de l‘énergie à revendre et la vie devant elle !
 
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 25 avril 2016
Mis à jour le 20 août 2019