Rencontres

Dominique Rateau, thérapeute du langage : « Le trio qui compte c’est l’adulte, le livre et l’enfant »

Membre fondateur et actuelle présidente de l’Agence Quand les livres relient*, Dominique Rateau exercé durant vingt ans le métier d’orthophoniste, thérapeute du langage et de la communication en institutions spécialisées. Elle rédige également la rubrique Des Livres et des bébés dans la revue Spirale (Ed. Érès) Se référant aux travaux de l’association Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations (ACCES),** elle a conduit de 1990 à 2004 une mission "livres - petite enfance" au sein du Centre régional des lettres en Aquitaine.
Dominique Rateau nous apporte ici des pistes pour partager avec les tout-petits des moments privilégiés autour du livre et de la lecture. Rencontre.

 
Dominique Rateau
Les Pros de la Petite Enfance : Peut-on lire des livres aux bébés dès la naissance ?
Dominique Rateau : Pour entrer en relation avec le monde et les personnes qui les entourent, les bébés sont dans l'obligation de donner sens aux signes. C'est-à-dire voir des choses, les interpréter et donner du sens. Pour cela, ils sont des champions ! Je dis lire avec les bébés et non pas à des bébés, car je ne les considère pas du tout passifs, mais acteurs dans la rencontre et dans la lecture et cela dès la naissance. Ce qui modifie complètement l'approche, parce que ce n'est pas l'adulte qui lit à un tout-petit, ce sont deux personnes à des niveaux de développements différents qui vont lire ensemble un album et y trouver un intérêt à partager cette lecture. Par ailleurs, il est fondamental de ne pas considérer le tout-petit comme un être en construction, mais comme un acteur de cette construction. Dans l'approche cela change des choses, notamment que le respect et la considération sont au centre de la rencontre. Il ne peut pas y avoir de lecture intéressante sans engagement du lecteur, ce dernier est obligé de s'engager dans son interprétation. Il n'y a pas d'obligation de résultats, mais une construction de la pensée créatrice de chacun autour de l'œuvre d'un artiste.

Quels sont les principaux apprentissages favorisés par la lecture ?
Faire la lecture dès le plus jeune âge favorise le développement de l'imaginaire, de la pensée, la construction de l'être, l'enrichissement de la langue, mais aussi l'enrichissement des multitudes possibilités de représentation du monde puisque on parle d'albums avec des mots et des images. Les albums que je préfère sont ceux dans lesquels les images ne sont pas une illustration du texte mais où il existe une articulation entre l'image qui dit quelque chose, le texte qui dit souvent autre chose, ou parfois l'inverse, et l'engagement du lecteur qui fait le sens entre ces deux approches. Selon moi, le moment d'une lecture est vraiment une bulle où on n'est plus un adulte qui a des responsabilités d'éducation, mais un lecteur qui laisse flâner son imaginaire, ses rêveries, ses pensées et ses réflexions sur la vie et le monde. Par ailleurs, la lecture est devenue pour un grand nombre de professionnels et de parents une technique qu'il faut absolument réussir et qui devient un axe qui conditionne tout le reste de la vie, ce qui n'est pas totalement faux puisque l'école est organisée autour de l'écrit. Cependant, considérer seulement la lecture comme un apprentissage du code cela vient nier la capacité des enfants à interpréter une image et la lecture possible de l'image. La question qui se pose pour les professionnels de la petite enfance, est comment cette rencontre autour du livre va pouvoir s'inscrire dans le quotidien des enfants et dans leur vie avec leurs parents. Il ne s'agit pas seulement de lire avec un tout-petit, mais aussi de redonner quelque chose de cette rencontre aux parents afin que ces derniers puissent se réapproprier le fait que leur bébé s'intéresse aux livres et de pouvoir le partager avec leur enfant, par exemple en lui lisant le soir le livre qu'il a découvert à la crèche ou avec son assistante maternelle.

