La Ministre des Solidarités et de la Santé souhaite rendre onze vaccins obligatoires

La nouvelle Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a expliqué lors d'une interview qu'elle réfléchissait "à rendre obligatoire, pour une durée limitée, les onze vaccins destinés aux enfants".
Le calendrier vaccinal est-il sur le point d'être de nouveau modifié ? En tous les cas, la nouvelle Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a annoncé vouloir s'attaquer au dossier épineux de la vaccination. Dans une interview accordée au journal Le Parisien hier, elle a déclaré réfléchir "à rendre obligatoire, pour une durée limitée, les onze vaccins destinés aux enfants". Aujourd'hui, seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires en France : contre la diphtérie, contre le tétanos et contre la poliomyélite. Ils font l'objet de trois injections groupées (Diphtérie-Tétanos-Polio ou DTP) : deux à l’âge de 2 et 4 mois, suivies d’un rappel à l’âge de 11 mois. Par ailleurs, 8 vaccins sont recommandés : coqueluche, pneumocoque, hépatite B, méningocoque C, rougeole, oreillons, rubéole et Haemophilus influenzae. 
Cette distinction entre vaccins obligatoires et vaccins recommandés n'a pas lieu pour la ministre. « Aujourd'hui, en France, la rougeole réapparaît. Il n'est pas tolérable que des enfants en meurent : dix sont décédés depuis 2008. Comme ce vaccin est seulement recommandé et non obligatoire, le taux de couverture est de 75 % alors qu'il devrait être de 95 % pour prévenir cette épidémie. On a le même problème avec la méningite. Il n'est pas supportable qu'un ado de 15 ans puisse en mourir parce qu'il n'est pas vacciné. » 
Concernant les potentiels effets secondaires des vaccins, la ministre ajoute : « Cela me trouble car ils ont sauvé des milliards de vies, mais on l'a oublié. On ne retient que des effets secondaires, dont beaucoup n'ont pas été prouvés. Pasteur, leur inventeur, se retournerait dans sa tombe. Il faut vraiment faire œuvre de pédagogie. La vaccination, ce n'est pas seulement l'intérêt qu'on y trouve soi-même, c'est un enjeu de solidarité, une façon de protéger l'ensemble de la société. »

Les déclarations d'Agnès Buzyn rejoignent les recommandations du comité sur la vaccination qui préconisait en décembre dernier de rendre temporairement ces vaccins obligatoires. Pour rétablir la confiance des Français dans la vaccination, les experts recommandaient « un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant ».
Article rédigé par : Clémence Guillossou