Parcours professionnels

Sandrine : du CAP Petite Enfance à la direction de crèche

Derrière la voix calme et posée de Sandrine Priego se cache un tempérament de battante ! Son credo : aller toujours plus loin. Elle a toujours su qu’elle serait un jour directrice de crèche et s’est donné les moyens d’atteindre son rêve. Un parcours sans faute.
Sandrine-Priego
Sandrine Priego a toujours aimé les enfants. Et pour elle, dès son plus jeune âge, son projet de carrière était clair : elle voulait être directrice de crèche. Mais elle n’a pas forcément été bien orientée.

Des débuts prometteurs
« Quand on est jeune et qu’on dit qu’on veut travailler avec des enfants, on vous envoie sans réfléchir vers le CAP petite enfance. Je l’ai alors préparé ainsi que le BEP sanitaire et social, qui se faisait en même temps à l’époque. » Diplômes en poche, elle poursuit sa route avec une 1ère SMS (sciences médico-sociales) et passe le concours d’auxiliaire puéricultrice qu’elle obtient du premier coup. Elle n’a pas encore 18 ans…
Diplômée, elle commence sa carrière en effectuant des remplacements en maternité, en crèche et même à l’école en tant qu’agent d’intégration d’une enfant trisomique. Une expérience très enrichissante !
L’heure de trouver un travail plus stable arrive et on lui propose justement une place en crèche en CDI en tant qu’auxiliaire. « Au fur et à mesure du temps passé dans cette structure, j’ai pris des fonctions d’EJE. La directrice m’avait confié la responsabilité d’un groupe. Je menais les réunions d’équipe, je mettais en place les projets, c’était passionnant ! », se souvient Sandrine. Huit années se passent pendant lesquelles elle s’épanouit pleinement dans son travail. « J’adore exercer avec les enfants car ils me font chaque jour découvrir de nouvelles choses ! Je suis étonnée par eux, par leur capacité ! La routine n’existe pas dans notre métier et je prends toujours un grand plaisir à être avec les enfants. »

Sur la voie pour devenir EJE
Coup de chance pour Sandrine, une autre crèche ouvre dans le village où elle exerce. « J’ai alors travaillé en tant qu’auxiliaire sur l’ouverture de cette deuxième crèche. » Mais cette jeune femme pleine d’entrain ne s’arrête pas là. En parallèle, elle participe en tant que parents d’élèves à la construction d’un parc pour enfants sur la commune et préside une association dédiée aux professionnels de la petite enfance. Ces différents projets agissent comme un détonateur pour Sandrine qui se dit qu’elle doit évoluer. « J’ai alors passé ma VAE d’Educatrice de Jeunes Enfants à 28 ans, que j’ai obtenue à 30 ans. Je voulais mériter mon diplôme ! J’avais la pratique mais je voulais être irréprochable sur la théorie », déclare t-elle. Sandrine s’inscrit alors à plusieurs formations, reprend les cours de plusieurs collègues, suit les enseignements de plusieurs écoles, lit des dizaines de livres. Un modèle de ténacité ! « Je suis passionnée par ce que je fais, j’ai toujours envie d’en apprendre davantage, cette démarche était donc complètement naturelle pour moi », explique t-elle.

Un rêve réalisé et plein de projets en tête
Après avoir obtenu son diplôme d’EJE, Sandrine déménage dans l’Hérault et trouve une place de directrice adjointe dans une crèche. L’expérience est très enrichissante mais de courte durée car elle doit re-déménager. Elle revient dans sa région d’origine et retrouve un poste d’adjointe dans une structure qui ouvrait : « l’occasion pour moi de participer à une ouverture de crèche en tant qu’éducatrice et de mettre en place des projets. Je me suis régalée ! La directrice est partie au bout de 6 mois et j’ai demandé le poste de direction, que j’ai obtenu ». Pendant un an et demi, Sandrine exerce dans cette structure jusqu’à ce qu’elle soit une nouvelle fois appelée à ouvrir une crèche ! « J’avais fait une ouverture en tant qu’auxiliaire, une autre en tant qu’éducatrice, j’avais très envie d’en faire une nouvelle en tant que directrice cette fois et de pouvoir partir d’une équipe que j’avais choisie », explique t-elle. Son rêve se réalise donc et Sandrine se retrouve à la tête de la crèche « La farandole d’Eliot » à Saint Martin de Crau. Elle met en place une pédagogie particulière « Je m’inspire de Steiner, Freinet, Loczy, et de l’approche reggiane (pédagogie Reggio Emilia) qui portent des valeurs qui me tiennent à cœur. J’ai vraiment voulu devenir directrice de crèche pour pouvoir amener une réflexion pédagogique dans une équipe et faire en sorte que cette façon d’accueillir l’enfant puisse porter ses fruits » raconte t-elle.
Cette passionnée de la petite enfance semble avoir mené son petit bout de chemin à son rythme sans rencontrer de difficultés majeures. Pourtant, ce n’est pas toujours si facile d’embaucher les bonnes personnes. « Je suis très pointilleuse lors des entretiens d’embauche. J’ai mis au point un questionnaire, je leur demande de me parler des besoins des enfants selon chaque tranche d’âge, de leurs valeurs, de ce qu’elles pourraient mettre en place pour développer la créativité des enfants… J’organise ensuite des mises en situation et en fonction des réponses qu’elles donnent, je peux voir si elles correspondent ou pas. Je rebondis toujours sur leurs réponses, je les fais parler, je suis vraiment à l’écoute de ce qu’elles me disent », détaille Sandrine Priego. Un entretien d’embauche musclé qui lui a permis d’être merveilleusement bien entourée.
Mais cette passionnée qui a soif d’apprendre ne compte pas s’arrêter là ! Au sein de « La Farandole d’Eliot », Sandrine accueille un petit garçon qui ne va pas très bien et oriente ses parents vers un psychologue. L’alchimie ne prend pas et Sandrine s’interroge. Comment aider au mieux les enfants qu’elle accueille ? En reprenant des études de psychanalyste pardi ! Et la voilà repartie sur les bancs de l’école pour 3 ans via des cours du soir. La suite ? « Je continuerai peut-être dans l’art-thérapie » poursuit-elle naturellement, « mais toujours au service des enfants », s’empresse t-elle d’ajouter !
 

 
Article rédigé par : Laure Marchal
Modifié le 01 février 2017

2 commentaires sur cet article

franchement chapeau quelle belle carrière je voudrais être comme vous mais pour l'instant j'ai du mal quoi je fasse ca va dans le mauvais sens