Psycho-pédagogie

Quinté-Sens : la salle multi-sensorielle de l’Orange Bleue

A l’Orange Bleue, chaque projet est pensé. On ne fait rien à la légère. Et surtout pas en surface. Faire du buzz, ce n’est vraiment pas l’idée de Marie-Pierre Avril, la directrice de ce multi-accueil de presque 100 berceaux situé au cœur de Rueil-Malmaison. En revanche construire un projet d’envergure managérial, avec une équipe soudée et convaincue, ça lui plait. Donner du sens aux choses qu’on réalise est pour elle essentiel. C’est ce qu’elle a fait avec la salle multi-sensorielle : Quinté-Sens.
Ils arrivent en chuchotant. Chiara, un an et Pierre, Omar, Adrien et Fatoumata, deux ans connaissent les lieux. Pas de dispute, pas d’énervement, ils sont calmes. Chiara fascinée par les fibres optiques, Omar qui sait parfaitement où appuyer pour faire changer les couleurs de la colonne à bulles. Et Pierre et Adrien s’intéressent aux gros galets tandis que Fatouma s’installe sous la tente. Deux professionnelles les accompagnent. Elles laissent les initiatives aux enfants. Ce sont eux les acteurs-auteurs de tout ce qui, ici, peut procurer des sensations. Seule la musique n’est pas choisie par eux. Une musique zen et « nature » : chants d’oiseaux, bruits de ruisseaux… Tout dans cette pièce est prétexte à découvertes sensorielles (visuelles, sonores ou tactiles), détente et apaisement.

La maison de Monsieur Bouh
Où sont-ils ? La salle Quinté-Sens, c’est son nom officiel (un jeu de mot évidemment qui en dit long…).  Les petits eux l’appellent la  maison  de Mr Bouh (un gentil fantôme). Parfois on la nomme salle blanche (nom officiel que lui a donné son fabriquant Haba) ou multi-sensorielle. Jamais personne à l’Orange Bleue ne l’appelle l’espace Snoezelen, bien qu’elle puise sa source dans cette approche. Mais, pour les 34 pros de l’équipe, c’est bien plus que cela. Une aventure collective qui s’appuie sur des valeurs éducatives fortes et partagées.
Pour comprendre la genèse de Quinté-Sens, il faut revenir en septembre 2014. Et s’intéresser à la directrice de cet établissement de Rueil-Malmaison, Marie-Pierre Avril, infirmière-puéricultrice. Et à son goût pour le management participatif. Le projet éducatif  a été élaboré au cours d’une journée de cohésion juste avant l’ouverture autour d’un slogan : découvrir pour être acteur et auteur. Cinq valeurs ont construit le projet éducatif : responsabilité, respect, plaisir, prévention, bien-traitance. Sur ce socle est née l’idée d’une salle multi-sensorielle ancrée dans un projet pédagogique autour des 5 sens.
« Mais, se souvient Marie-Pierre Avril, je ne voulais pas ouvrir une salle blanche comme ça. Je ne voulais pas qu’on dise "Oh ! C’est beau", je voulais que ça ait du sens. Donc que cette initiative s’inscrive dans un projet managérial. »

Un an de préparation avec  toute l’équipe
Durant la première année précédant la création de la salle blanche, appelons la comme cela, la directrice a voulu faire prendre conscience aux professionnelles de leur propre créativité. « A partir d’objets de récupération, l’équipe a créé du matériel multi-sensoriel. » Une salle est dédiée à ces ateliers créatifs pour pros. Mais régulièrement les enfants viennent l’explorer et découvrir les objets réalisés.
Il fallait impliquer les parents. D’où l’idée d’une exposition des objets multi-sensoriels réalisés dans les couloirs de la crèche. Durant une journée pédagogique, aidée d’une plasticienne, l’équipe a procédé aux installations et accrochages des boites à odeurs, marelles en papier bulle et autres bateaux multi-textures. Ainsi au bout d’un an les parents ont pu partager tout ce travail. « J’essaie dit sobrement Marie-Pierre Avril que les professionnelles trouvent du sens à leur travail tout en prenant du plaisir ». Mission réussie, cette année créative autour de la récupération (pour éviter les Oh, c’est beau !) a été un succès pour tous.  
En Août, Marie-Pierre Avril, « pendant ses vacances  et sur ses propres deniers » va suivre une formation à Avignon sur l’approche Snoezelen organisée par HABA. « Au cours de ce stage, j’ai vraiment pu expérimenter les bienfaits d’une salle blanche et imaginer celle que je voulais à la crèche » dit-elle.

