Mais où sont passés les parents employeurs d’assistants maternels ? Par Pierre Moisset

Sociologue, consultant petite enfance

Istock
maman dit aurevoir à son enfant confié à l
Depuis au moins 5 ans maintenant, le recours aux assistants maternels par les parents a connu une nette baisse. Le nombre de parents employeurs, (déjà en baisse de 1% par rapport à 2013) était de 1,1 million en 2014 et n’est plus que de 1 069 830 en 2016 (-2,75% par rapport à 2014). Inflexion remarquable puisque, en effet, les assistants maternels constituent le principal mode d’accueil théorique (celui qui propose le plus grand nombre de places) et le principal mode d’accueil effectif dans notre pays : celui qui propose le plus grand nombre d’heures d’accueil au plus grand nombre de jeunes enfants.

Pendant un temps, on a même observé une double évolution : la baisse du nombre d’heures utilisées par les parents -employeurs (chacun recourant un peu moins longtemps à l’assistant maternel) et la baisse du nombre de parents-employeurs. Dans les derniers chiffres disponibles, la baisse totale du nombre d’heures employées au total semble strictement due à la baisse du nombre de parents employeurs. D’où la question ? Mais où sont passés les parents employeurs d’assistants maternels ? A quoi assiste-t-on via ce phénomène ? 

Le dernier rapport en date de la branche assistants maternels du particulier employeur (édition 2018 sur les chiffres 2016) avance une série d’explications possiblement mêlées.
« Le recul du nombre de naissances lié à la baisse du taux de fécondité des femmes de moins de 35 ans et les potentiels effets de la crise économique sur l’emploi des parents et le budget des familles sont des éléments à prendre en compte pour expliquer cette tendance. »
Baisse de la natalité et baisse des possibilités financières et des contraintes professionnelles des parents se combineraient donc.
Peut-on observer les effets de cette conjoncture sur les souhaits des parents de recourir à un assistant maternel ? La CNAF a publié, en 2012, 2013, 2015 et 2017 une série de « baromètres petite enfance », des enquêtes par questionnaire auprès des parents de très jeunes enfants afin de savoir quels étaient leurs souhaits d’accueil avant la naissance de l’enfant, les démarches qu’ils ont effectuées et leur solution d’accueil au moment de l’étude.

Qu’y apprend-on sur les souhaits et démarches des familles ? Sur ces quatre années, le souhait initial de recourir à une assistante maternelle n’a pas réellement bougé : il concerne toujours environ 22% des parents. Le recours effectif aux assistants maternels est, lui aussi, toujours du même ordre : 30%. On n’observe donc pas, dans cette série d’études, une désaffection vis-à-vis des assistants maternels pour les parents de jeunes enfants.

On ne peut alors faire que deux hypothèses : soit la baisse du recours aux assistants maternels ne fait que refléter la baisse du nombre de parents de jeunes enfants du fait de la baisse de la natalité (mais ces deux baisses ne sont pas du même ordre et cette première hypothèse est donc insuffisante). Ou bien encore, si les parents continuent de recourir autant qu’avant aux assistants maternels (lorsque l’enfant à entre 6 mois et un an), la baisse finale du nombre de parents-employeurs s’explique par le fait qu’ils cessent plus tôt (avant les 3 ans de l’enfant ou bien encore avant les 6 ans de l’enfant) ce recours.
Cette hypothèse est confortée par la CNAF qui, dans son dossier d’étude n°192 « Les évolutions récentes des recours aux différents modes d’accueil » note que la baisse du recours au Cmg assistant maternel a été plus nette pour les enfants de 3 à 6 ans. Autre évolution notable relevée dans ce même travail : la baisse du recours aux assistants maternels concerne surtout les familles n’ayant qu’un seul enfant (primo-parents).

Que ressort-il de tout cela par rapport à notre question de départ : où sont passés les parents employeurs d’assistants maternels ? Avec ces premiers éléments, on n’observe pas une désaffection du recours aux assistants maternels pour les jeunes enfants mais plus une diminution pour des raisons démographiques (moins de parents de jeunes enfants), ainsi que pour des raisons économiques ou pratiques mais pour les enfants de 3 à 6 ans. Les assistants maternels semblent donc devenir, de plus en plus, un mode d’accueil de la petite enfance (et moins périscolaire). Affaire à suivre…

 
Article rédigé par : Pierre Moisset
Publié le 20 novembre 2019
Mis à jour le 20 novembre 2019