Etude : Les jardins pédagogiques de la Ville de Paris, le reflet d'une politique petite enfance ambitieuse

Le premier volet d’une étude confiée à L’Observatoire du Changement ( OSC) de Sciences Po  par la Ville de Paris met en évidence la spécificité des jardins d’enfants pédagogiques. En des termes élogieux. Dans un deuxième volet plus quantitatif il s’agira de mesurer les effets sur les enfants  des pratiques spécifiques de ces structures pas comme les autres.  Zoom sur les premiers résultats.
A l’automne dernier, le Conseil de Paris a commandé une enquête qualitative et quantitative sur les jardins d’enfants pédagogiques parisiens. Autrefois jardins d’enfants Paris Habitat, ils sont désormais sous la responsabilité de la DFPE (Direction de la Famille et de la Petite Enfance).  Ils sont 22 à Paris et accueillent des enfants de 2 ans et demi à six ans qui n’iront donc pas à la maternelle mais intégreront directement l’école élémentaire. Les responsables des classes sont des Educateurs de Jeunes Enfants (EJE) qui suivent les programmes de l’école maternelle. Cette enquête confiée à l’Observatoire sociologique du changement de Sciences Po (OSC) tombait à point nommé… alors même que le président de la République venait d’annoncer lors des Assises de la maternelle, qu’il souhaitait voir abaisser l’âge de l’instruction obligatoire de 6 ans à 3 ans.
En fait, en souhaitant cette enquête le Conseil de Paris voulait des pistes de valorisation du travail accompli par les jardins d’enfants pédagogiques, afin d’avoir des éléments forts et fiables pour discuter avec le Ministère de l’Éducation nationale de leur avenir dont on sait aujourd’hui qu’il est en suspens puisqu’un sursis de 2 ans leur a été accordé.

Un modèle spécifique très riche
Pour Marc Oberti, professeur d’université et directeur de l’OSC, il s’agissait d’essayer de comprendre le pratiques pédagogiques et modèles de ces structures. (Voir l’encadré sur la méthodologie).
Conclusion : les jardins d’enfants pédagogiques développent un modèle spécifique très riche quant aux apprentissages, à l’autonomie, au rapport aux adultes, au plaisir dans les apprentissages ; ils pratiquent un accompagnement très différent de celui proposé par les écoles maternelles.
Et finalement note Marc Oberti « les jardins d’enfants pédagogiques reflètent une politique petite enfance très ambitieuse. Avec des effets très positifs ». Sachant que l’idée de l’étude n’était pas de mettre en évidence les performances scolaires, mais les bénéfices sur le développement global de l’enfant (développement cognitif compris bien sûr).

Une relation pédagogique de qualité
Les parents le disent : leurs enfants sont ouverts à la différence, autonomes, empathiques quand ils ont fréquenté ou fréquentent le jardin d’enfants. Ils ont un rapport heureux aux apprentissages. Pourquoi et comment les jardins d'enfants pédagogiques parviennent-ils à ces résultats  et bonnes appréciations ? Cela est d’abord lié au contexte de travail souligne l’étude : aux effectifs et à l’encadrement. Un EJE plus deux personnes pour 15 à 20 enfants. Un tel taux d’encadrement permet une relation pédagogique de qualité.

La formation petite enfance des EJE : un plus
Cette image très positive des jardins d’enfants auprès des parents et ses bénéfices certains auprès des enfants est aussi est à mettre en relation avec la spécificité des pratiques professionnelles mises en œuvre. Spécificités qui s’expliquent par le fait que les professionnels des Jardins d’enfants sont des EJE dont la formation est axée petite enfance ( 0/7 ans). « C’est essentiel insiste Marc Oberti. Car les EJE disposent de beaucoup de ressources dues à leur formation initiale ».
Les choix pédagogiques des différents jardins d’enfants pédagogiques étudiés (voir encadré) sont un mélange des pédagogies de l’éducation nouvelle (Montessori, Freinet) mais les professionnels ont à cœur et revendiquent de s’adapter aux circonstances et aux besoins des enfants sans dogme. Ils s’adaptent à la réalité en pratiquant le décloisonnement et en adoptant une très grande souplesse dans leur organisation et les apprentissages.

