Mamhique : un service dédié aux parents travaillant en horaires atypiques

Mamhique. Derrière cet acronyme se cache un service original très innovant pour les familles et intéressant - en termes d’emploi - pour les assistantes maternelles et les auxiliaires parentales. Mamhique signifie : modes d’accueil mutualisés en horaires atypiques, un service né en 2004 dans les Côtes d’Armor et qui aujourd’hui porté par Générations Mutualistes a conquis de nombreux autres départements. Explications.
Eric Appéré
illustration recherche modes de garde
Le service Mamhique est né en 2004 à titre expérimental puisa été pérennisé dès 2005 dans les Côtes d’Armor à l’initiative de Mutualité Enfance Famille. L’idée : répondre avec souplesse aux besoins des familles qui travaillent en horaires atypiques. Avec souplesse donc en s’appuyant sur un réseau de professionnelles plutôt que sur des structures .

Priorité à l’accueil individuel
« Tout a commencé se souvient la coordinatrice du service, Carmen Toudic, quand nous avons lancé une étude pour analyser les besoins et les offres en termes de places d’accueil. Dans plusieurs secteurs notamment celui des services de l’état liés à la défense ou à la justice (police, gendarmerie, pompiers surveillants pénitentiaires) et dans le secteur hospitalier, nous nous sommes aperçus que les familles rencontraient de grandes difficultés pour faire garder leurs enfants. » Dès le départ l’idée est de mettre en place un système souple, très adapté aux besoins et qui puisse couvrir de façon fine l’ensemble du territoire. D’où la décision de se tourner vers l’accueil individuel. « Nous ne voulions pas créer une structure d’accueil collectif  ouverte de 4 h à 22 h qui reçoivent des enfants habitant parfois loin et que leurs parents auraient dû lever en pleine nuit pour les accompagner à la crèche. Nous voulions du sur-mesure pour respecter les rythmes des enfants et faciliter la vie des parents au maximum. Nous souhaitions apporter des réponses quels que soient les horaires et les lieux géographiques, » explique encore Carmen Toudic. Le service Mamhique dès lors s’appuie sur un réseau d’assistantes maternelles et d’auxiliaires parentales (gardes à domicile). Dans la plupart des cas il s’agit d’un mode de garde complémentaire réellement conçu pour ces temps atypiques : le week-end, tôt le matin, tard le soir, voire accueil de nuit. En parallèle les parents ont recours à un mode d’accueil plus classique : crèche ou assistante maternelle pratiquant des horaires dits « normaux ». « Il peut néanmoins arriver qu’une même professionnelle accueille un enfant à la fois en journée classique et en temps atypiques, mais c’est assez rare » note encore la coordinatrice du service.

Les employeurs financent
L’offre Mamhique est gratuite pour les parents. C’est l’entreprise ou l’administration employant des deux parents qui finance le service et une partie des solutions trouvées. L’offre repose d’abord sur une analyse fine des besoins de la famille : tout est pris en compte, les plannings différents selon les semaines, les impératifs professionnels des deux parents et les besoins de l’ensemble de la fratrie quel que soit l’âge des enfants. « C’est une offre globale qui repose sur une analyse très fine des besoins afin de pouvoir construire et proposer une solution adaptée » précise Carmen Toudic. Un travail réalisé par une des animatrices (le plus souvent conseillère en économie et familiale). Un travail d’accompagnement et d’organisation de solutions qui va jusqu’aux simulations financières du coût et des aides possibles. Le service Mamhique propose, la famille dispose : toujours décisionnaire, c’est elle qui signe le contrat d’accueil avec l’assistante maternelle ou l’auxiliaire parentale qui vient à son domicile. Si pour une raison ou une autre ça ne marche pas, d’autres solutions ou d’autres professionnelles lui seront présentées. Pour une entreprise, l’adhésion au service Mamhique est de 1300 euros par an et par famille. Au bout du compte un choix gagnant, « un vrai outil de gestion des ressources humaines », souligne Carmen Toudic. Moins de turn over, d’absentéisme et de retards. Et plus globalement moins de tensions avec les salariés.

Des rémunérations garanties pour les assistantes maternelles
Une fois la solution trouvée, le contrat de travail de la professionnelle de la petite enfance signé, l’employeur ayant souscrit au service Mamhique s’engage à contribuer financièrement pour payer le surcoût lié à l’atypie du mode de garde puisque la majoration liée à l’atypie est imposée à l’employé. Le service Mamhique impose un barème (celui de la convention collective) aux familles pour les contrats qu'elles signent avec les assistantes maternelles qui font partie du réseau. Par exemple une nuit chez une assistante maternelle correspond à un forfait de 11h facturé 2,96 euros par heure. Une professionnelle qui travaille avant 7h30 le matin ou après 20h du lundi au vendredi a droit à une majoration de 25%. Le samedi dans la journée c’est une majoration de 10% et jours fériés, une majoration de 50%. Les familles étant aidées, elles règlent plus facilement ces surcoûts. Le réseau d'assistantes maternelles de Mamhique est constitué en partenariat avce les associations et les RAM de la région. Celui des gardes à domicile à partir de partenriats mis en place avec les centres de formation des métiers de la petite enfance  ou de strcutures prestataires de services à la personne.  Actuellment le réseau compte environ 260 assistantes maternelles et 85 auxiliaires parentales. « Toutes n'étant pas  actuellement en activité pour nous » précise Carmen Toudic.

La Bretagne a fait école
Depuis près de 15 ans que le service existe, il a fait ses preuves. Cela fonctionne et plutôt bien. 150 familles sont actuellement concernées. Le mode de garde complémentaire mis au point perdure souvent même quand l’enfant rentre à l’école, ce qui est trés novateur car généralement solutions et aides s'arrêtent aux 6 ans de l'enfant. Or les enfants peuvent être pris en charge pat Mamhique jsuq'aux 12 ans de l'enfant.  Des liens assez forts se créent entre familles et professionnelles. Et les employeurs participent en moyenne jusqu'à hauteur de 1200 euros par an et par famille pour le surcout lié à l’atypie. Le service fonctionne avec deux animatrices en charge de la mise en œuvre opérationnelle : une  sont basée à Saint Brieuc et l'autre  à Brest. A elles deux, elles se partagent les quatre départements de la région (Ile-et-Vilaine, Côtes d’Armor, Morbihan et Finistère) où désormais de nouvelles entreprises comme celles de l’agroalimentaire par exemple adhérent au service Mamhique. Une assistante pour le volet administratif et Carmen Toudic, la coordinatrice complètent l’équipe.
« Avec l’aide de Générations Mutualistes nous travaillons à un transfert de compétences auprés d'autres groupements mutialistes » conclut Carmen Toudic. Neuf groupements ont déjà été formés :  ils représentent  le Gard, l’Hérault, les Pyrénées Orientales, les Pyrénées Atlantiques, le Jura, l’Isère, la Loire  les Bouches-du-Rhône, le Limousin et la région Bourgogne.
Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 13 décembre 2017
Mis à jour le 24 janvier 2018
Très intéressant, cela ressemble au fonctionnement de notre service de garde à domicile en horaires décalés : Bout'chou service ! Nous intervenons à partir de 4h le matin le soir jusqu'à minuit et les samedis. Le public cible : familles en insertion professionnelle ne dépassant pas 770€ de QF. Nous pratiquons la tarification au taux d'effort, comme en crèche. Notre équipe d'auxiliaires familiales est composée d'EJE, d'AP et de CAP petite enfance qui travaillent en journée dans nos multi accueil.