Pas de bébés à la consigne : mise au point avant l'été

Dans son tract de l'été dévoilé hier soir, Pas de bébés à la consigne annonce sa mobilisation à venir auprès des nouveaux élus. Gouvernement et groupes parlementaires vont devoir rendre des comptes !

Cela faisait un moment que le collectif n'avait plus donné de la voix... C'est désormais chose faite ! Dans son tract de l'été, Pas de bébés à la consigne annonce clairement la couleur : les nouveaux élus vont devoir rendre des comptes sur les orientations récemment prises dans le domaine de la petite enfance. Dans sa ligne de mire, la réforme des modes d'accueil d'abord, mais aussi les derniers textes que le collectif accuse de dégrader la qualité d'accueil des jeunes enfants (taux d’encadrement de 1 adulte pour 5 pouvant passer de 1 pour 6, surface minimale par enfant dans les zones denses, accueil en surnombre…). 

« Les prochains textes envisagent également, au prétexte de la pénurie de professionnel.le.s qui s’aggrave, que des personnes sans aucun diplôme ni expérience auprès de jeunes enfants, au terme d'un simple parcours d'intégration d'un mois, puissent être recrutées en EAJE pour une proportion de 15% de l'effectif auprès des enfants », s’inquiète aussi le Collectif. Sans oublier de pointer du doigt les propositions que pourraient retenir le Comité de filière sur « la qualification des futur.es professionnel.les » et le Ségur de la Santé dont les professionnels de la petite enfance ne peuvent toujours pas bénéficier.

Alerter sur l’effondrement des capacités d'accueil
Dans le cadre de sa mobilisation prévue à la rentrée, Pas de bébés à la consigne compte donc non seulement interpeller le nouveau gouvernement et les nouveaux groupes parlementaires, mais aussi les alerter sur « l'effondrement des capacités d'accueil qui s'annonce si les conditions d'accueil ne sont pas revues ». À l'appui de cette sensibilisation à venir des pouvoirs publics, les témoignages recueillis sur le site  www. petiteenfanceenperil.org,  qui mènent le collectif à faire un constat sans appel : «  les professionnels risquent encore plus de quitter en masse le secteur ». Cette mobilisation sera aussi l'occasion pour Pas de bébés à la consigne de revenir sur ses 20 propositions ropositions pour redonner  toute(s) leur(s) place(s) aux bébés.

Télécharger ci-dessous le tract de Pas de bébés à la consigne
Article rédigé par : Véronique Deiller
Publié le 30 juin 2022
Mis à jour le 08 juillet 2022