Les politiques Petite Enfance

Eveil artistique et culturel : première rencontre nationale entre les pros de la culture et de la petite enfance

Alors que vendredi 8 décembre prochain va se tenir à la Villette la première rencontre nationale de l’éveil artistique et culturel des jeunes enfants, nous faisons le point sur le protocole d’accord signé en mars dernier par Audrey Azoulay et Laurence Rossignol repris par les deux nouveaux ministres en charge de la Culture et des Solidarités et de la Santé, Françoise Nyssen et Agnès Buzyn. Un texte fondamental qui ouvre le champ de tous les possibles et qui devrait permettre de donner toute sa place à un éveil culturel et artistique dont on sait aujourd’hui qu’il est fondamental dans le développement et l’épanouissement du jeune enfan
Istock
musicien et tout-petits
L’éveil culturel et artistique, fondamental pour le développement du jeune enfant
C’était un des points importants du rapport Giampino : l’éveil à la culture, à l’art, à l’esthétique et à la nature comme faisant partie des fondamentaux du développement du jeune enfant. Ce fut l’une parmi les 108 propositions de ce rapport (la 24: lancer un protocole d’accord entre le ministère chargé de l’enfance et le ministère de la culture en s'inspirant du protocole du 28 décembre 1989 portant sur l'éveil culturel et artistique du jeune enfant) reprise dans le plan d’action pour la petite enfance de Laurence Rossignol. C’est un point essentiel du texte-cadre de l’accueil du jeune enfant publié dans la foulée du plan d’action : l’art, la culture et les échanges interculturels permettent à l’enfant de construire sa place dans un monde qu’il découvre (voir encadré). Et avec la signature effective en mars dernier du protocole d’accord visant à favoriser l’éveil artistique et culturel du jeune enfant, entre la Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, et Audrey Azoulay, la Ministre de la Culture et de la Communication, un nouveau pas avait été franchi. Il permettait d’aller plus loin que le protocole de 1989, première pierre à l’édifice, mais qui datait un peu. Il avait néanmoins permis des avancées : des interventions autour du livre et la musique dans les lieux d’accueil perçues comme un plus pour la qualité de l’accueil et côté culture, un soutien à la création destinée au jeune public.

Un protocole d’accord très engageant pour les deux Ministères
Pour Marc Caillard fondateur d’Enfance et Musique, qui avait participé activement à la préparation de ce nouvel accord, pour la première fois la dimension culturelle était clairement énoncée. Le préambule au texte soulignant que « la nécessité de l’éveil artistique et culturel des jeunes enfants fait consensus ». Une jolie victoire pour tous ceux qui depuis plus de 20 ans se battaient pour cette reconnaissance officielle et solennelle.
On aurait pu craindre qu’un tel accord soit une sorte de saupoudrage de petites actions culturelles ici ou là… Une sorte de gadget ou d’alibi « bonne conscience ». Ce n’est pas le cas. Le préambule du protocole pose des principes vraiment fondamentaux qui ouvrent le champ de tous les possibles. « Les deux ministères s’engagent véritablement, se réjouit Marc Caillard : l’un à développer le volet éveil artistique et culturel dans la politique d’accueil du jeune enfant et l’autre développer le volet petite enfance dans sa politique d’éducation artistique et culturelle. Mieux il énonce aussi deux autres engagements : l’intégration de l’éveil artistique à la formation initiale et continue à la fois des professionnels de la petite enfance et de la culture - le mot intégration est très fort - et le soutien de toutes les initiatives allant dans le sens de la création et diffusion à destination du très jeune public ». Chacun contribue à sa façon, selon ses modes d’intervention et ses moyens à cette promotion de l’éveil artistique pour les tout-petits. C’est donc un vrai partenariat de fond qui unissait les deux ministères signataires et qu’ont repris à leur compte dès leur arrivée dans leurs nouvelles fonctions Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé et Françoise Nyssen, la Ministre de la Culture. Ce qui est plutôt bon signe pour tous les acteurs engagés sur le terrain et au quotidien dans l’action culturelle auprès des plus petits.  

