Nathan 25 ans : assistant maternel et bricoleur de choc

Nathan, 25 ans, est depuis plus de 4 ans assistant maternel à Pau. Et contrairement à la plupart des hommes qui rejoignent ce secteur, pas de reconversion professionnelle pour lui ! La petite enfance, il l’a choisie au lycée. S’il ne se destinait pas à devenir assistant maternel, il est aujourd’hui heureux et épanoui dans sa vie professionnelle. Rencontre avec un jeune homme investi qui a pour particularité de fabriquer de magnifiques meubles et jouets en bois pour les enfants qu’il accueille.
Des babysittings au CAP Petite Enfance
Si Nathan se destinait à des études pour être ingénieur du son, les babysittings et gardes de tout-petits le soir après la crèche ou d’enfants en périscolaire qu’il effectue pendant ses années de lycée l’ont finalement convaincu que sa place était dans le secteur de la petite enfance. « J’étais en terminale et je suis allé voir le Directeur de mon établissement pour lui dire que je voulais tout arrêter et passer le CAP Petite Enfance », se souvient-il. Et poursuit : « Il me l’a vivement déconseillé mais je n’ai pas lâché ». Et de fait, Nathan, en 2013, passe son BAC S et les épreuves du CAP Petite Enfance en même temps. Il réussit les deux ! Il se souvient encore de son 20/20 qu’il obtient lors de la mise en situation qui consistait à cuisiner une compote de pommes à la cannelle. « Je me suis amusé à faire un pochoir en forme de nounours, j’ai saupoudré la cannelle, laissant ainsi apparaître un ourson sur ma compote », confie-t-il.

De l’animation périscolaire à assistant maternel
Des stages en crèches le confortent dans son idée d’exercer en structure collective. Or, il se rend compte que le profil d’auxiliaire de puériculture est bien plus recherché. Il tente le concours mais échoue. Il se dirige donc vers l’animation périscolaire pour les écoles maternelles. Cela durera 2 années. « Je continuais à faire des babysittings et, au parc, je rencontrais des assistantes maternelles. J’ai sympathisé avec l’une d’entre elles qui m’a proposé de faire un stage d’observation pendant une semaine », explique Nathan. Un stage concluant puisque dans la foulée il dépose un dossier et reçoit, trois mois plus tard, en janvier 2017, un agrément pour deux enfants.

Le bouche à oreille fonctionne à merveille
Nathan devra attendre trois mois avant d’accueillir les premiers enfants, mais pour lui rien à voir avec le fait qu’il soit un homme. « Je n’ai pas tellement souffert de préjugés, souligne-t-il. Je commençais le métier et j’avais un appartement moyen donc je n’étais pas le premier choix des familles. Mais après le bouche à oreille a bien fonctionné », précise-t-il. Il obtient rapidement une 3e place et depuis environ 2 ans, il accueille 4 enfants. Ses relations avec les familles ? « Nous sommes très proches, d’ailleurs la PMI me le reproche. Je tutoie les parents, et je fais du babysitting pour les enfants que je garde. J’ai aussi été invité à un baptême et j’ai même passé une semaine de vacances avec une famille », assume-t-il totalement. Et ajoute : « L’important c’est que cela convienne à tout le monde. »

Un assistant maternel investi
Pour accueillir au mieux les enfants qui lui sont confiés, Nathan n’a pas hésité à déménager plusieurs fois. Lorsqu’il a commencé, il était dans un petit appart où, dit-il, il n’est resté que 3 mois car les poussettes doubles ne rentraient pas dans l’ascenseur. Il emménage ensuite dans un plus grand appartement bien situé puisqu’au rez-de-chaussée se trouve le RAM. Et depuis quelques semaines, il vit désormais dans une maison afin que les tout-petits puissent profiter d’un bel extérieur et qu’il ait plus d’espace à lui. « Avant, mon appartement, c’était une vraie crèche ! Je n’arrivais jamais à couper car tous les jeux et jouets étaient dans mon salon », indique-t-il. Il faut dire que Nathan ne lésine pas sur les jeux et jouets. Son secret : le bricolage. « Cette passion m’est venue dans la famille d’accueil dans laquelle j’ai grandi. Nous vivions à la campagne et il y avait toujours beaucoup de travaux à faire. C’est là où j’ai appris à travailler le bois », confie Nathan. Et de fait, il est très doué et on sent aussi qu’il a très envie de faire plaisir aux enfants ! Cabane avec toboggan, lits, cuisine, tableau en forme de maison avec miroir esprit Montessori… Nathan est plein d’imagination et ses réalisations sont très réussies. 

Et dans le futur ?
La profession d’infirmier puériculteur le tente tout particulièrement. « Mais pour l’heure, explique-t-il, j’ai une vie pro épanouie, un bon niveau de salaire, des familles adorables, donc, je ne suis pas prêt à perdre tout cela ».
Article rédigé par : Caroline Feufeu
Publié le 22 juin 2021
Mis à jour le 01 juillet 2021