Assistante maternelle : qu'advient-il parfois de notre crédibilité ? Par Nadège R

Assistante maternelle

Freepik
petite fille dans bras
C'est une question que je pose là et qui peut sembler étrange. Mais que veut -elle dire par là ? La crédibilité au fond c'est quoi ?
Eh bien on est crédible quand on raconte quelque chose qui est vrai ou a l'air vrai. Mais parfois, un interlocuteur en face peut mettre tout à coup votre parole en doute et c'est là que le bât blesse !

Elle s'est levée ce matin assez fatiguée comme d'habitude en ce moment. Mais la routine, le boulot, il faut bien enchaîner alors une fois levée, elle s'est mise en route. Du coup la journée a commencé : l'accueil, l'arrivée des enfants, les premiers jeux. Jusque-là tout va bien. Quelques bêtises de certains petits, comme tous les jours, elle a fait les gros yeux, ça en est resté là. La journée s’est déroulée ainsi, sans véritable encombre, et aux transmissions du soir, le couperet s’abat, aussi soudain que sévère : cette phrase qui tombe, qui fait mal : « hier la petite a dit que vous lui aviez tapé les fesses ».
Choc. Silence. Et ce regard de la maman, doux mais implacable. On sait ce qui se passe dans la tête du parent à ce moment- là : son bébé, la chair de sa chair a porté une accusation grave et en plus ce matin, ne voulait pas venir. Comme pour appuyer ces faits désastreux. Comment répliquer ?

Que répondre face à une accusation pas clairement dite mais parfaitement insinuée ? En deux secondes, elle retourne à son rang de salariée qui doit rendre des comptes : seule ou en MAM c'est le même combat, la maman n'était pas là ! Forcément elle ne me croira pas, se dit l'assistante maternelle blessée. Elle tente d'expliquer que l'enfant avait été réprimandée lors d'une bêtise mais que c'est le seul incident qu’il y a eu. Elle ne comprend pas, elle en perd même ses mots et ceux de l’enfant la blesse : pourquoi la petite a dit ça ? Elle se sent blessée et tente de rassurer la maman : non jamais elle ne l’a tapée, elle s'est juste fâchée une fois car elle n'avait pas écouté, elle ne comprend pas qu'elle ait raconté ça. Deuxième question tranchante : « lui avez-vous crié dessus fort ? »… Là, il faut être honnête : « vous m'avez déjà vu gronder les enfants, lorsque ce fut nécessaire, même devant un parent je ne m'en cachais pas, oui je lui dis que je n'étais pas d'accord, et j'ai fait les gros yeux mais ni plus ni moins que je ne le fais d'habitude. »

Comment va-t-elle la croire à présent ? Comment rester crédible ? Surtout devant la vérité ? L'assistante maternelle n'est pas stupide, elle sait bien que ce genre d'incident va rester entre eux un moment et peut se révéler désastreux pour la suite du contrat. Mais lorsque le fait rapporté est faux, on ne peut pas plaider coupable ! L'assistante maternelle a son honneur et veut se faire entendre. Comment dissiper des doutes quand aucun témoin ne peut parler ? C'est sa parole contre celle de l'enfant, elle le sait.

Comment lui faire confiance maintenant ? Se demande la maman. Elle n’a pas trop hésité à en parler, en même temps il s'agit de son bébé. Pourquoi son enfant mentirait ? Elle demande à la nounou, mais celle-ci reste bouche bée. Silence. Un silence coupable peut être ? Celle-ci dément finalement, elle n’en a rien fait. Elle a l'air sincèrement troublée mais la maman préfère se méfier. Il s'agit de son bébé ! Elle se doit d'en parler. L’aurait-elle grondé trop fort ? Et son enfant en aurait été traumatisé ? Mais là encore, l'assistante maternelle s'innocente, fait appel aux bonnes sens de la maman. Cette dernière ne sait plus quoi penser, quand elle y réfléchit il y a eu cette fois où l'enfant s'était plaint d'avoir mal à la nuque, et cette fois où elle n'avait pas eu faim, c'était bizarre ça aussi ! Et il restait un peu de selle sur une des chaussettes lors d'un accident de couches il y a deux mois… Cela fait beaucoup non, vous ne pensez pas ? Pourtant elle plaide non coupable, elle a l'air blessée de ces paroles. En même temps à quoi elle s’attendait finalement ? se questionne la maman... Si elle a vraiment tapé mon enfant parce qu'il a fait une bêtise, elle ne va pas me le dire !

Et voilà : c'est ça la crédibilité ! Un professionnel de la petite enfance en fait souvent les frais ! Il arrive parfois qu’un enfant rapporte un incident qui n'a pas eu lieu au même titre qu'il va dire avoir fait de la peinture alors qu'il a dessiné, ou dit qu'il avait joué avec Romain alors que ce dernier est en vacances ! Parce que ces faits peuvent être vrais et sont graves, la crédibilité de l’adulte travaillant avec un enfant est alors remise en question d'un coup de balai.

Le pire c'est que l’on se met à la place du parent. On en ferait sûrement autant. Mais là, nous sommes de l’autre côté, l’assistante maternelle peut avoir dit la vérité et être réellement blessée de ces propos. Car elle sait au fond qu'elle ne peut rien prouver !
C'est un contrat tacite de confiance entre l'assistante maternelle et les parents. Et la moindre poussière dans cette relation complexe peut s'avérer dévastatrice.
Le doute s'installera toujours, partout. Et c'est la parole d'un enfant contre celle de l’assistante maternelle…
Blessée elle restera sur sa position et ça en restera là, elle sait juste que maintenant elle va marcher sur des œufs constamment, à cause d’un fait qu'elle n’a pas commis. Elle aura peur de réprimander cet enfant, elle fera doublement attention car elle sait qu’avec les parents ce ne sera plus comme avant.
Article rédigé par : Nadège R
Publié le 18 mars 2019
Mis à jour le 09 avril 2019