Etude Nutri-bébé : la consommation de lipides toujours insuffisante par les tout-petits

L’étude Nutri-bébé, qui vient de fêter ses 40 ans, est menée tous les 8 ans par le Secteur Français des Aliments de l’Enfance (SFAE). Elle nous apporte de nombreuses informations sur les habitudes alimentaires et l'état nutritionnel des nourrissons et jeunes enfants (0-3 ans). Les résultats de la 6e édition viennent d’être dévoilés. Voici les points à retenir.
 
- 7 % d’enfants allaités en 8 ans
55 % des enfants sont allaités ou l’ont été contre 62 % en 2013. Pour rappel, l’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois, puis en complément d’une alimentation diversifiée jusqu’à 2 ans. Toutefois bonne nouvelle, l’étude note que l’allaitement dure plus longtemps sans doute grâce aux mesures de télétravail plus fréquentes qu’en 2013.

L’introduction du lait est trop précoce
1/4 des bébés entre 1 et 2 ans et presque 50 % après 2 ans consomment du lait de vache non spécifique.  Or ce lait ne contient pas les nutriments essentiels. Le SFAE rappelle qu’après 1 an, les pédiatres recommandent de privilégier la consommation d’un lait 3ème âge aussi appelé lait de croissance, et ce jusqu’aux trois ans de l’enfant.

Des apports en “bon gras” insuffisants  
Comme en 2013, les tout-petits ne consomment pas assez de lipides particulièrement les acides gras essentiels (oméga 3 et oméga 6). Or, ces matières grasses sont essentielles au fonctionnement du cerveau. 

Des écrans trop présents lors des repas
L’étude montre que les tout-petits mangent de plus en plus devant les écrans : « 49 % des enfants ont eu accès à un écran au cours des 7 derniers jours et ce, en moyenne 4 jours dans la semaine ». Le repas le plus impacté est le petit déjeuner puisque 42 % des enfants prennent occasionnellement leur petit déjeuner devant un écran. Les scientifiques rappellent qu’avant 3 ans, les temps d’écran doivent être limités et accompagnés. 

Le pédiatre boussole indispensable par les parents de jeunes enfants
Parmi les sources d’influence majeures citées par les mères, en particulier par celles d’enfants de moins de 18 mois et les primipares, le pédiatre ! Il est d’ailleurs la 1ère source d’influence pour 52% des mamans primipares alors que 57 % des multipares évoquent d’abord leur instinct.

Enfin, le Secteur Français des Aliments de l’Enfance insiste une nouvelle fois sur l’importance de ne pas considérer les tout-petits comme des mini-adultes : leurs besoins sont spécifiques et nécessitent une alimentation adaptée, et ce, jusqu’à 36 mois. 

Source : Ipsos pour le Secteur Français des Aliments de l’Enfance. Étude Nutri-bébé : Enquête sur les pratiques alimentaires et apports nutritionnels des bébés français de moins de 3 ans. 2022.
Article rédigé par : Isabelle Hallot
Publié le 22 novembre 2022
Mis à jour le 22 novembre 2022