Comment s'organisent les temps de lecture avec de très jeunes enfants ?
Avant 3 ans, il n'y a pas de temps de lecture où tout le monde est assis et écoute une histoire. Même en groupe, le professionnel doit s'adresser à chacun des enfants, chacun son tour, en respectant le rythme de chacun. Dans cette période de la vie, les enfants ont besoin qu'on s'adresse à eux individuellement, une attitude qu'il faut également préserver autour des livres. Le trio qui compte c’est l'adulte, le livre et l'enfant, une rencontre qui doit rester singulière. Je conseille ainsi aux professionnels de la petite enfance de poser les livres au milieu des enfants et de lire individuellement à chacun le livre que l'enfant aura choisi pendant que les autres attendent, écoutent, bougent ou jouent. Cette manière de faire est essentielle car un lecteur ne lit vraiment que les livres qu'il choisit. Il est important de cultiver cela chez les tout-petits car ce n'est pas anodin qu'ils choisissent tel ou tel livre, même si encore aujourd'hui on ne sait pas exactement pourquoi ils choisissent ce livre plutôt qu'un autre. Par ailleurs, une seule page intéresse bien souvent les très jeunes enfants, ils écoutent et regardent les autres pages, pour ensuite revenir sur la page qui les intéresse. Ce rythme est important à respecter ainsi que l'observation. Valoriser et privilégier l'attitude de l'enfant lui permet d'entrer dans les livres à son rythme, pour ensuite s'installer dans une lecture plus suivie.

Doit-on absolument proposer des livres aux tout-petits ?
Ce n'est pas une obligation de proposer des livres aux jeunes enfants et il faut rassurer les professionnels de la petite enfance par rapport à cela, car certains d'entre eux n'ont pas ce lien à la littérature mais ils ont d'autres talents qu'ils vont partager avec les tout-petits. Il est vrai que la lecture favorise l'élaboration de la langue, mais il ne faut pas culpabiliser les professionnels qui ne trouvent pas d'intérêt à cela. Si on n'aime pas lire à voix haute, on peut aller avec des bébés écouter la lecture d'un livre à la bibliothèque par exemple. Ce n'est pas un drame de ne pas lire de livres aux enfants avant l'âge de 2 ans, il est incontournable en revanche de leur parler. C’est important de privilégier la qualité du lien avec l'enfant et non l'aspect éducatif.

C'est quoi un bon livre pour bébé ?
L'essentiel est de proposer des livres que les professionnels de la petite enfance ont déjà lus, dans lesquels ils ont trouvé un intérêt et qu'ils souhaitent en partager la lecture. Il existe des livres qui nous dérangent qui nous bousculent et qu'on ne se sent pas d'aller proposer à des enfants qui ne sont pas les nôtres. Après avoir découvert dans les années 80 que l'on pouvait mettre des livres à la disposition des enfants entre la naissance et 3 ans, l'idée aujourd'hui est d'engager un travail plus complexe. Nous devons convaincre les professionnels de la petite enfance que tous les livres ne se valent pas, je préfère que l'on donne à de très jeunes enfants le meilleur de la production. Pour cela, il ne faut pas que l'adulte s'ennuie dans la lecture d'un livre, qu'il est trouvé un élément intéressant qu'il a envi de partager avec les enfants. Je pense que la question de lire ou de ne pas vouloir lire tel ou tel livre à des enfants pourrait être travaillée régulièrement en équipe. C'est-à-dire que je trouve extrêmement formateur le fait que le temps de réflexion autour du choix des livres se fasse entre professionnels qui se communiquent leurs ouvrages préférés, leurs hésitations, développent une parole et un point de vue.

Que pensez des nombreux livres mettant en scène le quotidien des bébés ?
Ce type de livre n'aident pas vraiment les très jeunes enfants à mieux vivre certaines situations du quotidien (apprentissage de la propreté, abandon de la sucette, manger des légumes…). A travers ces ouvrages, que je classe dans la catégorie des documentaires, on vise un idéal d'enfant ! Ce sont des livres qui rassurent les adultes et on ne parle pas du tout de l'objet de littérature qu'est le livre. La littérature et les arts en général nous aident à cultiver nos possibilités de rester éveiller, de cultiver le doute et non pas d'apporter des réponses. Il ne faut pas proposer aux enfants que ce genre de livres, notre travail de professionnels est d'aller chercher d'autres ouvrages plus inventifs, plus créatifs favorisant la découverte et l'émerveillement. Pour ma part, je milite pour que l'on remette la fiction au cœur de la question de la culture ce qui favorise l'imaginaire, le rêve, la pensée…

