Les réunions d’accueil des nouveaux parents . Par Anne-Cécile George

Directrice de crèche, infirmière-puéricultrice

Fotolia
réunion avec parents dans une crèche
Les commissions d’attribution des places en crèche sont passées et les directeurs de crèche s’apprêtent à accueillir les premiers parents ! Quelle émotion ! Cette rencontre initiale est déterminante car elle conditionne les trois années passées à nos côtés. Certains font une grande messe suivie d’un jeu de questions/réponses marquant l’inquiétude des familles concernant l’entrée tant attendue à la crèche et d’autres privilégieront la formule individuelle en tête à tête. 
Au sujet des questions des parents, voici un extrait des thèmes récursifs :

L’alimentation à la crèche. Si autrefois, l’intérêt premier était d’avoir quelque chose dans l’assiette compris dans le forfait journée, à l’heure du bio et du manger équilibré, l’alimentation devient un sujet crucial où il faudra argumenter sur le pourquoi tout n’est pas bio dans le menu proposé ! La question du prix est prépondérante, il faudrait multiplier par trois le prix de revient de chaque repas. Sujet clos, en général quand on touche au porte-monnaie, les familles intègrent assez vite la réponse donnée. Aussi on peut noter que généralement les familles qui posent la question vont au travail en voiture et achètent leurs chaussures confectionnées par des enfants de 6 ans au Bengladesh. Mais c’est vrai que bien manger c’est important.
En revanche on peut souligner que de nombreuses structures se sont mises au bio, certaines ont leur compost, leur poulailler ( !), font le tri des déchets, participent au recyclage et entretiennent un jardin avec l’aide des enfants (Le Bangladesh n’a pas le monopole de l’exploitation des mineurs). A quand la crèche fonctionnant à l’énergie solaire et  possédant sa pompe à chaleur géothermique ?  Et si on vire à l’indécence, à quand les crèches fonctionnant avec le trop plein d’énergie des bambins ?
Voilà pour l’alimentation, quoi que personne n’a pensé à poser la question « les enfants ont-ils le droit de manger leur crotte de nez ? » parce que ça, c’est un vrai sujet ! Eh bien oui ! On les laisse, et on les encourage ! Car une étude parue récemment démontre que les enfants cassant la croute avec leur crotte serait mieux immunisés et parés contre les maladies que les autres. Effectivement leur couverture vaccinale joue un rôle indéniable, mais si on veut être « ceinture et bretelle » vous savez ce qui vous reste à faire en matière de prévention à cette réunion.

La question du sommeil vient aussi sur le tapis ! Les parents apprennent avec stupeur que les enfants ne dorment pas toujours dans des berceaux, mais dans des nids. Quid de la sécurité ? On met en avant l’autonomie : l’enfant peut se coucher et se lever à sa guise. L’assemblée est sensiblement toujours divisée : il y a le clan des parents qui demandent qu’on réveille leur enfant pour éviter qu’il soit en mode Duracell jusqu’à 22H00, et le clan des parents qui souhaitent un sommeil réparateur et sans interruption à leur progéniture. En tant que directeur de crèche, il va falloir se positionner assez rapidement, car c’est un sujet très, très, TRES récurrent. Qui apporte son lot d’entretiens mensuels voire bimensuels. Etre clair dès le départ sera salvateur tant pour les enfants, les professionnels que les parents.

Pour la question des punitions (oui, les parents demandent comment nous nous y prenons…), nous éludons la question avec un  « oh ça dépend de notre humeur, et surtout si l’enfant est bien vu » (accompagné d’un petit rire sarcastique mettant tout le monde à l’aise). Comment, cela te parait déplacé ? Il est vrai que nous ne parlons pas de punitions en crèche, mais de réparations du préjudice subi (avec indemnités compensatrices). Une fois que nous sommes limpides sur la nomenclature, nous pouvons répondre de manière détaillée sur l’immaturité cérébrale de l’enfant et de ses faiblesses à contrôler ses émotions mais aussi sur le fait que nous lui donnons l’exemple en étant des modèles de douceur et de bienveillance (n’est-ce pas ?).

La question du soin ! tsoin tsoin ! Souvent, les parents demandent s’il faut ramener une crème ou des lingettes pour nettoyer le siège de leur enfant (enfin pas les parents-bio-et-bien-sous-tout-rapport, lingettes = sacrilège !!!). C’est le ciment, le socle de cette réunion plénière. Après la pédagogie. Donc, le directeur explique que nous utilisons de l’eau et du savon. Et on remarque alors,  un soulagement de la part de chacun. C’est vrai l’eau et le savon c’est si simple. C’est un peu comme un retour aux sources. Bref, tout le monde est satisfait de clore le non-débat. Curieusement, personne ne soulèvera la question de l’intimité dans les salles de change où quasiment tout le monde à une vue imprenable sur l’anatomie de nos bébés.

Il y a la question du programme des activités. Les enfants passeront-ils leur DU sciences humaines à la fin de l’année ? On en a déjà parlé, les enfants vont s’éveiller, grandir et s’élever. C’est déjà pas mal.
Enfin vient la question du nombre de professionnels encadrant les enfants. Ils connaissant déjà la réponse, car ils sont allés sur les forums et connaissent les lois mieux que toi. Mais, ils vérifient par cette question à un millions d’euros, si toutefois la crèche de leur enfant ne serait pas en sur effectif ? C’est très rare. Les textes sont suivis à la lettre, et ils ont le mérite d’exister car ils sont le garde-fou des déviances budgétaires.

Voilà les sujets, mais vous le savez aussi bien que moi, si nous nous rencontrons trois mois plus tard, la question portera sur l’agressivité du jeune enfant (vous savez, le pack « morsure/griffure/crêpage-de-chignon »). Aussi pourquoi ne pas en parler dès le premier entretien. Mais surtout nous avons dans cette première entrevue ou réunion, la primeur de donner une bonne image de la crèche en étant à la fois aimable, souriant et ouvert. C’est peu de chose mais cela me parait être le terreau de la confiance qui s’installera au fil des ans.



 
Article rédigé par : Anne-Cécile George
Publié le 27 juin 2018
Mis à jour le 27 juillet 2018