Rencontres

Claire Grolleau-Escriva, présidente d’Ecolo Crèche*:« Le Ministère soutient notre démarche »

Claire Grolleau-Escriva est une écologiste convaincue. Pour elle, le développement durable n’est ni une mode, ni une affaire de politique. C’est un modèle de société qui permet l’épanouissement de tous dans le respect de l’éco système. Ses intuitions et convictions profondes, son goût pour la vulgarisation et la transmission et la naissance de son fils … l’ont poussée à s’intéresser à la Petite Enfance et à créer Ecolo Crèche. La petite association marseillaise est devenue grande. Lauréate de la France s’engage**, elle travaille actuellement avec plus de 200 crèches.

 
Claire Grolleau Escriva
Les Pros de la Petite Enfance : Comment est né votre intérêt pour l’écologie ?
Claire Grolleau-Escriva : Toxicologue de l’environnement de formation, je suis une scientifique. Pourtant j’appréhende les choses de façon intuitive, curieuse. J’aime la nature ou plutôt les natures et l’innovation. Par ailleurs je suis sensible à la transmission, à la vulgarisation, aux méthodes pédagogiques et aux méthodes de management. Et quand j’ai eu mon premier enfant, assez naturellement je me suis reconnectée à mes intuitions qui me poussaient vers l’écologie et le développement durable comme modèle de société.

C'est aussi à ce moment là que vous avez découvert le monde de la Petite Enfance ?
Comme toute jeune mère, j’ai découvert cet univers en cherchant une crèche pour mon fils. Je voulais bien la choisir. J’ai trouvé La Maisonnette dans le centre de Marseille, une structure, des personnes et un projet qui me correspondaient. J’ai rencontré d’autres parents qui avaient peu de préoccupations environnementales. Et même une certaine méfiance vis à vis de la nature : c’était sale et dangereux. Comme si c’était l’ennemi public numéro 1. J’ai trouvé que c’était déséquilibrant d’inquiéter les enfants sur la nature : la terre c’est sale, les chiens c’est sale, et on leur met des chaussures tout petit pour protéger leurs pieds etc. Je me suis dit que c’était dangereux de déconnecter les enfants de la nature.
J’avais du temps, j’ai alors proposé à la halte-garderie de mon fils des ateliers de découverte des milieux naturels. Les premiers, je me souviens, avaient pour thème la mer et la rivière : j’avais installé des bacs avec de l’eau salée, des algues, de l’eau douce. Puis j’ai organisé un atelier sensoriel sur les matières. Les enfants étaient ravis.

Quel a été accueil du côté des professionnels ?
Les professionnels semblaient intéressés. Il y avait beaucoup de plaisir partagé. Dans la foulée de ces premiers essais, j’ai construit des ateliers plus sophistiqués sur la faune, la flore etc. J’ai poursuivi par des interventions dans les écoles. J’ai suivi mon fils, je l’ai même doublé puisque j’interviens dans des facs alors qu’il est encore au lycée !

Qu’est ce qui vous a donné envie néanmoins de continuer à intervenir dans les structures accueillant les jeunes enfants ?
Les professionnels de la petite enfance portent des valeurs : ils savent être à l’écoute des besoins des enfants (avec des pratiques d’écoute pleines d’humanité). En animant des ateliers dans d’autres établissements de Marseille, je me suis rendu compte que l’éducation à l’environnement n’existait pas dans les crèches. On jugeait les enfants trop jeunes, on pensait qu’ils ne comprenaient pas, ne pouvaient pas se concentrer plus de 10 minutes.
Au vu des questions que me posaient les professionnels, j’ai fait un autre constat : il y avait beaucoup d’idées reçues, beaucoup de méconnaissances. C’était paradoxal : dans ces crèches, tout était fait pour répondre aux besoins des petits et en même temps dans l’équipement, les produits utilisés ou la nourriture donnée aux enfants, on avait des pratiques à risques. En tout cas que je jugeais dangereuses ou toxiques. En fait, quand ils n’étaient pas dans leur domaine d’expertise, ces professionnels perdaient leur bon sens. Utiliser des produits toxiques alors que leur objectif était de prendre soin des enfants, cela me paraissait surréaliste ! Leurs pratiques ne prenaient pas en compte le respect de l’écosystème.

