COVID-19 : de nouveaux critères pour les aides de la Cnaf aux EAJE et aux MAM

Lors de son conseil d’administration d’hier 17 novembre, la Cnaf a décidé d’élargir les aides destinées aux crèches, micro crèches et MAM. Jusqu’au31 décembre et avec un effet rétroactif au 1 septembre.

La mesure la plus spectaculaire votée par le CA de la Cnaf hier 17 novembre est bien sûr celle concernant le financement et la distribution de 500 000 masques transparents pour les pros exerçant en collectif telles les crèches et les MAM.
Mais il a aussi étendu les critères d’accès aux aides exceptionnelles votées le 6 octobre  par places fermées. Le communiqué de la Cnaf spécifie que désormais jusqu’au 31 décembre, ces aides prennent donc en compte :
« -le motif de personnes vulnérables parmi les motifs d’absence de personnel accepté en cas de fermeture partielle ou totale par le gestionnaire. Si celui-ci doit réduire sa capacité d’accueil, voire fermer totalement son établissement en raison de l’absence d’un nombre important de professionnels malades du COPVID-19, cas contact, placés en activité partielle ou en autorisation spéciale d’absence en tant que personne vulnérable après avis médical, le gestionnaire pourra demander l’aide exceptionnelle à compter du 1 septembre.
-le places inoccupées par des enfants dont au moins un des parents est cas contact ou privé d’activité en raison des mesures prises par le gouvernement (travailleurs indépendants ou salariés placés en activité partielle) sont éligibles à l’aide exceptionnelle 
».

Dans ces conditions il semblerait équitable que les assistantes maternelles puissent bénéficier du disposiutif d'activité partielle quand dse parents en activité partielle décident de garder leur enfant au lieu de le confier à une assistante maternelle. Mais une telle décision ne dépend pas de la Cnaf mais du gouvernement.
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 18 novembre 2020
Mis à jour le 30 novembre 2020