Virginie, une touche-à-tout de la petite enfance

Mère de trois enfants, Virginie Bonnier est une personne que l'on pourrait qualifier de touche-à-tout : auteure de spectacles et de livres pour enfants, lectrice pour les plus petits, ou encore formatrice de professionnels de la petite enfance. Grâce à sa bienveillance contagieuse, elle met un point d'honneur à sensibiliser sur l'importance de la lecture pour les plus jeunes, contribuant grandement à leur éveil.
Sa vocation à travailler dans le monde de la petite enfance résulte d'un heureux hasard. Après son baccalauréat, Virginie décide d'aller en fac de pharmacie, où elle enchaîne les deux premières années. Ce n'est pas pour elle, mais elle décide de rester dans le domaine médico-social et se présente aux concours infirmiers. Une étape cruciale dans sa vie professionnelle future, car si les écrits se déroulent sans souci, les deux jurys - de Montpellier et de Chambéry - lui affirment qu'elle serait bien plus à sa place dans le secteur du social.

Un apprentissage permanent auprès des plus jeunes
Elle sera alors successivement éducatrice spécialisée, assistante sociale, conseillère en économie sociale et familiale. Puis la jeune femme tombe enceinte et se consacre à plein temps à son métier le plus important : celui d'être mère.

C'est lorsque sa fille a 18 mois que Virginie décide de travailler. Elle obtient l’agrément d’assistante maternelle, découvrant par la même occasion le métier d'éducateur de jeunes enfants : une véritable révélation pour elle.
Elle s'inscrit donc en école et suit une formation centrée sur la pédagogie et la psychologie, l'amenant à se questionner sur son rapport avec les jeunes enfants et notamment sa propre fille. Elle y découvre à quel point la tranche d’âge 0-3 ans est un moment-clé pour la future vie d’adulte, et l’importance de l'observation pour mieux agir en conséquence.

Son diplôme en poche, Virginie devient éducatrice de jeunes enfants en crèche, puis responsable adjointe. Enfin, elle prend la direction d'un jardin d'enfants entre 2 et 4 ans, étape décisive qui va l'amener à approcher la lecture avec les enfants.

A la rencontre du livre
En 2009, l'Ain devient l'un des trois départements pilotes du projet « Premières Pages », fruit de l'association entre la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) et le Ministère de la Culture, et dont le but est d'offrir un livre aux bébés dès la naissance. En pratique, les parents doivent aller chercher des livres dans des points relais - dont fait partie le jardin d'enfants dirigé par Virginie. Afin de sensibiliser davantage les parents à la lecture pour les plus petits, elle suit une formation de deux jours avec une femme dont la profession est justement lectrice d’ouvrages pour enfants. C'est à ce moment-là qu'elle « rencontre » véritablement le livre pour enfants, expérience qui résonne en elle.

Elle décide d'arrêter de travailler en structure petite enfance et retourne s'installer à son compte dans le Puy-De-Dôme où elle produit des spectacles pour les enfants. Parallèlement, elle rejoint à nouveau le dispositif « Premières Pages », fraîchement intégré par le Conseil départemental, et donne des lectures en salle d'attente de Protection Maternelle et Infantile (PMI). Elle adhère également aux projets « Au fil des histoires » et « Ouvrez les Livres aux Bébés ».

Une notion de partage intergénérationnel
Dans le cadre du dispositif « Au Fil des Histoires », elle est amenée à faire des lectures dans des structures d’accueil de la petite enfance, puis, plus étonnant, en maison de retraite bien que toujours avec des albums jeunesse.

Des projets qui ont pour but de mettre en place des ateliers de lecture intergénérationnels : les enfants choisissent un livre et vont voir les adultes pour se faire lire une histoire. Cela permet non seulement d'éveiller les plus petits, mais également de renouer un lien social avec les plus âgés. Il y a une réelle notion de partage et de plaisir partagé et, même si les bébés ne comprennent pas les mots, ils aiment la musicalité, la poésie. De même, les enfants sont très attirés par l'objet que tient le lecteur dans ses mains.
Cela leur permet d'assimiler très vite quelques notions essentielles, comme le sens de lecture par exemple. Virginie Bonnier parle même de « petits scientifiques, car ils expérimentent tout et apprennent par mimétisme ! »  

Toujours dans ce cadre de partage « à tous les âges de la vie », elle va travailler avec les lycées agricoles du Puy-De-Dôme pour faire de la formation de lecture à voix haute aux lycéens ; lesquels devront, par la suite, aller lire des livres aux plus petits, ou aux plus âgés. La boucle est bouclée !

Un chemin parsemé de rencontres
Après avoir commencé son activité en auto-entrepreneur, l'association Ninie & Compagnie est lancée en décembre 2013 puis adhère en janvier 2014 à l'agence Quand Les Livres Relient. Cette agence parisienne gère un réseau national d'associations, d'institutions et de personnes physiques, avec plus de 200 adhérents et une représentation couvrant toute la France métropolitaine et les Dom-Tom. Rejoindre ce réseau la lui a été d'une grande aide car elle se « sentait un peu seule et avait besoin de rejoindre quelque chose de plus grand ». « Depuis le début, dit-elle, je suis accompagnée par l'agence, et c'est une réelle force. » Elle en rejoint le conseil d'administration en mars 2018.

Toujours au fil de de ses rencontres, elle fait la connaissance de l'association "La Vache Rebelle", via l'agence Quand Les Livres Relient, qui anime une émission à la radio, et elle présente depuis une émission à France Bleue Pays d'Auvergne sur les albums jeunesse.

Difficile pour elle de rester en place et ses projets futurs en attestent ! Entre radio, conférences, spectacles pour enfants, ou encore réédition de son premier album pour les plus petits (« Mon enfant ma douceur »), Virginie Bonnier est une véritable pile électrique. Avec des collègues auteurs et illustrateurs du Puy-De-Dôme, elle participe à l'élaboration du collectif "Les Crayons Auvernes" ayant pour but de « proposer en grande surface des albums jeunesses auvergnats de qualité ».
Article rédigé par : Raphael Brami
Publié le 15 octobre 2019
Mis à jour le 30 octobre 2019