C’est à partir de constat que vous avez décidé de créer Ecolo Crèche ?
En tout cas, c’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il fallait donner de meilleures informations aux professionnels. Notamment sur l’alimentation, sur les produits d’entretien où on avait remplacé le risque microbien par le risque chimique. Pour donner plus d’efficacité aux réponses que j’apportais (qui parfois étaient contradictoires avec les celles fournies par la PMI ou les services sanitaires), j’ai décidé passer à la vitesse supérieure. Et de mettre en place une démarche qui permettrait aux structures qui le souhaitent d’opérer un vrai changement de pratiques.

Et là vous avez commencé à structurer un peu votre engagement ?
Nous étions en 2007 et j’ai créé au sein de l’Atelier Méditerranéen de l’environnement, un projet spécifique Ecolo Crèche. Le projet a dépassé la structure et en 2013 Ecolo Crèche est devenue une association indépendante. Elle réunit des crèches engagées dans la démarche et des experts qui partagent des valeurs pédagogiques d’engagement éco-citoyen.Au départ, c’était un projet expérimental pour la mise au point de la démarche écolo crèche. Dix crèches de Marseille étaient engagées grâce au financement de la ville, car nous avions été lauréats d’un concours « Envie d’environnement ». 

Et Ecolo Crèche a pris une ampleur nationale …
Oui, aujourd’hui 200 crèches sont engagées dans la démarche de développement durable. Nous espérons en avoir 700 d’ici 2017.

Dans la foulée vous avez créé un label. Pourquoi ?
Le label est né à la demande des crèches engagées en 2009. Elles avaient envie que leurs efforts soient connus et reconnus.
Il a fallu déterminer des critères et nous avons un comité Label Ecolo Crèche, composé d’experts en développement durable et des spécialistes de la petite enfance.*** On a construit un référentiel du label. Pour l’obtenir, il faut avoir progressé au moins sur 3 des 8 thèmes abordés dans le diagnostic. (voir encadré).  
Actuellement nous avons un peu moins de 50 crèches labellisées. Le processus de labellisation dure de un à trois ans.

En mai 2015, l’association a été lauréate de la France s’Engage* initié par le Président de la République. Qu’est ce que concrètement cela vous a apporté ?
Un accompagnement et un financement. Nous allons signer très prochainement une convention avec le Ministère de la Famille. C’est une convention entre le Ministère, la CNAF, l’Association des Maires de France, l’UNIOPS, la Fédération des entreprises de crèches privées, et Ecolo crèche  pour entériner que la démarche Ecolo Crèche doit être aidée pour se déployer. On est soutenu par une subvention du ministère. Par ailleurs, la CNAF a prévu des mesures incitatives financières quand des structures s’engagent dans des démarches éco-citoyennes.Nous sommes associés aussi à réflexion sur les nouveaux référentiels métiers petite  enfance. On nous consulte également pour déterminer les grandes lignes des bonnes pratiques à mettre en  place par les PMI. Le développement durable sera pris en compte.


*http://www.ecolo-creche.fr/
** http://lafrancesengage.fr/

Le référentiel du Le label Ecolo crèche®

Le référentiel Ecolo crèche est un système de management environnemental qui permet  aux structures d’accueil de la petite enfance de toute taille et de tout type :  • d'identifier et de maîtriser l'impact environnemental de leurs activités et d'améliorer leur performance environnementale. • de s’engager facilement dans une démarche d’amélioration continue. • de définir leurs objectifs propres, les atteindre et démontrer qu'ils ont été atteints.  • d’améliorer la qualité de vie chez elles.  Une bonne connaissance du milieu de la petite enfance, les compétences d’une équipe pluridisciplinaire et l’engagement de longue date dans l’écologie pratique ont permis à l’association Ecolo crèche de construire et soutenir un référentiel pragmatique. Il a été imaginé pour des petites structures comme les crèches, dans le respect de l’accueil et du travail auprès des enfants.   Le label Ecolo crèche® récompense le travail des équipes dans une perspective d'amélioration continue. Il repose sur des principes simples : • diagnostic de départ et diagnostic d'évaluation pour mesurer les progrès mis en oeuvre • engagement et actions participatives de toute l'équipe

Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Modifié le 05 juillet 2016