Et si le respect commençait entre nous ? Par Nadège R

Assistante maternelle

iStock
assistantes maternelles au parc
Chez les assistantes maternelles un sujet de révolte revient très souvent : le manque de considération et de respect de notre profession par les services de PMI souvent, mais par les parents surtout. Les assistantes maternelles se plaignent qu'on ne respecte pas les horaires, les parents arrivent avant l'heure le matin, en retard le soir. Parfois sans excuses. Certains ont des remarques désobligeantes qui affectent leur salarié.
Mais récemment j'ai remarqué quelque chose : et si le respect commençait déjà par le respect entre nous ?

Je suis allée dans un petit parc avec ma collègue. Les 8 petits à côté de nous, un sac rempli de quoi pique-niquer. Et des enfants surexcités à l'idée de la promesse d'un bon pique-nique à côté du parc de jeu (un parc où l’on va très peu souvent). Arrivés là-bas, accueil glacial. Une femme et une assistante maternelle nous ont chassés du parc sans aucune forme de procès. Le parc de jeu était privé selon elles. Mais ne l'est pas en fait. Ne voulant pas ‎choquer nos petits loups, nous n'avons pas insisté et sommes repartis. Les pauvres petits n'ont rien compris.

La jalousie envers nous, étant en Mam, est fréquente. Comme si nous n'étions pas du même bord. Comme si nous n'étions pas assistantes maternelles. Nous aussi, on nous plante pour des crèches. Nous aussi les parents arrivent en retard. Nous aussi avons du mal à être complètes parfois. Bien sûr on souffre moins que l'assistante maternelle chez elle. Je le conçois. Mais jamais je ne me permettrai de chasser des consoeurs d'un parc par jalousie.

Et quand on regarde les forums, les groupes, les commentaires de certains sujets, voilà les propos critiques envers d'autres assistantes maternelles : un coup c'est le mot nounou qui est employé et l'assistante maternelle qui l'a employé va se faire incendier. On va critiquer au parc la collègue de la rue d'en face qui ne travaille pas les mercredis, et celle qui va faire ses courses avec les enfants, ou une autre qui ne fait jamais d'activités mais sort davantage les enfants, ou encore celle qui multiplient les "productions" alors que ça ne sert à rien. Tout le monde y va de son avis, de sa critique. Avec une collègue, la famille, sur internet.

Nous-mêmes, chroniqueurs, comme l'a soulevé Françoise Näser dans une de ses chroniques, nous faisons souvent incendier par des personnes pourtant qui font le même métier. Les mots sont parfois durs les unes envers les autres. Qui n'a jamais entendu une nounou critiquer une consoeur, un parent voir un enfant.
C'est comme tout il y a la façon de le dire !

Peut-être que le respect devrait intervenir de prime abord entre nous : accepter nos différences d'éducation, de travail, d'activités ou non. Chacune peut pratiquer ses horaires comme elle en ressent le besoin. Si l'une préfère le parc à la peinture, et alors ? Si l'une est fermée le mercredi, soit. Il y a des parents que ça arrange.
Attendre du respect de nos employeurs, de la considération envers ce métier de la part de nos familles, de la PMI, c'est normal.
Mais peut-être devrions nous aussi commencer en montrant l'exemple : respectons-nous les uns les autres, chaque assistante maternelle apporte sa pierre à l'édifice, et respectons nos collègues dans notre village, dans notre quartier.

Montrons donc l'exemple de ce qu'est la courtoisie et le respect.
Article rédigé par : Nadège R.
Publié le 31 juillet 2019
Mis à jour le 28 août 2019