Modes d’accueil : Adrien Taquet annonce de nouvelles mesures

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Adrien Taquet, secrétaire d’Etat en charge de l’Enfance et des Familles, a annoncé plusieurs mesures concernant les modes de garde dont la possibilité pour les assistantes maternelles, qui gardent au maximum quatre enfants, d’en accueillir un de plus, en urgence, une semaine par mois.

Certaines assistantes maternelles autorisées à accueillir un enfant supplémentaire
Après l’annonce de l’allongement du congé paternité à 28 jours (avec 7 jours obligatoires), par Emmanuel Macron, suite à la remise du rapport des 1000 premiers jours, les nouvelles mesures en faveur des jeunes enfants et des parents se succèdent. Parmi celles-ci certaines concernent les modes de garde et une en particulier les assistantes maternelles. « Nous allons également permettre aux 280.000 assistantes maternelles, habituellement habilitées à garder au maximum quatre enfants, d'en accueillir un de plus, en urgence, une semaine par mois », a expliqué Adrien Taquet au JDD. 

Cette mesure (prise à titre exceptionnel pendant la pandémie) va à l’encontre de ce que préconise le rapport sur les métiers du lien des députés Bruno Bonnell et de François Ruffin. Il recommande en effet une revalorisation des rémunérations des assistantes maternelles afin qu’elles puissent atteindre le SMIC en ne gardant que 3 enfants. A l’heure actuelle, il leur faut accueillir 4 enfants avec des amplitudes horaires importantes pour qu’elles aient le SMIC. Or, les témoignages recueillis pour établir ce rapport avaient montré, selon Bruno Bonnell, que « 3 enfants c’est gérable dans de bonnes conditions d’accueil, avec 4 enfants c’est beaucoup plus difficile de faire un bon travail d’accueil surtout si les enfants sont âgés de 4 mois à 3 ans ! »

Adrien Taquet a par ailleurs ajouté : « Pour aider les parents à trouver un mode de garde, nous mettrons en place une plateforme pour centraliser et géolocaliser toutes les places disponibles à côté de chez eux ».
Là encore pas de précisions. Pour rappel, l’obligation pour les EAJE et les assistants maternels de déclarer leurs disponibilités à leur Caf afin que celle-ci alimente le site monenfant.fr, portail proposant aux parents un service de recherche géolocalisée d’un mode d’accueil… avait été intégrée au PLFSS 2020, mais le Conseil constitutionnel l’avait retoquée. Elle a par la suite fait l'objet d'un amendement (638) au projet de loi ASAP.

Un vaste plan de formation pour les pros de la petite enfance
« Nous lancerons un grand plan de formation pour les 600.000 professionnels de la petite enfance, avec des modules sur l'éveil au langage ou à la culture », a confirmé Adrien Taquet. 
Rien de bien nouveau concernant ce point-là puisque c’était une mesure de la stratégie nationale pour prévenir et lutter contre la pauvreté en France, annoncée en septembre 2018 par Emmanuel Macron. Cela a d’ailleurs été repris dans le rapport des 1000 premiers jours : le renforcement de la formation initiale et continue des pros de la petite enfance avec également la mise en place de formations aux 1000 jours accréditées et validantes. Les premières formations commenceront doucement cet automne et prendront toute leur ampleur en janvier 2021.

De nouvelles mesures de soutien aux jeunes parents
Sans surprise, le gouvernement a retenu, parmi toutes les préconisations du rapport des 1000 premiers jours, la généralisation de l’entretien prénatal précoce, réalisé au 4e mois de grossesse, à l’heure actuelle facultatif. Par ailleurs, Adrien Taquet a promis de renforcer « les équipes des maternités, en créant 200 postes supplémentaires d'ici à 2021. » Et d’accroître le nombre de « visites à domicile après la naissance, en particulier à la cinquième semaine et au troisième mois, qui correspondent aux pics de dépression post-partum.»
En parallèle, « pour accompagner les parents en cas de difficultés psychiques, face à l’arrivée d’un enfant porteur de handicap, à la prématurité, dans le cadre d’une procédure d’adoption… », le gouvernement prévoit la mise en place de « 10 nouvelles unités mères-bébés pour hospitaliser celles qui en ont le plus besoin, et 20 équipes mobiles supplémentaires en psychiatrie périnatale. » 

Voir les nouvelles précisions annoncées par Adrien Taquet
Article rédigé par : Caroline Feufeu
Publié le 28 septembre 2020
Mis à jour le 01 octobre 2020