Que doit-on privilégier pour créer un coin "lecture" ?
Outre réunir les livres et les jeux dans un même endroit en créant un espace délimité, calme et ludique, aménagé de façon à favoriser l’autonomie des enfants, le confort (coussins, poufs, tapis…), l'endroit où on s'installe pour partager une lecture doit être avant tout confortable pour l'adulte comme pour les enfants. L'adulte peut être assis par terre et les enfants sur de petites chaises ou l'inverse, ou tout le monde sur le canapé de l'assistante maternelle… on s'adapte en fonction du lieu et des envies de chacun. Pour une question de praticité, les livres peuvent être ranger dans une petite étagère, mais il est aussi important de ne pas tous les disposer à la verticale, comme dans une bibliothèque, mais de les présenter de manière variés afin que les enfants puissent plus facilement en choisir un. Par ailleurs, tout l'intérêt d'un livre est qu'il soit mobile, qu'il circule de pièce en pièce pour que l'enfant se l'approprie. Dans la relation de soin aux bébés, les professionnels de la petite enfance peuvent proposer de regarder un livre au moment du change ou juste avant de déjeuner, ce sont de petits instants fugaces qui encouragent l'enfant à rêver le monde et à penser.


* Fondée en 2004, se donne pour mission de favoriser, dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, une expérience littéraire. Via des journées de rencontres, l'Agence a également pour objectif de créer un réseau national, voire international, pour encourager la réflexion autour des livres, des tout-petits (moins de 3 ans) et des adultes.
http://www.agencequandleslivresrelient.fr/


** Depuis 1982, ACCES initie et accompagne le développement de projets culturels qui s’appuient sur la médiation du livre dès la petite enfance. L'association propose ainsi de partager livres et histoires avec les bébés et leur entourage, en concertation avec les structures déjà existantes, les services de la petite enfance et les services de bibliothèques. Le programme de formation a pour objectif de permettre la mise en place, le soutien et la consolidation de ce type de projets. Destinés aux professionnels d’horizons divers, les stages allient apports théoriques, partage d’expériences et questionnement des pratiques.
http://www.acces-lirabebe.fr/



Retrouvez notre sélection de livres pour enfants : https://lesprosdelapetiteenfance.fr/eveil-activites/biblio-enfants

Des livres pour aller plus loin

• Lire des livres à des bébés de Dominique Rateau – Éd. Erès
Comment se sont développés les projets autour des livres et des bébés? Sur quelles données théoriques reposent-ils? Quels sont les enjeux de ces rencontres autour des livres ? Quels rôles pour les institutions (crèches, écoles maternelles, bibliothèques...), Dominique Rateau apporte des réponses issues de son cheminement personnel et d'un enseignement glané au fil de la vie, des lectures et des rencontres.
• Les livres, c’est bon pour les bébés de Marie Bonafé (Psychiatre et Psychanalyste) – Éd. Hachette littérature
A contre-courant de l'apprentissage précoce, forcé, l'auteur fait l'éloge de la "lecture pour rien", de la gratuité, du plaisir qui sont les meilleures conditions pour accéder à la langue écrite.
• Le livre et le jeune enfant : De la naissance à 6 ans de Véronique Maréchal (EJE et formatrice ) – Ed. De Boeck Université
Les professionnel(le)s de la petite enfance ainsi que les parents trouveront dans ce livre des repères et des réponses aux questions qu'ils se posent, mais une part de recherche personnelle reste volontairement ouverte pour laisser libre cours à la réflexion, à la recherche en équipe ou pour suivre ses propres élans de créativité et d'exploration. Au fil des questions évoquées, des pistes suggérées, des témoignages de professionnels du livre ou de la petite enfance, l'ouvrage permet de trouver ses propres repères pour élargir ses attitudes pédagogiques et orienter ses choix en matière de littérature enfantine.
• Lire à haute voix des livres aux tout-petits du docteur Patrick Ben Soussan – Ed. Erès
Partager sa lecture avec bébé. Donner de la voix, mettre en voix… Mais que se passe-t-il donc quand cette voix lit ? Qu'entend bébé ? L'histoire lue et le lecteur qui lit. Et si le livre est un album, un livre d'images, que voit bébé, pendant que la voix parle ?... Autant de questions auxquelles répond le docteur Patrick Ben Soussan.

 

Article rédigé par : Catherine Alexandre
Modifié le 26 juin 2017