Un festival pour les 5 sens
En octobre 2015, avec le soutien de la direction du service Petite Enfance de la ville, la salle Quinté-Sens est créée. Toute blanche, avec toutes sortes d’installations sensorielles : podiums, colonnes à bulles, nids, fibres optiques, boules à facettes (qui ne tournent pas par souci de sécurité et éviter d’éventuelles défaillances vestibulaires chez les petits), cascade de fibres optiques, projecteurs, balles, coussins tout doux, galets bien lisses, musiques… Un festival pour les 5 sens. Pour le moment pas encore de boîtes à odeurs car les huiles essentielles (mis à part le lavandin) sont interdites pour les enfants. « Mais, précise Marie- Pierre Avril, nous réfléchissons sur des boîtes à odeurs que l’on garderait au réfrigérateur pour qu’elles ne se mélangent pas. » La salle Quinté-Sens évolue sans cesse et ce n’est pas fini.
Revenons à cet automne 2015. Durant six soirées, il a été proposé aux professionnelles de la crèche de venir découvrir Quinté-Sens par petits groupes de six. « Pour bien appréhender ce que les enfants y vivraient, nous leur avons proposé de la découvrir le plus souvent à quatre pattes, les yeux bandés. Tous sens en éveil. A la fin de  cette exploration explique Marie-Pierre Avril,  je demandais à chacune où elle avait ressenti le plus de plaisir. Je les ramenais à l’endroit indiqué et enlevais le bandeau de leurs yeux. Et à ce moment, elles voyaient pour la première fois, émerveillées, la salle. » Puis au cours d’une journée pédagogique, toute l’équipe a été formée. Il y a eu une approche théorique avec des vidéos montrant notamment tout ce qu’il ne faut pas faire. Et une expérience pratique avec une séance animée par une musicothérapeute.

Pour les enfants, les pros… et les parents !
Quinté-Sens accueille les enfants par petits groupes de 5 ou 6 pas forcément du même âge pour 40 minutes maximum et toujours accompagnées de professionnelles. Ils adorent et parlent chez eux de cette fantastique maison du gentil Mr Bouh. Ils savent qu’il faut la respecter : ne rien casser, ne pas faire trop de bruit pour ne pas le déranger. Les parents pendant la période de « familiarisation » (à l’Orange Bleue on n’aime pas le mot adaptation) sont invités à y passer une petite demi-heure avec leur bébé. Ils apprécient cette pause-détente-relaxation. Et évidemment tous les professionnels de la crèche, quel que soit leur rôle, ont accès à la salle blanche entre 12H et 14H. « Régulièrement la cuisinière s’y endort à l’heure du déjeuner » s’amuse Marie-Pierre Avril.
Pour tous, Quinté-Sens a un côté magique. « On est dans la relation avec l’enfant VRAIMENT. La qualité de la présence de l’adulte est très forte, même s’il est toujours en retrait car seul l’enfant décide de ce qu’il a envie de faire, de provoquer, de vivre », constate Marie-Pierre Avril.
En juin dernier, pour permettre aux nouvelles pros qui rejoignaient le multi-accueil, la directrice de l’Orange Bleue a organisé un voyage-surprise à Giverny. Pour que tout de suite, les « nouvelles » soient immergées dans le projet Quinté-Sens. Un lieu idéal, avec le musée des impressionnistes, le jardin et la maison de Monet, pour lui donner tout son sens.
Car ce qui compte le plus aux yeux de Marie-Pierre Avril c’est que la salle blanche ne sot pas un gadget … mais un élément essentiel des projets éducatif et pédagogique du multi-accueil qu’elle dirige.

Le langage des couleurs

Pourquoi au départ Quinté-Sens est une salle blanche ? Tout simplement pour qu’elle capte toutes les lumières, toutes les couleurs. En fait elle n’est jamais blanche ! On sait que l’orange, le jaune et le rouge favorisent l’éveil. Le bleu et le vert induisent apaisement et détente.
Mais les couleurs peuvent aussi accompagner des découvertes sensorielles spécifiques. Il y a eu par exemple une découverte-dégustation de fruits rouges dans une ambiance lumineuse rouge.

Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Modifié le 13 juillet 2017