Les chroniques de Françoise Näser

Mon canapé. Par Françoise Näser

Assistante maternelle, auteure

Canapé
Mon canapé a vu défiler de très nombreux parents et aurait bien des choses à raconter si la parole lui était donnée ! Ces derniers ont commencé par téléphoner pour prendre rendez-vous ou bien, ont pris contact par mail : mon canapé, tout guilleret, sait qu'il va faire de nouvelles rencontres. La maison a été bien rangée, les jouets bien alignés et les éventuelles traces de régurgitation du bébé bien nettoyées. Maman sera-t-elle seule pour un premier repérage ? Au contraire, attendons-nous une famille entière ? Mon canapé sait combien les frères et sœurs plus âgés peuvent mettre de l'ambiance ! Certains parents pensent déjà tout savoir de notre métier, ou, au contraire, n'ont aucune idée en matière d'offre d'accueil. Ils sont déjà passés au Ram pour y glaner quelques informations ou bien ont subi les conseils de leurs proches, les mettant en garde contre d'éventuels tracas. Ils cherchent une gentille nounou mais doivent aussi penser horaires, contrats, congés payés… Ces futurs parents-employeurs peuvent aussi avoir l'impression de passer un casting, car dans notre profession, c'est autant l'employeur qui choisit son salarié que l'inverse : ils peuvent être stressés, désireux de faire bonne impression à celle à qui ils confieront, peut-être, leur enfant.

Mon canapé a accueilli toute sorte de parents. Il sait rester discret et ne porter aucun jugement, même si, bien sûr, son avis sur la question serait des plus distrayant ! Certains couples sont très jeunes, à peine sortis de l'adolescence, avec des questions plein la tête et beaucoup de réponses trouvées sur internet. D'autres sont des parents en devenir, Maman encore émerveillée par le miracle de la nature qui lui fait sentir, chaque jour, ce petit être grandir en elle. Elle a de petites étoiles dans les yeux en parlant de son futur bébé, mais tient tout de même les cordons de la bourse bien serrés et peut parfois marchander âprement les tarifs. D'autres encore accusent une certaine différence d'âge : cette jeune maman, ravie, avec son bébé dans les bras, accompagnée d'un monsieur aux tempes grisonnantes qui parle fièrement de « sa petite fille », laissant planer le doute sur son rôle exact dans cette histoire… Certains parents sont très loquaces, amicaux, voire familiers, proposant d'emblée un tutoiement inopportun, d'autres annoncent sans sourciller espérer une place en crèche et ne se résoudre à l'accueil familial que contraints et forcés. L'assistante maternelle doit savoir faire preuve, en toute circonstance, de diplomatie et de tact !

Mon canapé a donc été le réceptacle moelleux de ces premières rencontres. Certains parents sont arrivés en terrain conquis, s'affalant dans le canapé sans même y avoir été invités, d'autres, très respectueux, ont à peine osé franchir la porte du séjour : parfois, négligeant le canapé, ils s'assoient par terre pour jouer avec leur enfant ou bien s'y installent pour donner le biberon. Ils peuvent aussi se disputer devant l'assistante maternelle sur les horaires d'accueil, lui agiter la convention collective dûment fluotée sous le nez ou bien, stressés, inquiets ou impressionnés, ne pas oser prendre la parole. Il leur arrive, tout au contraire, de poser des questions improbables qui surprendront les plus aguerries ! Lorsque l'entretien se termine par un « on vous recontactera », on sait bien que ces parents-là, on ne les reverra plus. D'autres sont conquis au premier regard et demandent à signer le contrat au bout de cinq minutes. Certains souhaitent visiter les lieux qui deviendront la deuxième maison de leur enfant qu'ils trouveront à leur goût ou pas, trop hygiéniques ou pas assez, vétustes ou chaleureux. Ils adoreront les chats et craindront les chiens, ou inversement. « Mais quelle chance il aura, celui qui, au final, pourra s'asseoir sur mes coussins tout doux, y faire de gros câlins et s'y lover avec sa poupée ou son doudou pour lire « T'choupi aime sa nounou » ! » se dit mon canapé en voyant partir une nouvelle famille.
Article rédigé par : Françoise Näser
Modifié le 11 août 2017