Rassurer les parents : Pourquoi ? Comment ? Par Monique Busquet

Psychomotricienne

Istock
A la crèche pro porte bébé
Nous voici en période d’accueil de nouveaux enfants et de leurs parents. Les enfants comme les parents ont besoin d’être rassurés.  Les inquiétudes des parents, surtout dans les premiers temps de séparation peuvent être particulièrement fortes. Elles sont bien sûr compréhensibles. En effet, confier son enfant implique de faire un double processus psychique : se séparer et faire confiance.

- Se séparer de son enfant : c’est se retrouver seul et à distance de son enfant, c’est devoir se décoller de lui alors que l’on a été si proche, c’est ne plus le sentir, ni le voir, ni l’entendre. C’est physique, sensoriel, émotionnel et surtout cela ne se raisonne pas. Le parent vit alors le plus souvent un sentiment de vide. Il lui manque comme un « morceau de lui ».

- Confier son enfant : c’est devoir faire confiance à la ou aux personnes qui vont l’accueillir : saura-t-elle prendre soin de mon enfant, en aura-t-elle envie, aura-t-elle le temps de faire suffisamment et suffisamment bien pour lui ?

Ces deux processus sont distincts et sont plus ou moins forts l’un et l’autre. Ils persistent, de façon plus ou moins intense tout au long de l’accueil de l’enfant. Certains parents pourront faire confiance facilement mais auront beaucoup d’émotions à se séparer de leur enfant. D’autres peuvent se séparer plus facilement mais ne peuvent pas encore faire confiance.  A cela s’ajoutent de nombreux autres questionnements comme par exemple : mon enfant me reconnaitra-t-il encore ? M’aimera-t-il encore ? M’en voudra-t-il ?  Les autres enfants vont-ils l’embêter ? Va-t-il bien manger ? Bien dormir ? Bien jouer ? Bien grandir ?

Alors que peuvent faire les professionnels pour rassurer les parents, dans les débuts et tout au long de l’accueil ?

- Ecouter, entendre et accueillir les angoisses des parents, leurs larmes, leurs émotions, leurs difficultés à se séparer, sans les juger, ni les critiquer. Chaque parent traverse ce cheminement qui lui est personnel selon sa propre histoire familiale, de couple et avec cet enfant-là. Ecouter, c’est aussi prendre en compte ce que le parent dit concernant son enfant.
- Leur raconter ce que vit leur enfant : comment il passe ses journées, ce qu’il fait, ce qu’il exprime, ce qu’il semble apprécier ! C’est le moyen de montrer la réelle attention qui est portée à leur enfant, « unique » même parmi les autres. Ainsi les parents entendent la disponibilité du professionnel pour leur enfant. C’est aussi le moyen de faire exister leur enfant en leur absence, c’est leur permettre de se l’imaginer.
- Raconter et expliquer ce que nous proposons à leur enfant : comment nous l’accueillons, ce que nous faisons pour lui donner à manger, pour l’endormir, comment nous lui parlons, comment nous l’installons pour qu’il puisse bouger, jouer… Cela permet de montrer son professionnalisme, ses compétences et donc inspirer de la confiance.  

Dire comment nous travaillons, leur expliquer pourquoi, c’est aussi leur transmettre nos connaissances.
- Informer, partager, transmettre : c’est expliquer ce que nous savons du développement des enfants, de leurs besoins, de leurs rythmes. C’est faire les liens entre ce que nous faisons et ce que nous savons.
C’est par exemple expliquer pourquoi nous choisissons d’installer leurs enfants dans des positions qui facilitent le mouvement, pourquoi nous privilégions les installations au tapis, à plat dos et non la position assise ou en transat. Expliquons, montrons, observons les enfants ensemble.
Mais transmettre nos connaissances ne signifie pas demander aux parents ni leur conseiller de faire comme nous, même lorsque nous sommes persuadés du bien-fondé nos propres pratiques professionnelles.
- Respecter les choix des parents et les soutenir dans leur parentalité

Partager nos connaissances, nos expériences, peut soutenir les parents dans leur parentalité.
Les parents apprennent à être parents. Mais être parent n’a rien à voir avec être professionnel.
Soutenir les parents dans leur cheminement, leur permettre de se faire confiance, et de se sentir suffisamment bons pour leurs enfants, c’est les reconnaître compétents pour qu’eux-mêmes puissent se sentir compétents. Ne pas juger leurs choix et leurs façons de faire, même lorsqu’ils ne concordent pas avec ce que nous pensons, est le meilleur moyen de les soutenir et de les rassurer.

Nous avons un rôle primordial à la fois dans la qualité d’accueil des enfants comme de leurs parents.
Pour rassurer les parents, il ne suffit pas de leur dire « ne vous inquiétez pas ». Il est nécessaire de montrer à la fois son professionnalisme et sa compétence, à la fois en respectant ce qu’ils font avec leurs enfants et en leur montrant toute notre attention à leurs enfants.
C’est être soi-même « suffisamment bon professionnel », c’est rester dans notre rôle et place de professionnels qui accueillent les enfants. Cela permet ainsi aux parents de se construire eux-mêmes comme « suffisamment bons parents », en faisant leurs propres choix.

Bonne reprise à tous et toutes !
  
Article rédigé par : Monique Busquet
Publié le 01 septembre 2019
Mis à jour le 04 septembre 2019