Une grande mixité sociale où chacun s’y retrouve
L’étude souligne aussi que dans les jardins d’enfants pédagogiques, il y une vraie conscience des inégalités sociales et donc un grand souci d’inclure les parents dans la pédagogie. D’où leur succès auprès des familles. Quand on interroge les parents, ceux des milieux populaires disent  que le jardin d’enfants pédagogique propose un cadre privilégié d’apprentissages alors que les familles plus aisées y voient surtout un cadre privilégié de socialisation par rapport une école maternelle jugée trop normative.
Les premiers le disent , ils étaient naturellement portés vers la maternelle car ils ne connaissaient pas forcément les jardins d’enfants. Mais aujourd’hui ils sont plutôt contents d’avoir été orientés vers ce type de structure. Ils trouvent que leurs enfants sont curieux, ont du plaisir dans les apprentissages grâce à l’individualisation des activités. Pour les seconds, le jardin d’enfant pédagogique est un vrai choix éducatif.

Les jardins d’enfants proposent un contexte pédagogique qui va dans le sens de l’atténuation des différences sociales  ou de celles liées au handicap conclue l’étude.

Un travail d’équipe qui facilite l’inclusion des enfants en situation de handicap
Le travail d’équipe en vigueur dans les jardins d’enfants pédagogiques permet de développer des compétences collectives. Ce qui est très important pour l’accueil d’un enfant en situation de handicap. Les professionnels des jardins d’enfants ont cette capacité à observer (et pas seulement les déficiences). Ils ont une vision globale de l’enfant (l’accueil en continu est à ce titre un plus), une attention individualisée à l’enfant. C’est une spécificité par rapport à la maternelle, et un atout majeur pour l’inclusion. Là encore la formation des EJE y est sans doute aussi pour beaucoup…
Mais c’est aussi parce que les jardins d’enfants pédagogiques savent nouer des partenariats avec d’autres : psychologues, psychomotriciens, orthophonistes etc. Une pluridisciplinarité riche, précieuse  er efficace qui permet à la fois une prévention et une prise en charge précoces.
Leur ouverture aux parents permet aussi un dialogue plus aisé sur les difficultés de l’enfant.
Par ailleurs les compétences développées par les enfants dépassent les programmes scolaires, il y a un enjeu de de socialisation. Et tout cela contribue à l’inclusion. L’inclusion c’est être différent avec les autres. Il y a des exigences différenciées mais l’enfant est avec les autres. La socialisation se fait entre pairs, et dès 4 ou 5 ans, les enfants peuvent être très attentifs aux autres enfants en situation de handicap.

Le volet quantitatif de l’enquête est en cours
Le volet qualitatif de l’étude est particulièrement élogieux. Il est vrai que ces structures semblent être une parfaite synthèse du meilleur des EJE et de l’école maternelle !
Actuellement se déroule le volet quantitatif de l'étude. L’idée est d’évaluer les effets de ces pratiques spécifiques sur les attirudes n les apprentissages des enfants issus des jardins d’enfants pédagogiques en comparaison avec ceux qui sont passés par l’école maternelle. Sept jardins d’enfants pédagogiques de la Ville de Paris ont été retenus. Il y aura des entretiens individuels menés auprès des enfants de 4 et 5 ans par des personnels formés ; auprès des parents et des directeurs des jardins d’enfants et des écoles maternelles du même secteur. En Avril les entretiens devraient être terminés. Le rapport sera prêt avant l’été.


Lire aussi  notre article sur  Le jardin d’enfants pédagogique de la rue de la  Solidarité

 

La méthodologie de l’étude qualitative

L'enquête a été réalisée auprès de 5 jardins d’enfants pédagogiques test
Il y a eu un temps d’observation dans les classes pour voir comment une journée type se déroulait et en repérer les temps forts.
Puis des entretiens avec les professionnels EJE pour essayer de déterminer s'il y avait une identité professionnelle commune çà ces personnes.
Et enfin des entretiens avec les parents.
Le but était de comprendre :
1. En quoi les pratiques pédagogiques des JPE sont différentes de ce celles des écoles maternelles ?
2.Pourquoi les parents choisissent d’inscrire leurs enfants dans les jardins d’enfants pédagogiques

Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 04 mars 2019
Mis à jour le 14 mars 2019
Bonjour, Les résultats détaillés de cette étude ont-ils été publiés quelque part svp ? Merci