Rencontres

Elise Mareuil, responsable pédagogique des crèches AGAPI : « L’éveil à la nature au coeur de notre projet »

Ils sont trois.Trois à s’être soudés autour d’un projet né de valeurs communes : l’économie sociale et solidaire. Ensemble, ils ont créé AGAPI, le premier réseau de crèches coopératives. Un modèle unique dans la Petite Enfance.  Rencontre avec Elise Mareuil sa responsable pédagogique pour qui toutes les découvertes des petits passent par la sensorialité.
Elise Mareuil
Les Pros de la Petite Enfance : Comment est né AGAPI ?

Elise Mareuil : De la rencontre de trois personnes qui avaient le mêmes envies, les mêmes valeurs, et la même détermination. De trois personnes très complémentaires. Au départ nous sommes trois gérants. Karim Bechara, le fondateur a été directeur de colonies de vacances, puis acheteur pour des groupes internationaux. Il a eu envie à un moment de sa vie professionnelle de se reconvertir. Envie de faire quelque chose qui ait une utilité sociale. Aujourd’hui c’est le directeur administratif et financier  et le responsable du développement d’AGAPI. Alexandre Moreira est un ancien banquier. C’est le directeur du patrimoine (à la fois foncier et financier). Et moi, éducatrice de jeunes enfants depuis presque 15 ans, j'ai crée la charte pédagogique qui repose sur nos valeurs communes.

Quelle est l’originalité des crèches AGAPI?

La première, c’est sa charte pédagogique. Une charte très étoffée. Et c’est à partir  de cette charte pédagogique, mais aiussi de nos valeurs liées au développement durable notamment,  que nous avons mené tous les trois un travail de réflexion pour monter le projet. C’est une démarche très rare, car le plus souvent dans les structures,  les projets éducatifs et pédagogiques sont pensés en dernier.

C’est la charte pédagogique qui vous a donné l’idée de créer des crèches coopératives ?

Exactement. La charte pédagogique nous a amené au choix des statuts et des locaux. Nous nous inscrivons d’emblée dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Nous travaillons autour aussi du développement durable. Nos crèches sont organisées en coopératives. Cela veut dire que nous en faisons une gestion désintéressée : nous pouvons faire des bénéfices mais nous les réinjectons tous dans la coopérative.

C’est un modèle inédit dans la Petite Enfance ?

Tout à fait. Nous avons innové. Et en plus nous avons opté pour un modèle coopératif particulier : une SCIC, une société coopérative d’intérêt collectif. C’est une coopérative dite d’utilité sociale. Non seulement nos bénéfices sont reversés dans les projets de la structure (nous n’avons pas d’actionnaires à servir), mais en plus les salariés comme les parents peuvent devenir coopérateurs. Au même titre que les trois gérants.
Nous avons établi la part à 50€, ce qui permet à tous ceux qui le souhaitent devenir coopérateurs.  Les coopérateurs peuvent participer aux assemblées générales et du coup être associés à la vie des structures. Actuellement sur 30 salariés, un tiers sont coopérateurs. Avec la possibilité de le rester même s’ils quittent AGAPI.

Ca c’est pour l’aspect coopératif. Qu’en est-il de l’aspect « développement durable-écologie »?

 Quand nous sommes propriétaires, les bâtiments sont éco-conçus. : les aménagements intérieurs sont en bois français et réalisés par un ESAT ( Etablissement et service d’aide par le travail). Nos jouets sont majoritairement en bois ou en plastique recyclé ou recyclable ( ce sont des jouets qui peuvent se replanter ). Nous utilisons une marque de couches française  jetables et biodégradables (TIDOO), des pots (BECO)  qui se replantent et deviennent des fleurs, de la vaisselle en bambou, du liniment.
Nous n’avons pas trouvé de traiteur 100% bio et nous ne faisons pas les repas sur place. Nous travaillons avec API qui utilise  des produits issus de l’agriculture raisonnée et locale. En cuisine nous embauchons du personnel en réinsertion professionnelle via notamment l’association Taff et Mafé. En règle générale, nos prestataires sont des associations ou entreprises d’insertion professionnelle.

  Comment cet engagement se traduit-il vis à vis des enfants 

Les activités proposées tournent autour de l’éveil à la nature. Mais l’idée de notre charte pédagogique, c’est que tout part et tout passe par la sensorialité. C’est pourquoi nous travaillons toutes nos thématiques comme la découverte des saisons , par exemple (l’été pendant l’été, l’hiver en hiver etc.) à travers les 5 sens*. Nous pensons que cette démarche permettra à l’enfant d’être d’autant plus curieux et ouvert au monde.  Nous avons à cœur de l’accompagner dans sa découverte de la nature en créant tout au long de l’année, des connections ludiques avec la nature. Un tout-petit qui va à la découverte de la nature avec plaisir, la respectera  et deviendra un adulte qui a un autre rapport à l’environnement.

Comment associez-vous les parents ?

Les parents tiennent une place centrale dans les crèches AGAPI. Ce sont leurs crèches. Et même quand ils n’ont pas choisi d’être coopérateurs,  ils sont associés  très étroitement à la  vie des structures. Nous sensibilisons les familles au respect de l’environnement. Nous les entraînons dans des événements comme la Semaine du Goût (et là nous parlons du gaspillage alimentaire), à la Fête des Eaux et des Forêts . Et au quotidien, nous les sollicitons pour du matériel de récupération ou les invitions à venir fabriquer de la pâte à modeler naturelle avec nous.

Vous avez aujourd’hui 3 crèches. Quels sont vos projets ?

Notre première crèche l’Orange bleue à Noisy-Le-Sec a été ouverte en 2012. Nous travaillions sur le projet depuis 5 ans ! En gardant une activité professionnelle car nous ne pouvions nous rémunérer. Aujourd’hui nous avons  aussi un multi-accueil  Minid’Hom à Argenteuil (une ancienne crèche parentale que nous avons reprise)  et  une micro-crèche Bulle à Pavillons- sous- Bois. Nous avons deux ouvertures prévues en septembre : un multi-accueil au Val d’Argenteuil et une micro-crèche à Argenteuil.
D’un point de vue pédagogique, nous  sommes aussi très actifs et toujours en mouvement. Nous réfléchissions à ouvrir une salle Snoezelen. Nous travaillons beaucoup autour de l’itinérance ludique où rien n’est imposé mais juste proposé. Nous faisons régulièrement appel à des intervenants extérieurs : musiciens, artistes, plasticiens et psychomotriciens ; Et surtout, dans chaque crèche, et j’ y tiens beaucoup, chaque professionnel dispose chaque semaine , en plus des réunions d'équipe,  « d’une heure pédagogique »,  une heure prise sur son temps de travail, durant laquelle il peut réfléchir à sa pratique et à la pédagogie. Et peut ainsi participer à une boîte à outils commune à toutes nos structures.


*Voir notre dossier : http://lesprosdelapetiteenfance.fr/eveil-activites/ateliers-pedagogiques-et-fiches-activites/ateliers-decouverte-de-lete

Les valeurs AGAPI

• Le respect de l’environnement
• Le respect de la diversité sociale et culturelle
• Un souci particulier apporté à  la nutrition
• Un accueil adapté aux enfants en situation de handicap
• Une place centrale donnée aux familles

http://agapi.fr

Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Modifié le 18 septembre 2016