Les politiques Petite Enfance

Rapport Terra Nova :  des premières réactions très mitigées

Le rapport de Terra Nova « Investissons dans la petite enfance. L’égalité des chances se joue avant la maternelle » a suscité quelques réactions.  Jamais sur les intentions. Qui pourrait penser que réduire les inégalités n’est pas nécessaire et utile ? Mais nombreux sont ceux qui doutent des moyens proposés, des méthodes pédagogiques et critères de qualité mis en avant.
Istock
enfants dans une crèche
AMF : «Nous n’avons même pas été auditionnés !»
Sur les dix recommandations du rapport Terra Nova  cinq concernent les Etablissements d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE). Or pour les EAJE, les communes sont véritablement en première ligne. D’où la surprise d’Elisabeth Laithier, co-présidente du groupe Petite enfance de l’Association des Maires de France (AMF) : « Nous n’avons pas été auditionnés par les auteurs du rapport. Nous le regrettons car c'est minimiser le rôle joué par les communes et les intercommunalités qui sont les premiers gestionnaires dans la création et le financement de places en crèches ». Un comble pour l’AMF qui voit d’un mauvais œil cette la mise sous tutelle de l’Etat puisqu’une des recommandations prévoit que les aides nationales pourraient être suspendues si les communes ne jouent pas le jeu de la transparence dans l’attribution des places. « D’une part c’est oublier le principe de base de l’indépendance des communes (ce qu’on appelle la libre administration des communes) peste Elisabeth Laithier. Et d’autre part c’est méconnaitre la réalité : beaucoup de communes fonctionnent déjà dans la transparence avec des critères très clairs d’attribution ». Autre point relevé par l’AMF, le parti pris de ne parler que des crèches … « En tant qu’élus nous n’avons pas à privilégier un mode d’accueil plutôt qu’un autre. Notre rôle c’est de proposer une solution d’accueil aux parents ». Quant au fait d’ouvrir encore plus de places de crèches aux enfants issus de familles défavorisées, elle remarque que c’est déjà ce que demande la Caf … et que les crèches et micro-crèches privées,elles, ne jouent pas la carte de la mixité sociale !  

FNEJE : «Une grande méconnaissance des pratiques et compétences des professionnels»
« Bien-sûr reconnaît Véronique Jacquet la co-présidente de la Fédération Nationale des Educateurs de Jeunes Enfants (FNEJE) il y a des choses de bon sens dans ce rapport : la non-discrimination, l’ouverture de nouvelles places de crèches dabs les zones rurales et sensibles, l’exigence de transparence dans l’attribution des places. En revanche, il dénote aussi une grande méconnaissance des pratiques en crèches et des compétences des professionnels. » Et la FNEJE de déplorer les méthodes d’origine anglo-saxonne prônées par le rapport, alors même qu’en France il existe des recherches-actions de grande qualité. Des méthodes remarque Véronique Jacquet « peu soutenues par les professionnels et qui quand elles sont utilisées sont imposées par les gestionnaires ». Et de rappeler « A la FNEJE nous sommes opposées à toute pratique stéréotypée. Au quotidien, nous développons autour du langage, de la créativité , des activités qui s’inscrivent dans des projets pédagogiques qui vont bien au-delà de simples méthodes. Nous faisons des évaluations et nous sommes guidés par des recherches nationales et internationales. Nos actions sont élaborées et nous faisons un travail d’accompagnement personnalisé pour l’enfant,  les familles et les structures »

Ufnafaam : «Pourquoi exclure les professionnels de l’accueil individuel ?»
Là encore pas d’opposition évidemment sur les objectifs affichés du rapport : la réduction des inégalités dès la petite enfance. Mais notre Sandra Onyszko, responsable de la communication de l’Union fédérative nationale des familles d’accueil et assistants maternels (Ufnafaam) « Terra Nova est un think tank en principe destiné à lancer une réflexion sur un sujet. Là, la réflexion n’est pas ouverte puisqu’elle exclut de facto un mode d’accueil - l’accueil individuel - et toute une catégéorie de professionnels : les assistants maternels. Or si le thème de ce rapport est vraiment l’investissement dans la petite enfance, il aurait été juste de voir comment tous les modes d’accueil pouvaient rester accessibles aux familles, y compris les plus démunies ». Par ailleurs l’Ufnafaam regrette que ce rapport stigmatise les familles défavorisées, au nom de l’égalité des chances. Et surtout que la notion de qualité des modes d’accueil exclut toute une série de critères comme la souplesse des horaires ou la qualité des  transmissions par exemple. «Et puis conclut Sandra Onyszko le rapport évoque des méthodes toutes faites et on peut vraiment se demander si c’est une réponse à l’exigence de qualité. La qualité c’est répondre aux besoins y compris individuels des enfants. L’individualisation de l’accueil qu'on trouve chez une assistante maternelle est très précieux pour un tout petit enfant. »


A lire aussi : Le rapport Terra Nova : l'égalité des chances se joue dés la crèche
La Cnaf en phase avec le rapport Terra Nova
Article rédigé par : C.L
Modifié le 26 septembre 2017