0-3 ans : le programme Malin généralisé à toute la France

Apres avoir été testé sur 14 territoires depuis 2012, le programme malin vient d’être déployé nationalement avec pour ambition de pouvoir toucher à terme plus de 160 000 enfants soit 30% des enfants de 0 à 3 ans en situation de vulnérabilité socio-économique.

Les 1000 premiers jours de l’enfant : une période clé pour sa santé.
Des études scientifiques ont montré l’importance décisive de l’alimentation de la conception au troisième anniversaire de l’enfant (concept des 1000 premiers jours). « L’adulte est l’héritier de l’enfant qu’il a été » précise le rapport des 1000 premiers jours  qui insiste sur le fait que « par les variations nutritionnelles, par défaut ou par excès, par l’exposition aux substances toxiques subies, ou consommées, qui sont tous des facteurs susceptibles de laisser des empreintes durables acquises par les deux parents avant même la conception, et qui pourront, dans certains cas, être transmises à l’enfant, ainsi qu’à la propre descendance de celui-ci. » La nutrition joue un rôle capital dans la programmation métabolique. On comprend donc l’importance d’une alimentation saine et de qualité   dès le début de la vie. Or des conditions socio-économiques défavorables peuvent  influencer les pratiques alimentaires comme l'allaitement, la consommation de légumes, les horaires et rythme des repas…

Astuces, recettes et réduc
Pour accompagner les familles qui en ont besoin le Programme Malin met  à leur disposition toute une palette d’outils sur la nutrition infantile : des conseils, des recettes et des astuces pratiques. Il accompagne aussi les familles en leur proposant une offre budgétaire « permettant d’acheter des produits spécifiques, adaptés et de qualité dans des circuits de consommation existants » grâce à des bons de réduction (de 20 % à 80 %) pour de l’alimentation infantile, des produits bruts (matières grasses, volaille, produits laitiers), et des ventes privilèges pour du petit électroménager et des ustensiles culinaires à prix réduit afin de booster le « fait maison ».

Sur tout le territoire
Le programme malin était déployé dans 14 départements depuis 2012, grâce au soutien de la CNAF, du réseau des CAF, de l’ensemble des partenaires de l’association et du ministère des Solidarités et de la Santé, le Programme Malin, se généralise au niveau national et devient l’un des dispositifs retenus dans le cadre de la Stratégie Nationale de prévention et lutte contre la pauvreté et la Stratégie du Programme National Nutrition Santé. pour fonctionner, le Programme Malin s’appuie sur ses membres fondateurs : sociétés savantes de pédiatrie (l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire et la Société Française de Pédiatrie), des partenaires associatifs (la Croix-Rouge française, l’Action Tank Entreprise et Pauvreté), des partenaires privés (Blédina et le fonds à impact Danone Communities), d’autres organisations ont rejoint le concept comme l’Inserm et des partenaires privés (Groupe SEB et ses marques Moulinex et Tefal, Lesieur, Le Gaulois, les Prés Rient Bio et La Banque Postale Assurance Santé. Localement  le programme Malin s’appuie sur le réseau des institutions publiques (CNAF, CAF, Conseils départementaux). C’est la CAF qui informe les familles de l’offre et les circuits de distribution de droit commun qui la rendent accessible. Les familles éligibles (coefficient CAF inférieur ou égal à 850) peuvent s’inscrire au Programme Malin ici.

Télécharger ci-dessous le communiqué de presse dans son intégralité
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 10 juillet 2021
Mis à jour le 17 août 2021

2 commentaires sur cet article

le lien ne fonctionne pas
le lien ne fonctionne pas