Vaccins : la lettre d'un collectif au Ministère de la Santé contre l'utilisation d'aluminium

L’avocate Me Jacqueline Bergel, mandatée par un collectif de 1 250 personnes, a adressé une lettre à la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour demander le retrait des vaccins à base d’aluminium. Le 8 février dernier, Jacqueline Bergel avait obtenu du Conseil d’Etat que les 3 vaccins obligatoires - diphtérie, poliomyélite et tétanos - puissent être administrés seuls et non pas combinés avec d’autres. Dans la lettre d’une douzaine de pages que le ministère a reçue le 4 août dernier, l’avocate demande maintenant d’imposer aux laboratoires de ne plus mettre d’adjuvant à l’aluminium dans les vaccins actuellement obligatoires et ceux qui le seront bientôt. Elle explique qu’ils auraient des « effets secondaires néfastes tant pour les très jeunes enfants que pour les adultes » et réclame donc la création d’un vaccin sans aluminium. Problème : le seul qui existait a été retiré du marché en 2008 car il provoquait des réactions allergiques. Et en développer de nouveaux prendrait plusieurs années, sans résultats assurés. Les sels d’aluminium sont utilisés depuis des décennies pour stimuler la réaction immunitaire : ils sont ainsi au cœur du fonctionnement des vaccins.

Des risques pour la santé non reconnus
« L’aluminium ne s’élimine pas dans le corps et dans le sang, il a un caractère biopersistant, a précisé Jacqueline Bergel au magazine Allodocteurs. Le risque est que ce métal lourd remonte alors dans le cerveau et crée des maladies neuromusculaires telles que la myofasciite à macrophages » – qui se traduit par des lésions musculaires ou un syndrome de fatigue chronique. Or jusqu’à présent, le lien de causalité entre ces symptômes et l’aluminium n’a pas été démontré avec certitude par la recherche scientifique. Et pour la grande majorité de la communauté médicale, ces vaccins sont bien tolérés et aucun incident n’a été formellement identifié.
L’avocate a cependant tenu à préciser que ce recours n’était en aucun cas une remise en cause de la vaccination.


Pour aller plus loin : consulter notre dossier Vaccination et modes d’accueil
Article rédigé par : A.B.B.