Une enveloppe budgétaire pour soutenir le protocole
Certains au moment de la signature craignaient que ce soit un texte qui reste lettre morte et se demandaient avec quels soutiens financiers notamment, ce nouveau protocole d’accord pourra faire naître des actions concrètes. Le budget de la culture donne un premier indice. Une enveloppe budgétaire lui étant destinée. En effet le Ministère, dans la note de cadrage qu’il envoie aux Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) pour accompagner les crédits qui leur sont alloués mentionne qu’il serait bienvenu qu’une partie de ces crédits soit dirigée vers des actions culturelles en faveur du jeune public notamment dans les zones prioritaires (quartiers sensibles déterminés par la politique de la ville et zones rurales). Et demande aussi aux DRAC d’avoir une attention particulière sur toute initiative culturelle et artistique naissant au sein des crèches à Vocation d’Insertion Professionnelle (VIP). C’est évidemment plutôt une bonne nouvelle qui montre que le Ministère de la Culture souhaite voir ses directions régionales s’investir dans ce protocole. Néanmoins les DRAC demeurent libres d’utiliser leurs crédits selon leurs propres priorités. Il y a aura donc des disparités régionales, c’est certain.

Rencontre nationale du 8 décembre : d’abord faire connaissance
Les fondations sont là. Et la journée du 8 décembre baptisée « Rencontre nationale de l’éveil artistique et culturel des jeunes enfants » va donner au protocole le coup d’envoi officiel de sa mise en application. Co-organisée par les services des deux ministères, elle réunira environ 200 professionnels de la culture et de la petite enfance. Plutôt des décisionnaires, ceux-là même qui peuvent impulser des actions de grande ampleur, mais aussi quelques acteurs d’initiatives innovantes. « L’idée explique David Blin, chef du bureau des familles et de la parentalité à la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS) est de faire se rencontrer deux mondes qui se connaissent peu ou mal : celui de la culture et de la petite enfance ». Ce sera l’objet de la deuxième table ronde de la journée intitulée « l’éveil artistique : un enjeu partagé ». On y retrouvera des représentants des deux ministères et de la Cnaf, Elisabeth Laithier de l’AMF. La première table-ronde réunissant Sylviane Giampino, auteur du rapport éponyme, présidente du conseil enfance et adolescence du HCFEA (dont elle prendra d’ailleurs la présidence le 12 décembre), Pierre Moisset, sociologue et consultant petite enfance et Laurent Dupont, metteur en scène et comédien, sera elle consacrée à « la place de l’éveil artistique et culturel dans le développement du jeune enfant ».
L’après-midi sera moins institutionnel et mettra en évidence des actions jugées par les deux ministères comme exemplaires au sens propre du terme autour de deux thèmes : « des actions à construire en partenariat »et « les relations enrichies entre enfants, familles et professionnels. »
Rappelons qu’au cours de cette journée sera aussi remis aux participants un livret récapitulant, régions par régions, les expériences et initiatives illustrant l’éveil culturel et artistique. Un recueil destiné à donner des idées et à permettre de dupliquer des actions jugées intéressantes. Une sorte de guide des bonnes pratiques pour faire gagner du temps aux différents acteurs peu habitués pour certains à travailler en partenariat.

Le point 5 du texte-cadre pour l’accueil du jeune enfant

« Je développe ma créativité et j’éveille mes sens grâce aux expériences artistiques et culturelles. Je m’ouvre au monde par la richesse des échanges interculturels. »
• Dès le premier âge, les petites filles et les petits garçons sont d'emblée attirés par le visage humain, la musique, la danse, le mouvement, les images, les livres.
• L’art et la culture permettent à l’enfant de construire sa sensibilité, sa liberté intérieure, son expression personnelle et son rapport au monde. Les modes d’accueil réaffirment le droit du jeune enfant d’accéder au patrimoine culturel, à la création et à l’expérience artistiques, qui contribuent et contribueront au libre et plein développement de son identité.
• La rencontre avec des œuvres et des artistes, la pratique vivante des activités culturelles, la découverte du livre, des instruments de musique et d’arts plastiques, l’émotion esthétique doivent faire partie du quotidien des enfants dans les modes d’accueil.
•  Les modes d'accueil doivent s'ouvrir à la présence d'artistes, aux apports des talents des familles, aux opportunités locales, aussi bien dans l'organisation de l'accueil au quotidien que lors de moments exceptionnels ou festifs. Les approches culturelles et artistiques, la recherche d'un cadre esthétique, doivent être intégrées à la formation des professionnels.
• L’ouverture au monde passe également par la rencontre avec des langages, des gestes, des mots et des chansons d’autres cultures, qui élargissent l’horizon d'expérience sensorielle du jeune enfant, et l’initient à la richesse de la diversité.


 

Article rédigé par : Catherine Lelièvre
Publié le 05 décembre 2017
Mis à jour le 26 janvier 2018

À découvrir