Les chroniques de Monique Busquet

La seconde année : l’âge des bêtises ? Par Monique Busquet

Psychomotricienne

enfant qui peint à la main
La seconde année est une période du développement qui fait parfois peur aux professionnels et les fatigue. C’est l’âge où les enfants touchent à tout, vident tout, mettent du bazar  partout... On entend souvent dire : « On a beau leur dire non, ils continuent, on dirait qu’ils le font exprès pour nous embêter »… Ou bien « Plus on leur dit non, plus ils continuent »…
Et bien non, les enfants ne font pas des bêtises pour nous embêter, mais parce que ce sont des explorateurs, des chercheurs. Ils veulent et ils ont besoin de comprendre le monde qui les entoure. C’est pour cela qu’il leur est si nécessaire d’expérimenter, de manipuler. D’ailleurs ils font plus que toucher à tout, ils essaient tout ce qu’ils peuvent faire avec tout objet qu’ils voient et rencontrent sur leur chemin. Tout objet, que ce soit un jouet ou non, est support de recherche au sens de la recherche scientifique ! Effectivement, lorsque nous prenons le temps de regarder les actions des enfants, nous constatons que la majorité de leurs gestes ou de leur temps d’éveil consiste à : vider, remplir, entrer, sortir, ouvrir, fermer, mettre dedans (dans les trous, les interstices), jeter, lancer, faire tomber, pousser, tirer, taper, faire du bruit, secouer.

Pas  de chance pour eux comme pour nous : ces actions sont souvent dérangeantes et risquent donc de devenir à nos yeux des bêtises !
Et pourtant, il s’agit de vrais besoins. En expérimentant ainsi, les enfants développent une intelligence concrète : ils comprennent et apprennent différentes réactions des objets, les particularités physiques, mécaniques, sensorielles, la logique, la géométrie, les principes d’équilibre, les mathématiques… Ces connaissances, cette intelligence, est la base de l’intelligence plus abstraite qui leur sera nécessaire dans leurs apprentissages ultérieurs.
Cela peut nous déstabiliser, parfois nous énerver, mais ce n’est pas la peine de s’épuiser à leur dire puisqu’il s’agit pour eux de vrais besoins. Les enfants bien souvent auront plus d’énergie que nous pour continuer leurs recherches… Et tant mieux pour eux, il est essentiel qu’ils gardent cette envie de chercher et comprendre le monde. Il est indispensable de leur permettre ainsi d’expérimenter, inventer, innover, créer…

Il vaut mieux nous aussi inventer, innover et chercher quoi leur mettre à disposition, même si c’est plus difficile à domicile que dans une structure collective.
Alors que peuvent-ils jeter, vider ? Avec quoi ou à quel moment peuvent-ils faire du bruit ? Sur quoi peuvent-ils taper ? Que peuvent-ils ouvrir et fermer ? Où peuvent-ils eux-mêmes entrer et sortir ? Dans quels trous peuvent-ils mettre des objets ? Peut-on leur laisser accès à des boites et contenants de toute taille, des bassines, des tubes, une petite piscine gonflable, une maison sous une table, un placard, des balles souples…?
Et alors regardons-les jouer, expérimenter, devenir des chercheurs ! « Les enfants apprennent plus en cherchant qu’en trouvant ». Ce n’est donc pas à nous de leur montrer comment jouer. Laissons-nous être surpris par leur inventivité. Félicitons-les ! Et quand nous devons  mettre des limites à leurs recherches, regardons l’intérêt de leur expérience et peut être pouvons-nous leur mettre à disposition le matériel nécessaire qui leur permettra de mener leurs recherches.
Article rédigé par : Monique Busquet
Modifié le 04 août 2017

À découvrir