Zoom sur les salaires des professionnels de crèche

La plateforme de recrutement Crèchemploi vient de publier la deuxième édition de son Observatoire des salaires en crèches* qui a cherché cette fois à savoir si la péunrie de personnel qualifié en crèche avait un impact sur la rémunération des professionnels en poste.
Deux grands constats : malgré la difficulté de recruter du personnel qualifié dans les crèches et un grand turn over dans les équipes, les gestionnaires n’ont pas fait d’effort pour augmenter leurs salariés. D’autre part, les EAJE du public rémunère mieux que ceux du privé - contrairement à ce qui se passe dans la plupart des autres secteurs professionnels.
L’étude se concentre sur les différences de rémunération entre les professions et au sein-même de chacune en prenant compte de plusieurs critères : la répartition des contrats à durée déterminée (CDD) et des contrats à durée indéterminée (CDI), les écarts de salaire entre le public et le privé et entre la province et Paris, la prise en compte de l’expérience dans la rémunération, la taille de la structure, notamment.

Les animateurs petite enfance (les titulaires du CAP petite enfance aujourd'hui CAP accompagnant éducatif petite enfance) ont davantage de CDI dans le privé ont des salaires moyens (mensuels nets) plus élevés dans le public :1 319€ versus 1 193€ dans le privé.
Les auxiliaires de puériculture sont également mieux rémunérées dans le secteur public (1 497€ contre 1 289€ dans le privé associatif) et surtout quand elles exercent en région parisienne toutes sortes d'EAJE confondus (1 498€ contre 1 319€).
Chez les EJE, on note que dans le public, le salaire est plus élevé en fonction de l’expérience et du nombre de salariés employés au sein de la structure. En revanche, les directeurs de crèche EJE sont les seuls à avoir une rémunération plus importante dans le privé associatif, avec un écart très significatif d’environ 1000€ le secteur public. Par ailleurs on voit qu’à poste égal (de direction), les infirmières puéricultrices sont en moyenne mieux payées que les éducateurs de jeunes enfants (EJE) : dans le public, elles gagnent 2 147 € contre 1 866€ pour les EJE. Ici pas de surprise puisque les premières sont plus diplômées - mais cela devrait changer avec la réingénierie du diplôme d’EJE qui passera du niveau III au niveau II.

Enfin l’étude montre que bien que les primes individuelles restent une pratique assez minoritaires dans les EAJE, elles sont en hausse de 16% depuis 2015 et légèrement plus répandues dans le secteur public, en région parisienne. Les critères pris en compte sont dans l'ordre le comportement professionel, l'assiduité, la qualité du travail et/ou du projet, le taux d'occupation de la crèche et le respect du budget.



* Enquête menée en juin et juillet 2017 auprés de 1200 salariés et 120 gestionnaires d'EAJE du secteur public et privé.
Article rédigé par : A.BB