Fiche maladies et petits maux

La varicelle : une maladie infectieuse très contagieuse

Extrêmement contagieuse, la varicelle peut aussi être très difficile à vivre tant les démangeaisons sont parfois fortes. L’enfant doit être gardé à la maison. Mais vous pouvez donner de précieux conseils aux parents pour soulager leur petit malade.
Les symptômes : une légère fièvre et de fortes démangeaisons
La varicelle se caractérise par la multiplication de vésicules ressemblant à des petites bulles remplies d’eau ou encore à des mini-ampoules. Elles sont souvent précédées de maux de tête et/ou de ventre. Les premières vésicules apparaissent au niveau du visage et du cuir chevelu puis gagnent l’ensemble du corps, y compris le siège. S’ajoutent souvent des démangeaisons plus ou moins fortes, une fièvre ne dépassant pas 38,5°, de la fatigue, de l’irritabilité, voire une conjonctivite virale.
Même si la varicelle est le plus souvent bénigne, il est préférable d’avoir un avis médical, surtout si l’enfant a moins d’un an.

Le traitement : des soins locaux désinfectants et apaisants
Seules les poussées trop importantes peuvent nécessiter un traitement antiviral. Mais le plus souvent, il faut simplement chercher à rendre la fièvre plus supportable avec des mesures simples : ne pas trop couvrir l’enfant, lui proposer à boire régulièrement, maintenir la température de sa chambre à 19°C, lui donner au besoin du paracétamol. L’aspirine et l’ibuprofène sont interdits. Si l’enfant prend des corticoïdes pour traiter un asthme ou un eczéma, il faut le signaler au médecin. 

Une à deux douches quotidiennes rapides avec un gel antiseptique vont apaiser les démangeaisons et empêcher les vésicules de s’infecter. En sortant de l’eau, prendre le temps de bien sécher l’enfant en tamponnant délicatement avec une serviette en papier, surtout au niveau des plis. Appliquer ensuite 3 fois par jour sur les lésions un désinfectant transparent puis une lotion asséchante, à la fois cicatrisante et désinfectante.
Les soins du sièges méritent une attention toute particulière : si l’enfant porte encore des couches, les vésicules peuvent plus facilement se surinfecter. Au moment du change, nettoyer son siège avec un gel lavant désinfectant, à rincer à l’eau tiède ou avec des pulvérisations d’eau thermale enrichie en principes apaisants. Eviter les lingettes et les laits de toilette : l’apport de corps gras risquerait d’aggraver les lésions. Pour compléter ces soins, couper et limer les ongles de l’enfant et ne pas le laisser jouer dans la terre ou le sable pour éviter toute contamination microbienne de ses lésions.

Des vésicules dans la bouche peuvent gêner l’enfant au moment des repas. Il acceptera alors plus facilement des aliments froids et peu salés. Les soupes, les yaourts, les compotes et les sorbets qui sortent du réfrigérateur passent généralement bien.
Si elles sont situées sur l’anus, les vésicules peuvent expliquer une constipation passagère, l’enfant ayant mal lorsqu’il va à la selle.

Précautions : pas de contact avec les personnes à risques
L’éviction n’est pas obligatoire, la contagion étant majeure durant les deux jours qui précèdent la sortie des boutons. La varicelle reste contagieuse jusqu’à la disparition des croûtes. Si l’enfant est très gêné par les démangeaisons et/ou la fièvre, vous pouvez néanmoins suggérer à ses parents de le garder à la maison.
Attention, il faut éviter tout contact avec les personnes immunodéprimées ou ayant une grave maladie de peau, les femmes enceintes qui n’auraient jamais eu la varicelle ainsi qu’avec les nourrissons. D’une manière générale, la varicelle peut être grave chez l’adulte. Si vous ne l’avez jamais eue, consultez un médecin. Si le vaccin est fait dans les 48h qui suivent le contact avec le malade, les symptômes de la varicelle seront atténués.

Ne pas confondre avec…
La rubéole
La roséole
La rougeole
L’impétigo bulleux 
Article rédigé par : Aurélia Dubuc
Publié le 06 mars 2017
Mis à jour le 06 mars 2017

À découvrir